Vu en tribunes : Un stadium avec 12000 supporters sous pression !
Publié le mardi 7 mai 2019 à 14:00

Casse croute des 100% coujous avant Brive Bayonne

Ce match, c’est depuis la victoire à Oyonnax qu’on l’attendait. Presque à compter les jours où nos joueurs allaient valider leur 1ère place de Pro D2 et leur place en demi-finale.

10h00, on est prêt. Pourtant cela n’a pas était facile pour se préparer car si on porte toujours le maillot, l’écharpe, la casquette ou le manteau du CAB lors des matchs, pour le reste de la tenue c’est autre chose. Et ce matin, nous voilà devant le dressing à réfléchir à ce qu’on va mettre comme vêtements, essayer de remettre les mêmes que lors des autres rencontres de peur que cela porte malheur à nos brivistes.

La pression, on l’a. On fait attention à tout. On est si près du but que depuis samedi, cela nous obsède. Bayonne fait peur, même si on a confiance, on ne peut s’empêcher d’avoir cette boule au ventre qu’on cache derrière des sourires et des « on va gagner ! ».

Nous voilà avec les 100% Coujou qui nous ont invités au casse-croute avant d’aller à la haie d’honneur de 12h30. On est nombreux, tout le monde ne parle que de ce match, fait des calculs…. Mais c’est la joie et l’enthousiasme qui règne. Le rugby, le CAB, notre club, notre passion.

Allez, en route pour le Stadium. Beaucoup de monde est déjà là. Ça fait plaisir de voir tous ces gens, cet enthousiasme. Dommage qu’il n’arrive que maintenant. Les supporters sont prêts ! Nous aussi ! On est là debout avec nos drapeaux attendant le bus des joueurs comme si on attendait une star mondiale ! On a la pêche, le sourire, on chante car notre star mondiale à nous, c’est le CAB.

Arrivée des joueurs pour Brive Bayonne

C’est un moment riche en émotion : les yeux des enfants émerveillés, les adultes redevenus des enfants et les joueurs qui du regard ou par un sourire nous disent merci, comptez sur nous comme on compte sur vous : une symbiose entre les joueurs et leur 16ème homme.

Tout ça nous a donné soif, direction le Café des Monédières pour la traditionnelle bière d’avant match. On rencontre les habitués, on se salue et puis de loin, on entend des chants qui se rapprochent. Ça y est, ils sont là : la Pena Baiona arrive. Malgré l’enjeu du match, c’est une solidarité de supporters qui s’installe rapidement. Brivistes et Bayonnais chantent ensemble, fort, toujours plus fort ! Après l’hymne de l’Aviron Bayonnais, c’est au tour de la chanson des 3 Cafés Gourmands de résonner dans l’espace Derichbourg. Mais il est l’heure, chacun rejoint sa place et comme on dit « Le spectacle va commencer ».

Cette ambiance nous a détendu, mais assis à nos places, la pression (pas celle de la bière malheureusement) nous reprend. Difficile à expliquer, un mélange de stress, d’exaltation qui prend le ventre. La musique se fait entendre, les joueurs entrent sur le terrain, les supporters ont levé leur « clap-clap » pour faire du Stadium un grand manteau blanc…. Là, ça prend carrément aux tripes !

Ambiance supporters Brive Bayonne

Il y a du vent, et Samuel Marques en est la 1ère victime !

On le savait, Bayonne n’est pas venu pour se balader en Corrèze et attaque d’entrée de jeu. La pression se transforme en stress. Les bayonnais sont supérieurs, ils enchainent rapidement et le ballon semble passer d’un joueur à l’autre sans problème. Ça ne sent pas bon ! Il ne faut pas longtemps à Bayonne pour concrétiser : Manuel Ordas trouve Aymeric Luc le long de la ligne de touche et tout en puissance, il marque le 1er essai bayonnais. Transformation ratée mais l’inquiétude commence à nous prendre (0-5, 7’). Est-ce-que nous n’allons pas revivre le même match qu’à Oyonnax mais en sens inverse ?

Les bayonnais sont déchaînés mais Brive résiste et passe à l’action. Superbe mêlée qui permet à Samuel Marques de trouver une superbe touche. On n’est pas loin de l’essai ! On croise les doigts, Félix Le Bourhis fait un superbe travail pour servir Franck Romanet. On est à l’essai !!! Non en-avant de Romanet, juste avant la ligne.

Mêlée Brive Bayonne J30 de Pro D2

On est déçu, il faut le dire, mais un peu plus rassuré : nos brivistes se sont réveillés !

Et ça continue pour Brive avec encore une belle action grâce une belle accélération d’Axel Muller. On va y aller…. Passe à Rory Scholes qui aplatit ! Tout le monde est debout mais c’est encore un en-avant vu par l’arbitre ! C’est l’agacement qui nous prend d’un coup. 2 essais, 2 en-avants ! Non faut arrêter là : «  Mets tes lunettes, Monsieur l’arbitre ! » peut-on entendre. Pour ne pas le cacher, on est bien d’accord.

Bayonne, qui a subi deux attaques brivistes qui auraient pu lui coûter 14 points, reprend les choses en main à notre grand regret et obtient une pénalité que Tedder passe (0-8, 25’).

On est à plus de la moitié de la 1ère période et toujours pas de points ! On commence à prendre peur surtout que les 2 essais refusés nous restent en travers de la gorge. Et cerise sur le gâteau basque, un 3ème essai de Franck Romanet est annulé parce que nous avons joué trop vite !!! On ne peut s’empêcher de penser que l’arbitre cherche les excuses possibles pour annuler les essais brivistes.

Agacés sûrement comme nous, les brivistes réussissent par obtenir une pénalité en mêlée. Stuart Olding la passe (3-8, 25’). Ça y est enfin, on a ouvert notre score. Maintenant, il faut oublier ces 3 essais refusés et passer à l’offensive.

On crie et on encourage de toutes nos forces. On ne peut pas rentrer aux vestiaires mené au score. Pourtant, après la cerise, c’est le carton jaune d’Axel Muller (35’) qui s’ajoute au gâteau basque. Pfff, on est dégouté. Infériorité numérique, avec le jeu que déploie Bayonne, ça va faire mal ! Pourtant le gâteau basque va prendre un sacré coup pour notre plus grand bonheur ! Les brivistes sont prêts de l’en-but bayonnais et c’est Rory Scholes, superbement servi par Samuel Marques qui marque le 1er essai briviste juste avant la pause. Ça y est, la machine est lancée. Stuart Olding loupe la transformation (8-8, 39’) mais on rentre aux vestiaires en ayant égalisé.

Essai de Rory Scholes qui égalise avant la mi temps

On passe la pause à regarder les autres résultats de la Pro D2 et on pense déjà à la reprise qui arrive vite. Espérons que nos Noirs et Blancs ont repris du poil de la bête !

Mais ce sont les bayonnais qui se montrent dangereux dès le début, avec une nouvelle pénalité passée par Ordas qui remet Bayonne en tête (8-11, 53’). Là, ça ne va plus ! On hurle pour encourager nos joueurs, il y a la place en demie certes mais aussi notre invincibilité au Stadium à préserver !

Nous ont-ils enfin entendu ? Grattage de Saïd Hireche, offensive lancée par Stuart Olding. Un superbe jeu de passes qui surprend les bayonnais et Retief Marais qui conclut avec le 2ème essai briviste que Stuart Olding transforme (15-11, 59’). Ça chante, ça tape dans les mains, les joueurs nous entendent, nous sommes là. Bizarrement plus de pression, plus de stress, mais une rage folle de pousser encore plus loin nos joueurs !

Et cette rage va vite arriver sur le terrain, avec une bonne poussée des trois-quarts et un Stuart Olding des grands jours qui sert parfaitement Franck Romanet pour le 3ème essai. Tout le monde est debout. Le voisin en a renversé son verre de bière : «  C’est pour baptiser l’essai de la victoire » nous dit-il. Transformation manquée (20-11, 64’).

Essai de Franck Romanet sur un superbe mouvement de Olding et un offload de Le Bourhis

Maintenant, il faut tenir, les erreurs comme à Montauban ou ailleurs, c’est derrière nous ! Mais Bayonne ne l’entend pas ainsi et repart de plus belle, trouve un trou dans la défense briviste pourtant difficile à percer et Duhan marque le 2ème essai bayonnais (20-18, 67’)

Dans le stadium, on crie à l’en-avant qui, là, n’est pas signalé par l’arbitre, alors qu’à nous cela nous a coûté 2 essais !!

Il reste une dizaine de minutes et il faut qu’on se calme. Bayonne retente sa chance mais notre paire de gratteurs en herbe, Saïd Hireche et Matthieu Voisin, se mettent à l’œuvre et nous sauvent de plusieurs offensives bayonnaises.

Brive défend pour préserver sa victoire contre Bayonne

Le chrono tourne et nous avons juste 2 petits points d’avance, une simple pénalité et c’est mort.

On retient tous notre souffle pendant que nos brivistes jouent au maximum le temps en faisant « des petits tas ». La sirène retentit, c’est bon on a gagné !!!

Non, l’arbitre, oui encore lui, demande une mêlée. On en peut plus, on est comme en transe !

Le ballon est dans la mêlée mais ne ressort pas. Le pack briviste tient bon mais commence à montrer des signes de fatigue et Vasil Lobzhanidze arrive à sortir le ballon et tape en touche.

Dernière mêlée du match avant que Vasil tape en touche

Victoire du CAB 20 à 18 !! Ouf !

Explosion de joie, les supporters s’embrassent, se serrent la main. « On est en demie, on est en demie » peut-on entendre chanter.

Quelle joie mais aussi quelle souffrance dans ce match ! Brive reste imprenable et on part en demie, le paradis dirait-on.

L'équipe recentrée autour de son capitaine Said Hireche après la victoire sur Bayonne

 

Sébastien Marin, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Oyonnax 10 22 Brive
Béziers 27 23 Vannes
Aurillac 16 17 Biarritz
Mont de Marsan 48 22 Bourg en Bresse
Bayonne 45 15 Massy
Carcassonne 33 24 Provence Rugby
Montauban 9 6 Nevers
Colomiers 15 8 Soyaux-Angoulême
Résultats Top 14