Vu en Tribunes : Les cantalous n'ont pas fait d'entre-deux des brivistes dans le derby
Publié le mardi 9 avril 2019 à 11:00

Déplacement bus des 100% coujous à Aurillac

Pour le derby, on s’était dit : déplacement obligatoire. C’est donc dans le bus de l’association de supporters des 100% Coujou qu’on est parti à la conquête de l’Auvergne !

Un «petit » convoi de 2 bus est donc parti du Stadium à 16h. L’ambiance est joyeuse et conviviale… Discussions, chants, cris de guerre, on est déjà dans l’avant-match. Le temps passe vite, qu’on ne se rend compte qu’on arrive à Aurillac, que lorsque l'on aperçoit par la vitre du bus les montagnes de l’Auvergne encore enneigées.

On est arrivé, Jean Alric nous voilà. On sort les bonnets, écharpes noires et blanches, on remet les manteaux, c’est que la température n’est pas la même là-haut que dans notre jolie ville de Brive. On est une centaine. C’est le moment du casse-croute, pain, vin, charcuterie, fromage… Tout est là pour sustenter tous nos brivistes. Les 100% ont récupéré drapeaux, tambours, banderoles, chacun à sa place, on peut y aller.
C’est un long cortège rythmé par le son des tambours et les « CAB, CAB, CAB ! » qui prend la direction de Jean Alric. Si les aurillacois doutaient de la présence des supporters brivistes, ils sont rassurés, on nous voit et on nous entend !

Les supporters brivistes devant les portes de Jean Alric

Nous voilà dans le stade. Bien sûr, on fait le maximum de bruit sous le regard des supporters aurillacois qui nous regardent avec un sourire amusé. L’ambiance est bon enfant et on va tous s’installer à nos places où d’autres supporters brivistes sont déjà là. Les joueurs sont en plein entraînement. Ils sont juste en face de nous et ils nous ont forcément vu et entendu : « On est là les gars ! » Les chants commencent à se faire entendre. Les supporters en ont créé un spécial derby : « Stade Aurillacois, vous n’avez pas le choix, on vient pour gagner chez toi. Stade Aurillacois, Stade Aurillacois, on vient pour gagner chez toi ! » .
Le temps est clément en Auvergne, 10°c, le ciel est dégagé mais un vent souffle sur Jean Alric et nos brivistes vont jouer la 1ère période contre le vent.

Le coup d’envoi fictif est donné et les joueurs sortent des vestiaires. Les drapeaux corréziens s’agitent de tous les côtés. On se retrouve dans une marée de drapeaux qui flottent et qui chantent. Les deux équipes se rassemblent pour former deux cercles sur la pelouse et une minute de silence est respectée en mémoire d'Anthony Martrette, ancien 3ème ligne du club, disparu cette semaine. Le silence est solennel, tout le stade est en communion. Des applaudissements concluent ce moment et c’est parti.

C’est Aurillac qui donne le coup d’envoi, déjà ça chante dans la tribune. Le CAB se lance à l’assaut du terrain adverse et sort le ballon. Touche pour Aurillac, mais le CAB commet un en-avant que l’arbitre juge volontaire. Joris Segonds ne tremble pas et c’est dans le silence qu’il passe cette première pénalité (3-0, 4’). On a déjà compris qu’Aurillac n’était pas là pour s’amuser et que la partie allait être rude.
Soudain, on voit Otar Giorgadze rentrer sur le terrain. Etonnement de notre part. Que se passe-t-il ? On n'avait pas vu que So’otala Fa’aso’o s’était blessé. « 4 minutes et un blessé, ça commence bien ! » nous dit une supportrice juste à côté. « C’est mauvais signe ! » rajoute un jeune homme juste devant. Mais non, nos joueurs vont y aller, même si c’est à Jean Alric, ils peuvent s’imposer et ils le doivent. Ils passent d’ailleurs à l’offensive dans le camp adverse et se voient accorder une pénalité à 30 mètres des poteaux que Thomas Laranjeira va tenter. Nous avons les yeux rivés sur lui, le stade est presque silencieux. On dit presque, car une petite bande de jeunes supporters d’Aurillac en a décidé autrement et siffle notre buteur ! Pénalité manquée par Laranjeira qui ne nous a pas habitué à ça. (3-0, 7’) « Vous voyez, ça continue, on a le mauvais œil, je vous le dis ! », nous dit la même supportrice un peu âgée.
Brive essaie malgré tout de repartir à la conquête et cherche les extérieurs. Mais les aurillacois répondent présent et cela se termine par une 1ère mêlée pour Aurillac.

Mêlée dans le derby Aurillac Brive

« C’est bon la mêlée ! On va leur montrer comment on est supérieur ! » dit un supporter briviste. Mais la mêlée briviste se laisse prendre par celle d’Aurillac ! Là, il se passe beaucoup de choses dans nos têtes, on a beaucoup chanté, encouragé, pour l’instant c’est Aurillac qui fait le jeu.
Nouvelle mêlée, on se dit qu’on va prendre notre revanche. C’est pire ! Les aurillacois au terme d’un superbe effort récoltent une 2ème pénalité. Segonds va la tenter. Certains d’entre nous commencent à siffler. Ils sont vite recadrer par d’autres supporters. « On respecte les joueurs ! Ce n’est pas parce que des petits jeunes veulent faire les malins qu’il faut faire pareil ! » Le message est passé. Mais malgré le silence revenu, Segonds rate son tir (3-0, 15’). On est soulagé quelque part. On va pouvoir mettre notre jeu en place et montrer qu’on a des ambitions. Pourtant, suite à une mésentente entre Arnaud Mignardi et Seva Galala, Thomas Salles s’échappe. Il arrive droit sur nous qui sommes du côté briviste. Ça arrive vite, on essaie de contenir l’action mais Latuka Maituku aplatit dans le coin. Jean Alric s’enflamme, pourtant l’arbitre va voir son arbitre de touche car il a des doutes, tout comme nous. On voit plus la touche que l’essai. Mais l’essai est accordé à Aurillac et Jean Alric repart de plus belle. Avec cet essai qui nous donne un petit coup sur la tête, ce sont de vrais petits coups que nous recevons sur la tête, des gobelets, les mini tifos faits pour le match par Aurillac…ça agace ! Essai oui, mais transformation non ! (8-0, 17’).

Les brivistes se regroupent après l'essai aurillacois

Nouvelle tentative briviste de conquête, faute de main de Thomas Laranjeira et nouvelle pénalité pour Aurillac. Décidément, ils n’y sont pas nos joueurs ce soir et Aurillac fait un grand match. Segonds passe la pénalité, le stade montre son contentement et nous, on commence sérieusement à se dire que même si un match c’est 80 minutes, ça va mal et on se crispe, on n’est pas bien du tout (11-0, 21’). On est à la moitié de la 1ère période et on n’a pas marqué de points !!
Mais à la 23ème minute, c’est la peur, l’inquiétude qui nous prend. Suite à un choc avec des aurillacois, Peet Marais est étendu sur le terrain complètement K.O alors que l’arbitre n’a rien vu.

Peet Marais KO à Aurillac et évacué sur une civière

C’est un joueur aurillacois qui fait arrêter le jeu en avertissant l’arbitre. Chez nous, c’est l’inquiétude la plus totale. Notre Peet est étendu, ne bouge plus.

Les secours arrivent. Ce sont des minutes interminables, on se pose des questions, on essaie de se rassurer. La civière arrive. Là, on sait que c’est grave. Peet Marais est évacué du terrain sous les applaudissements du stade, sauf de nos petits jeunes imbéciles qui ne trouvent rien de mieux que de le siffler !
Victor Lebas entre en jeu, et le match reprend. Mais on ne peut que suivre des yeux les gyrophares du SAMU qui doivent amener Peet Marais à l’hôpital. On est toujours choqué et on commence à être très agacé. Mêlée pour Brive qui arrive enfin à gagner une pénalité. Laranjeira trouve la touche à moins de 30 mètres de l’en-but aurillacois. Nouvelle mêlée gagnée par Aurillac, mais grâce à Valentin qui met le pied en touche, Brive récupère le ballon et redemande la mêlée. Alors là, on ne comprend pas. Brive est dans le dur aujourd’hui en mêlée et ils en redemandent !
Mais celle-ci va être la bonne. Bras cassé pour le CAB qui est vite joué et après un jeu un peu acrobatique, Guillaume Namy marque en coin. On se lève, on n’y croyait presque plus. Les drapeaux, les chants, les tambours reprennent de plus belle, pendant que d’en haut les insultes pleuvent, toujours les mêmes.

Les drapeaux brivistes flottent sur Jean Alric

Laranjeira manque la transformation, décidément, il n’est pas en forme notre Thomas (11-5, 28’). Enfin, on a des points, 5 petits points mais on a ouvert notre score.
Le CAB a l’air de s’être réveillé. Les duels sont beaucoup plus intensifs, mais cette équipe d’Aurillac ne lâche rien. Touche pour Aurillac qui s’organise en maul progressant dangereusement. On fait ce qu’on peut pour donner de la force à nos joueurs, on souffre presque de pousser avec eux. Pourtant, malgré une passe légèrement en-avant aurillacoise, l’arbitre revient à un hors-jeu briviste. On manifeste bien sûr notre mécontentement. Certains du groupe s’adressent directement à l’arbitre, on ne comprend pas. Mais l’arbitre est le seul juge sur le terrain, on se calme vite cela ne sert à rien. Mais en voyant Segonds passer la pénalité à 20 mètres, on ne peut s’empêcher de crier notre mécontentement. Pour nous c’est clairement 3 points donnés à Aurillac ! (14-5, 35’).
Le jeu reprend par un super contest de Victor Lebas, mais il relâche le ballon en avant. On repart donc avec une mêlée. « Encore une mêlée pour Aurillac ! Mais ils en ont fait quoi de leur puissance nos joueurs ? » La mêlée ne fonctionne pas, il faut la refaire. C’est incroyable comment notre arme la plus puissante et devenue frêle ! Pourtant elle est pour nous, merci Aurillac qui a anticipé la poussée.

Pénalité pour Brive qui va prendre les points à Jean Alric

On est à la 40ème, un petit duel a encore lieu entre les 2 équipes. Brive récupère une touche dans les 30 mètres. On se dit, « Un essai avant la pause ! » Enchainement de jeu à une passe. Nous, on y croit, on encourage, et on récupère une pénalité pour plaquage irrégulier. Laranjeira va en touche dans les 30 mètres. Va-t-on se rattraper à la dernière minute de cette période ? Les drapeaux se lèvent… mais la touche est loupée et Boisset met un terme à cette 1ère période.

1 essai partout. Des brivistes indisciplinés qui se sont faits asphyxier par des aurillacois conquérants. 14 à 5, l’avantage est nettement pour Aurillac. Beaucoup dans le groupe s’inquiètent pour Peet Marais et cherchent sur leur portable des nouvelles. On est rassuré, il est conscient et passe des examens complémentaires.

Le match reprend par le coup d’envoi de Brive. On espère que Jeremy Davidson a mis les points sur les « i » de son équipe et que notre banc va bientôt rentrer.
Mais on commence mal, dès la 1ère minute on perd la touche sur un mauvais lancer et Aurillac avance. Eux, ils n’ont rien perdu pendant la mi-temps, toujours aussi conquérants, jusqu’à un hors-jeu. Pénalité briviste. Mais c’est le 3ème échec de Thomas Laranjeira ce soir ! Que se passe-t-il dans sa tête ? Lui si précis, comment peut-il louper autant de tirs ce soir ? La pression d’être capitaine lui pèse-t-elle ? Et d’en haut, les insultes reprennent, on se contient mais c’est difficile (14-5, 45’). Thomas va vite se rattraper. Contest au sol après un beau slalom de Guillaume Namy et pénalité à 30 mètres. On a peur, on croise les doigts pour que sa précision revienne et ça passe !!! 1er tir au but réussi pour Laranjeira ( 14-8, 48’), l’espoir renait.

Allez Brive à Jean Alric avec le drapeau de la montée en TOP 14

Aurillac est un peu plus indiscipliné, et se met à la faute après un contact irrégulier. On a l’avantage, les sourires se redessinent sur les supporters malgré les verres qui nous tombent encore sur la tête. Touche briviste à 5 mètres de la ligne. On va l’avoir ce 2ème essai ! Thomas Acquier en difficulté est remplacé par François Da Ros sur cette touche primordiale. On a tous le regard fixé sur Da Ros. Mais nos talonneurs ne sont pas en forme ce soir et le lancer est contré ! Fausse joie. Un en-avant aurillacois nous dit que ce n’est pas fini.

Touche briviste à 5m de la ligne aurillacoise

On part en mêlée à 5 mètres. On n’est pas rassuré, vu les contre-performances de notre mêlée ce soir. Nos tambours frappent pour encourager nos joueurs à pousser, on serre les poings… on est plus qu’à 5 mètres. Mais rien à faire, pénalité pour le pack cantalien, « La mêlée est restée à Brive » nous crie un jeune du haut de la tribune. Quelque part il n’a pas tort.
Ça s’échauffe aussi sur le terrain, c’est un match très chaud ce soir. Les deux équipes sont à cran.

Bagarre entre coujous et cantalous

Brive repart de l’avant et réussit à gagner une touche et … c’est une 4ème touche contrée par Aurillac. Nos drapeaux sont en berne. On ne sait plus trop quoi faire. Sans la touche et sans la mêlée, à quoi bon continuer !
On y ajoute un énième hors-jeu et c’est une nouvelle pénalité pour Aurillac manquée (14-8, 60’). On relance les encouragements. Rien n’est encore perdu. Mais il faut se réveiller les gars ! 20 minutes pour inverser le score.
Ce sont pourtant les aurillacois qui vont repartir à la conquête et qui manquent de peu de faire céder la ligne briviste. On défend mais maintenant, il faut attaquer !
Mêlée pour Brive, mais quand on n’y est pas, on n’y est pas ! C’est encore une pénalité contre Brive. Devant autant de fautes sur notre mêlée, on ne peut que s’agacer. Notre arme s’est enrayée.
Cependant, on n’a pas dit notre dernier mot. A la 68ème, Brive réussit à voler le ballon et Laranjeira trouve une bonne touche à 10 mètres de la ligne aurillacoise.
C’est le moment du match. Si on contre la touche, et qu’on y met plus d’envie ça peut marcher. Faute d’Aurillac dans ses 5 mètres, Samuel Marques, rentré quelques minutes plus tôt demande à Laranjeira de prendre les points. On se pose des questions dans la tribune. Pourquoi si prêt de l’en-but, ils ne vont pas en touche ? Mais vu la résistance aurillacoise, les brivistes préfèrent assurer 3 points pour décrocher le bonus défensif que de perdre cette occasion. Bon choix, Laranjeira passe la pénalité (14-11, 71’). L’espoir revient. On peut encore battre Aurillac. 10 minutes cela suffit, non ? Cela passerait pour un hold-up mais ce n’est pas grave. Les supporters donnent tout ce qu’ils peuvent pour ces 10 dernières minutes de jeu.

Les dernières minutes de ce Stade Aurillacois - CABCL

Un duel commence entre les deux équipes. Aurillac tient sa victoire mais le CAB en veut plus et nous aussi. Aurillac joue la montre, cela nous agace. En-avant aurillacois et mêlée. « C’est bon c’est perdu. Tu ne vas pas me dire que c’est maintenant qu’ils vont réussir une mêlée ! » Et pourtant si ! Brive avance. On avance avec eux. On peut encore marquer ! Allez un dernier effort les gars ! Mais la défense aurillacoise tient bon, le terrain est comme miné. Contre ruck et Aurillac sort le ballon.


Victoire d’Aurillac 14 à 11. Le stade Jean Alric est aux anges. Pour Aurillac, le maintien est pratiquement assuré. De notre côté, malgré la déception du jeu briviste et de la défaite nos drapeaux flottent dans Jean Alric, supporters toujours !

La suite est un peu moins reluisante. Agacés par nos drapeaux et nos chants, les quelques jeunes qu’on ne peut pas appeler supporters, ont voulu en découdre avec nous. Nous remercions la sécurité d’Aurillac pour leur soutien et leur intervention rapide. On a pu sortir tranquillement de la tribune accompagné par la sécurité sous le regard des supporters aurillacois condamnant ce mauvais état d’esprit. Certains nous ont accompagnés, mêlant nos deux drapeaux jusqu’à la sortie comme pour s’excuser du comportement d’une minorité à laquelle ils ne veulent pas être associés : le rugby reste une grande famille.

Pas de mêlée, pas de touche, un jeu plus timide que conquérant malgré quelques grosses actions, une équipe entière avec le visage des mauvais jours.


Que s’est-il passé à Aurillac ?

 

Sébastien Marin, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Oyonnax 10 22 Brive
Béziers 27 23 Vannes
Aurillac 16 17 Biarritz
Mont de Marsan 48 22 Bourg en Bresse
Bayonne 45 15 Massy
Carcassonne 33 24 Provence Rugby
Montauban 9 6 Nevers
Colomiers 15 8 Soyaux-Angoulême
Résultats Top 14