Vu en tribunes : Malgré le déluge, le CAB nous a offert un gout de paradis.
Publié le samedi 27 avril 2019 à 12:00

Vu en tribunes : Malgré le déluge, le CAB nous a offert un gout de Paradis.
Deux semaines à attendre ce duel des deux relégués du Top 14 et co-leaders de cette ProD2. Deux semaines à se poser des questions, à faire des plans sur la comète : impasse à Oyonnax pour tout jouer sur le match à la maison contre Bayonne ou tout jouer à fond ? Mais pour le Top14, la route est toute droite, alors pas d’impasse : on fonce !

On est bien au chaud à la maison, alors que nos joueurs doivent combattre la pluie, le vent et le froid ! On ne peut pas dire qu’Oyonnax nous accueille avec des conditions maximales…

La composition de notre équipe pose encore beaucoup de questions. Composition inédite, mais les joueurs se connaissent. Le CAB est un groupe. Ils n’ont rien à perdre et tout à gagner. En fait, c’est leur chance. Leur chance de prouver à tous qu’ils existent, qu’ils sont là et c’est comme cela qu’on aborde ce match. On veut du jeu ! Battre Oyonnax chez lui est presque impossible mais perdre en jouant sera le principal et puis impossible n’est pas français !!

Les commentateurs ne donnent pas cher de l’équipe de Brive face au rouleau compresseur oyonnaxien et ça agace. Ce n’est pas grave. On attend le match. Ca y est, les joueurs entrent sur le terrain, la pression monte d’un coup. C’est un match important, on le sait et il faut que nos joueurs rendent une copie propre quoique soit le résultat.

On joue contre le vent, ce qui pourrait nous ralentir. Mais non. C’est sans complexe que nos joueurs se lancent directement à l’attaque de Charles Mathon. Et ça a l’air de marcher. On s’avance vers l’en-but et on le franchit ! On commence à s’exciter mais Mr Ramos nous ramène vite sur terre, essai annulé à cause d’un écran briviste. On est déçu mais on ne peut rien dire. Devant la télé, les images sont claires, il y a faute briviste.

Ce n’est pas grave, on a donné le ton, il faut maintenant trouver la musique et les paroles. Le CAB pousse Oyonnax à la faute :  il n’y a pas que la pluie qui s’abat sur Oyonnax. Samuel Marques, suite à une mêlée, trouve Enzo Hervé. Ça va vite. On tremble. Hervé sert Arnaud Mignardi qui se lance dans une course folle. On court avec lui, la ligne n’est pas loin, il y va droit. Il fracasse la défense oyonnaxienne, on crie « Allez ! » et sert Benjamin Pètre en bout de course. Coup de génie, puisque Benjamin marque le 1er essai de la soirée et il est briviste ! On est debout ! Benjamin Pètre, enfin, Benji est de retour. Notre joie est si grande. Samuel Marques tente la transformation, mais elle passe à côté (0-5, 16’).

Pourtant, c’est la déception qui va suivre après le carton jaune mérité du capitaine, Dominiko Waqaniburotu, après un plaquage haut. On a peur. Oyonnax, vexé, va en profiter et le match risque de tourner. Pas manqué ! Essai de Valentin Ursache, transformé par Botica. On voit à la télé le visage dégouté de Waqaniburotu qui se sent coupable et dans la passion du match on se dit : « Et oui c’est de ta faute ! » (7-5, 21’).

Tout est à refaire ! On est toujours en infériorité numérique et Oyonnax a décidé de sortir le grand jeu. Pourtant, le grand jeu, ce sont nos brivistes qui vont nous l’offrir. Après avoir progressé dans les 22 mètres d’Oyonnax, les brivistes sont stoppés net. Mais c’était sans compter sur le coup de génie d’Enzo Hervé qui adresse une transervale vers Peceli Nacebe. On regarde ce ballon partir en flêche sur notre fidjien, on se lève. Nacebe réceptionne le ballon et plonge derrière la ligne d’Oyonnax ! On a sauté avec lui. 2ème essai briviste et pas des moindres.

Essai de Peceli Nacebe contre Oyonnax

Pendant les ralentis on s’amuse à faire comme lui, plonger mais nous, c’est sur le canapé. C’est incroyable ce que cette équipe nous fait en infériorité numérique ! Samuel Marques passe la transformation (7-12, 26’). La fin de la période est marquée par un lancer pas droit en touche pour Brive et un combat acharné entre les deux équipes qui finit par une pénalité pour Oyonnax que Botica passe sans soucis (10-12, 37’).

C’est la pause. Que se passe-t-il ? Comment une équipe que l’on a appelé « bis » peut tenir tête à Oyonnax et ses cadres qui ont perdu qu’une seule fois chez eux ? On est content de cette 1ère période. Nos Noirs et Blancs se sont jetés sur la ballon, ont concrétisé. On compte sur eux pour faire de même maintenant.

Ils entrent à nouveau sur le terrain. On crie, des « Allez les Gaillards ! » sortent de nos bouches. On y croyait, on y croit plus que jamais ! Pourtant c’est Oyonnax qui envoie du bois dès le début de cette période et suite à un ballon mort, mêlée pour Oyonnax à 5 mètres de l’en-but briviste. Aïe ! Ça chauffe dur ! Samuel Marques récupère le ballon et dégage. Ouf, on respire mais il faut réagir. Un en-avant d’Oyonnax nous donne cette opportunité. Mêlée pour Brive qui profite à Benjamin Pètre qui entre en force dans les 22. Samuel Marques vient à la rescousse. On suit des yeux cette nouvelle attaque. Passe à Enzo Hervé et hop, un  drop ! Et 3 point de plus. On repart à l’attaque. On trinque nos bières !

Nouvelle contre-attaque de Nacebe, cafouillage oyonnaxien et Rory Scholes ramasse le ballon et sert Samuel Marques qui va seul aplatir sous les poteaux le 3ème essai. Là, c’est plus de la joie, c’est la rage qui nous prend. Quel match de Samuel Marques qui va transformer son essai (10-22, 48’).

Essai de Samuel Marques contre Oyo

12 points d’avance et à 1 essai du bonus offensif, qui l’aurait cru ? On est en transe ! On a soif ! On a faim !

Mais la suite du match est plus difficile à suivre. En-avants,  mêlées qui n’en finissent plus…. Mais Oyonnax ne compte pas en rester là et va nous faire trembler sur notre canapé. Les oyonnaxiens vont essayer toutes les solutions mais le rideau de fer briviste alimenté par nos poings serrés et nos encouragements résiste. 

Les brivistes ne lachent rien contre Oyonnax

Les joueurs sont épuisés, on le voit, on le sent et même si nos joueurs tentent une dernière offensive pour décrocher ce fameux bonus, nous sommes déjà à genoux.

Le CAB est allé battre Oyonnax chez lui et a mérité sa victoire. Comme quoi la force d’une équipe se voit à la richesse de tout son effectif, son envie, son implication et son courage.

Sébastien Marin, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 9
Toulon 19 19 Montpellier
Castres 28 26 Brive
Bordeaux 23 0 Agen
Bayonne 3 9 Pau
Toulouse 34 8 Clermont Ferrand
Lyon 45 17 La Rochelle
Stade Français Paris 9 25 Racing 92
Résultats Top 14