Vu en Tribunes : le CAB fait tomber chez lui l’invincible Nevers, on en veut encore !
Publié le samedi 23 mars 2019 à 10:00


De l'intensité, du jeu, du suspense. Sébastien Marin revient (en famille) sur cette rencontre qui va peut être faire basculer la saison de Nevers et Brive. En tout cas, ça faisait bien longtemps que nous n'avions pas assisté à un tel match.

6 jours se sont écoulés depuis ce superbe match du CAB face à Provence Rugby, 6 jours pour se remettre de tant d’émotions et se mettre en tête que le match contre Nevers peut être un tournant à 90° pour le CAB.

On y croit, la confiance est là, la composition alignée nous paraît excellente. Notre équipe est enfin au complet, nous allons pouvoir passer aux choses sérieuses !

Mais, Nevers ce n’est pas n’importe qui : en haut du tableau depuis des mois, invincible chez lui. Un gros défi pour nos Noirs et Blancs.

L’ambiance est différente devant la télé, c’est toujours plus frustrant que dans les gradins ou la coursive. Peu importe.

Il est presque 20h45, la télé est bien chaude, nous aussi ! Les drapeaux sont sortis, la petite bière aussi. Juste avant le coup d’envoi, on remarque que la bière porte le nom de « Guillotine ». Il est vrai que vu l’importance de ce match, on peut presque dire que ce soir, une équipe aura la tête tranchée !

Ça y est, le coup d'envoi est donné par Stuart Olding, le ballon est déjà dans les airs que nous sommes dans un état d’excitation et de stress. Bref un mélange d’émotions qui ne demandent qu’à s’exprimer.

On est vite servi, pénalité pour Brive. Thomas Laranjeira a à peine posé le ballon sur le tee, qu’à la maison, plus personne ne parle, les yeux rivés sur cet écran qui nous sépare du Pré Fleuri. Laranjeira frappe et ça passe ! (0-3, 2’). « 2 minutes et 3 points ! Ca va le faire je vous dis ! » Pourtant, c’est bien Nevers qui lance son offensive, la ligne briviste se met en place. Déjà nos poings se crispent mais un en-avant de Nevers stoppe l’offensive.

Mêlée pour Brive. On est confiant, c’est notre point fort, les neversois vont s’envoler comme les fleurs de leur pré !

Effectivement, y’a pas photo. On n’a même pas le temps de pousser avec eux que la mêlée est gagnée.

Brive repart à l’attaque. « Allez, on fonce dans le tas » crie un petit supporter de 10 ans qui devrait être au lit ! Pénalité pour Brive. « C’est bon 3 points de plus ! » On fait tellement confiance au meilleur buteur de Pro D2, qu’on est sûr que ça va passer entre les perches. Bingo ! (0-6, 8’).

Le stress est passé, on est plus détendu.

Rebelote ! Nouvelle attaque en règle de Nevers qui cherche à mettre du rythme et de la pression. Tellement de pression que Fred Quercy heurte Matthieu Voisin, gros choc entre les 2 joueurs. On demande le carton : « Allez, sors le carton ! » Mais c’est seulement un jaune que Quercy va avoir. Certains s’insurgent ! Otar Giorgadze pour la même faute a eu un carton rouge et 5 semaines de suspension, et là, c’est juste un jaune ! On est scandalisé. On voit bien à la vidéo qu’il y a percussion coude en avant mais l’arbitre a pris sa décision. Ça rouspète, mais nous sommes en supériorité numérique et il faut en profiter.

On est énervé, et le jeu que nous montre nos brivistes ne va pas arranger notre humeur. Ça attaque mais ça ne perce pas. En-avant briviste, on est sanctionné sur la mêlée pour une poussée anticipée. Non ! Trop de fautes ! Les nerfs prennent le dessus. « Vous faites quoi P…. ! » Pourtant on est à 15 contre 14, le canapé qui avait souffert pour le match contre Bourg-en-Bresse ne passera pas le match… Encore un en-avant briviste «  Je vais p…., j’en ai marre là ! » se lève subitement un ami, prenant la direction des WC.

Brive accumule les fautes, l’indiscipline règne, on commence à parler de plus en plus fort ! On voit Bamba plonger dans le ruck, pénalité pour Nevers (3-6, 20’).

Retour du carton jaune. « Ils ne sont même pas foutu de profiter de la supériorité numérique. » s’énerve un supporter. La tension est à son comble dans le salon.

Nouvelle poussée de Nevers avec un superbe ballon porté, on voit l’essai arriver. Ça s’énerve de plus en plus ici. Ça se lève, ça passe ses nerfs sur les cousins… Pourtant tout le monde reste figé devant cet écran dans lequel on aurait envie de cogner.

26’, suite à une incompréhension en touche des neversois, Brive reprend possession du ballon et Samuel Marques trouve une touche dans les 22 adverses. Tout va vite s’enchainer à ce moment. En-avant de Nevers sur la touche, mêlée briviste conquérante et essai de Joris Jurand !!! Tout s’est passé si vite qu’on est resté presque cloué sur nos sièges jusqu’à cette explosion de joie quand Jurand a aplati. Magnifique essai de cette jeune recrue, le drapeau s’agite comme au stade, on est debout les poings en l’air ! On attend la transformation, mais elle est manquée (3-11, 28’). On respire, les sourires reviennent. On peut le gagner ce match !

Mais la joie est de courte durée. Faute briviste, touche pour Nevers, ballon porté et essai de Maxence Barjaud. « Mais c’est pas possible ça ! La discipline, les gars M…. ! » Les esprits s’échauffent ici. Transformation manquée, « 1 partout 1 » crie le petit de 10 ans avec un sourire malicieux.

Mais Nevers continue. Grosse attaque sur le renvoi qui se termine encore par une faute briviste. Nous sommes dans les 22 brivistes et alors que la défense se met en place, drop de Nicolas Vuillmin, (11-11, 39’). Là, ça en est trop. Il reste une minute.

On se lève pour marcher, évacuer cette tension qui nous anime quand le petit se met à rire et nous appelle. On n’y croit pas. Bonvalot est sorti en touche dans ses 22 mètres à 4 secondes de la sirène. On rit, mais c’est forcément bon signe.

« Ca, c’est un coup du Duc ! » nous sort le plus âgé de la bande. On reste tous debout. Touche à 5 mètres, Matthieu Voisin entre en force et marque le 2ème essai briviste. « Merci Amédée ! » crie de nouveau l’ancien. Transformation de Laranjeira (11-18, 41’).

C’est la mi-temps. On n’y croit toujours pas !

Certains sortent prendre l’air, ça discute de l’indiscipline d’un autre côté. « Je pense que la suite va être éprouvante, t’as rien à manger et à boire. » Tout est installé, charcuterie, fromage, bières, sodas….

Ça reprend. On a 7 points d’avance, mais il en faut plus.

Brive commence fort. Grosse poussée, bonne passe de Marques pour Axel Muller, ça chauffe. On approche nos yeux au maximum de l’écran pour ne rien perdre de cette action. On est à 5 mètres Jurand est proche de la ligne mais Saïd Hireche récupère et aplatit ! Ca crie plus fort qu’avant. On a encore la bouche pleine, debout devant cette télé. Transformation de Laranjeira, (11-25, 44’). On ne peut s’empêcher de se serrer dans les bras.

14 points d’avance et on sort à peine des vestiaires.

Pourtant, on va vivre une traversée du désert totalement insupportable.

48’, faute volontaire de Peet Marais qui prend un carton jaune. Il en faut pas plus pour Nevers encore avec un ballon porté de marquer leur 2ème essai, transformé par Vuillemin (18-25, 51’). L’indiscipline règne encore chez les brivistes et ça commence à faire beaucoup.

Plus personne ne touche aux ripailles. Plaquage haut de Brive, faute volontaire de Matthieu Voisin et carton jaune, le 2ème en 5 minutes. « C’est bon, on est foutu ! A 15 contre 13, on va prendre une valise ! » C’est plus de la colère, c’est de la désillusion. On y croyait tellement, c’était tellement bien parti. Le drapeau est en vrac par terre, personne ne dit plus rien. On attend le massacre.

Et ça va vite. En à peine une minute, nouvel essai de Nevers par Jean-Philippe Genevois, transformé par Vuillemin (25-25 ,55’).

Mais, on avait oublié qu’un match, c’est aussi stratégique. Brive réalise une longue séquence avec Samuel Marques qui garde au maximum le ballon au chaud pour gagner du temps, espérant au plus vite le retour des cartons jaunes. On regarde le jeu, avec fébrilité. Pour nous c’est déjà perdu. On avait 14 points d’avance et en un quart d’heure, on s’est fait rattraper !

Nevers a récupéré le ballon, on tremble presque car on voit un nouvel essai se profiler. Mais un en-avant vient arrêter l’action. Mêlée pour Brive qui contrôle bien. Cela nous remet du baume au cœur. Tant que le chrono n’est pas fini, on peut y arriver.

Changement de la 1ère ligne et retour de Peet Marais. On respire un peu plus. Pourtant, suite à une grosse poussée de Nevers, Brive se met encore à la faute et pénalité que Vuillemin passe sans problème (28-25, 62’).

Là, nos visages se ferment. A la 62ème minute, Nevers nous passe devant. « C’est foutu ! On avait le match en main M…. » Les noms d’oiseaux pleuvent, pas contre l’équipe mais contre cette indiscipline qu’on n’arrive pas à supprimer.

64’ Voisin ne rentre pas, Giorgadze prend sa place. Malgré le score et la sensation d’être passé près de la victoire, le fait de revoir le géorgien sur le terrain nous fait plaisir.

Nous sommes de nouveau à 15 contre 15 et Thomas Laranjeira égalise en passant une pénalité (28-28, 65’). « Rien n’est perdu, j’y crois moi » nous dit le gamin de 10 ans qui a ramassé le drapeau et le tient fermement.

Pourtant sur une touche neversoise, faute de Saïd Hireche qui prend le 3ème carton jaune de la soirée pour Brive. On compte ... On va terminer le match à 14 contre 15 ... c’est mort !

Brive résiste pourtant et va bénéficier d’une mêlée suite à un lancer pas droit de Nevers. La mêlée briviste est magnifique. On sent que c’est le moment ou jamais. Là, tout le monde est debout dans le salon, poings serrés, criant des « Allez ! » comme si les joueurs nous entendaient. L’action est superbe, frémissante, intense, on est à 5 mètres de l’essai ! Sifflet de l’arbitre. On proteste ! « Qu’est ce qu’on a fait encore ? » Emporté par l’action, on n'a pas vu la faute au sol de Nevers. Ça reprend, Stuart Olding tente un drop qui touche une perche, il faut revenir à la pénalité. Celle de la victoire ?

Et là, le temps est long, très long. En effet, Autagavaia est resté au sol après cette action, il doit être évacué sur civière.

Thomas Laranjeira sorti sur protocole commotion, c'est notre irlandais, Stuart Olding, qui prend le costume de buteur pour passer la pénalité.

Son visage est grave, le nôtre aussi. Personne ne parle, les yeux rivés sur l’écran comme pour lui donner toute notre force. Olding tire et le ballon passe les perches. Explosion de joie, ça saute, ça chante «  Ici, ici, c’est la Corrèze ! » (28-31, 77’).

Mais le match n’est pas terminé. Nevers repart à l’assaut. La sirène retenti mais le ballon est toujours en possession neversoise. Plus personne ne parle, mais tout le monde bouge. Certains grattent le sol avec leurs pieds, d’autres ont agrippé un cousin, il y a en a debout, faisant les 100 pas…. Nevers est à 5 mètres et en-avant neversois !!!

 

C’est fait Brive bat Nevers 28 à 31 !

L’explosion de joie est totale. On se prend dans les bras, on s’embrasse. Notre cœur a tellement souffert ces 5 dernières minutes qu’on ne se rend même plus compte de l’heure. On en a les larmes aux yeux. Le petit se cache derrière son drapeau les yeux remplis de larmes. On l’attrape et on le jette en l’air en criant « CAB, CAB, CAB ! » Pas possible de penser à rentrer pour se coucher dans cet état. On reste encore ensemble un moment regardant nos joueurs heureux. On est fier, fier d’eux, fier d’être briviste.

Et vous, qu’avez-vous ressenti ? Question débat sur Copains and Binouzes.

 

Sébastien Marin, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Demi-Finales
Nevers 15 15 Béziers
Biarritz 18 21 Colomiers
Bourg en Bresse 25 20 Montauban
Vannes 25 5 Aurillac
Massy 24 28 Mont de Marsan
Brive 54 17 Carcassonne
Soyaux-Angoulême 22 18 Bayonne
Provence Rugby 29 23 Oyonnax
Résultats Top 14
AllezBriveRugby vous propose ces vidéos de rugby