Sous un soleil de plomb, le CAB rallume le feu du Top 14
Publié le mercredi 5 juin 2019 à 06:00

Que cette semaine fut longue !

Après la défaite à Pau, on avait tous le moral dans les chaussettes et on essayait de se remettre de cet énorme coup de chistera que nous ont infligé les bayonnais.

Et puis, il y a eu les paroles de notre capitaine Saïd Hireche :

"Je vais me servir de cette rage et essayer de la transmettre à tous mes coéquipiers"

Cette tristesse et cette déception se sont vite transformées en rage et en espoir : personne n’est venu prendre Amédée Domenech et ce n’est pas Grenoble qui va commencer !

A partir de cet instant, plus rien ne comptait que ce match d’accession au Top 14. On avait nos places, pas d’angoisse à ce niveau : on sera là ce 2 juin pour la montée !

Dimanche, c’est plein d’envie mais aussi calme et serein (allez savoir pourquoi) qu’on était à 10h au Stadium pour installer les 10 000 drapeaux dans les tribunes avec les 100% Coujou. Rien avoir avec la semaine dernière, où la pression pesait sur les épaules dès le trajet en bus pour Pau. Non, on était chez nous, dans notre antre et on avait l’impression que rien ne pouvait nous arriver.

C’est après un bon casse-croute mérité que tout le monde s’est préparé, direction le Stadium, pour la dernière haie d’honneur de la saison.

On se devait d’être là, non seulement pour les encourager et leur montrer que nous étions à côté d’eux, mais aussi pour les remercier de cette incroyable saison.

Ça y est, le bus arrive. Les supporters qu'on trouvait un peu endormis se réveillent d’un coup et c’est une énorme vague d’applaudissements, de drapeaux et de chants qui accueillent nos joueurs, déjà dans le match.

Mais c’est qu’il faisait chaud dimanche, alors direction le café des Monédières, pour un petit rafraichissement car il va falloir donner de la voix, de l’énergie tout à l’heure. On discute entre amis supporters, le temps passe horriblement vite, il est vite temps de regagner nos places, le dernier match de la saison va commencer.

C’est sous une chaleur étouffante que les joueurs entrent sur le terrain. C’est un moment plus important que d’habitude, c’est la dernière de la saison.

Le coup d’envoi est donné, ça y est la bataille pour le Top 14 a commencé. Mais les brivistes se mettent vite à la faute et il n’en faut pas plus pour que Gaëtan Germain, qui connait le stade comme sa poche, ouvre le score pour Grenoble (0-3, 4’). D’ailleurs, cela fait bizarre de voir Gaëtan en face de nous.

Mêlée grenobloise, on va voir si on a récupéré notre point fort. Oui ! On remporte la mêlée mais la pénalité est un peu trop éloignée pour Thomas Laranjeira (0-3, 7’).

On repart de plus belle, les deux équipes veulent ce Top 14 mais les brivistes se mettent encore à la faute ! On le sait, la discipline va beaucoup compter et avec un buteur comme Germain ça va faire mal. Pénalité passée (0-6, 15’).

Déjà 6 points en un quart d’heure. On commence à s’angoisser. Quand nos brivistes vont complètement entrer dans le match. Pas de suite, car après deux pénalités, Germain vient marquer le 1er essai grenoblois de la partie. On est tétanisé et puis l’arbitre demande la vidéo, l’espoir renait. Essai refusé suite à un en-avant de Saseras, on respire mais il faut que nos joueurs se reprennent !

Et c’est là qu’on assiste à cette course folle de 30 mètres de notre capitaine Saïd Hireche, on y va, l’en-but n’est plus très loin. Tout le monde est presque debout et encourage nos joueurs à quelques mètres de la ligne. Da Ros, puis Lobzanidze et enfin Laranjeira qui va dans l’en-but ! C’est l’explosion dans les tribunes, des milliers de drapeaux volent. Grenoble s’étant volontairement mis à la faute, ce sera un essai de pénalité (7-6, 23’).

Ça y est, c’est parti. Le match est enfin lancé et puis, c’est le 1er coup sur la tête avec le carton jaune de Peet Marais et la possibilité à Grenoble de repasser devant au score. Mais le métronome de Gaëtan Germain lui fait faux bon et ça passe à côté pour le plus grand soulagement de tous. Seulement, on est en infériorité numérique, ça c’est inquiétant surtout que les brivistes n’arrêtent pas de donner des munitions à Germain avec une nouvelle pénalité. Là, ça commence à devenir énervant, l’envie et la rage oui, mais la discipline les gars ! Bien sûr, ça passe (7-9, 28’) et on remet ça quelques minutes après suite à une mêlée perdue (7-12, 32’). Si avant on parlait de "Germain-dépendance" à Brive, aujourd’hui c’est le Germain Terminator !

Dans les tribunes, on redouble d’efforts pour encourager nos gars, on a traversé la ligne une fois, on peut le refaire et surtout, il faudrait finir cette 1ère période en menant au score.

Agacé, la rage en lui, So’otala Fa’aso’o se met dans sa position bulldozer et avance en force suivi par ses camarades. Ça joue, le ballon circule, les passes sont justes jusqu’aux bras de Franck Romanet qui inscrit le 2ème essai briviste ! Les supporters laissent exploser leur joie, encouragent encore plus les joueurs. Transformation réussie (14-12, 36’).

Deux essais à zéro, ce qui démontre que sans cette indiscipline on serait loin au score.

Mais nous rentrons aux vestiaires en menant au score, c’est le principal !

La 2ème période va être riche en émotion. A peine 3 minutes après la reprise, Arnaud Mignardi reste à terre et se tord de douleur. Dans les tribunes, c’est l’angoisse et la peur pour notre Arnaud. Les minutes que les soigneurs passent auprès de lui sont longues et l’angoisse continue de monter. La civière arrive, là c’est grave. Mais non, notre Bison se relève malgré la douleur et c’est sur ses jambes qu’il quitte le terrain sous l’ovation des supporters. Nous avons ressenti cela comme un message très fort. Arnaud, en quittant le terrain debout et encourageant ses coéquipiers, a montré que même dans la difficulté, à terre, le CAB se relève toujours et fonce !

Et c’est ce qui va être le cas. Brive se lance à nouveau à la conquête sous les cris des supporters, ils semblent être arrêtés mais non, Lobzanidze sert Marques qui plonge littéralement au milieu des poteaux. 3ème essai briviste, le Stadium est en délire, c’est de la folie. On sent le Top 14 se rapprocher mais on reste prudent (21-12, 47’).

Mais Grenoble ne s’avoue pas vaincu et suite à une pénaltouche, un maul se forme et va directement derrière la ligne. Mais l’arbitre demande encore la vidéo, si on a été secoué par cet essai, on se dit qu’il y a peut-être une chance qu’il soit refusé. Et c’est le cas : maul déstructuré. Faut pas être cardiaque aujourd’hui, entre la chaleur et les émotions, ça commence à faire beaucoup.

Côté émotion, on va être servi ! Rory Scholes récupère un ballon, on croit à l’essai mais ça se termine en ballon mort. Notre cœur ne va pas résister. Nouvelle faute briviste et nouvelle munition pour Germain (21-15, 66’). Rien n’est encore joué et le stress commence à nous prendre, le score reste serré et tout est possible.

Encore une fois, So’otala Fa’aso’o continue à être en mode bulldozer et avance en force et rien ne semble l’arrêter. Encore une fois tout le monde se lève, crie, encourage mais il se fait arrêter par Germain, oui encore lui ! Mais ce n’est pas suffisant, Otar Giogardze, montre aussi toute sa puissance et marque le 4ème essai briviste, celui de la gagne ! (28-15, 78’).

A deux minutes de la sirène, c’est pratiquement gagné. Tout le stade est en délire, les supporters crient «  CAB, TOP 14 » et l’essai grenoblois de Guillemin passe presque inaperçu tant nous sommes en liesse. Reste plus qu’à la poudrière briviste de laisser exploser sa joie et d'envahir la pelouse.

Tout un peuple réuni autour de son équipe. Pendant 80 minutes, nous n’avons fait qu’un tous ensemble. On ne peut s’empêcher de se rouler sur ce gazon, tous les supporters se font des accolades. Les joueurs partagent ce moment avec tous, photos, poignées de mains, accolades jusqu’au lever symbolique du bouclier, le seul et unique que personne n’aura !

Le reste de la fête, on vous laisse juste l’imaginer…..

 

Sébastien Marin, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Oyonnax 10 22 Brive
Béziers 27 23 Vannes
Aurillac 16 17 Biarritz
Mont de Marsan 48 22 Bourg en Bresse
Bayonne 45 15 Massy
Carcassonne 33 24 Provence Rugby
Montauban 9 6 Nevers
Colomiers 15 8 Soyaux-Angoulême
Résultats Top 14