Brive passe au travers et craque sous la pression, l'analyse du match
Publié le mardi 26 avril 2022 à 06:00

Samedi, Brive a eu une première balle de match pour le maintien en Top 14. Sauf qu'au moment de servir pour le match, le bras a tremblé et la balle de match a été manquée. Que s'est il passé pour un tel trou d'air face à une équipe du LOU qui n'en demandait pas tant ?

 

Le contexte. Généralement, dans un match à enjeu, notamment à domicile, Brive craque rarement. Malheureusement, c'est arrivé samedi. Pourtant, tout était réuni pour faire un grand pas vers le maintien. Tandis que Perpignan se déplaçait à La Rochelle avec une bonne possibilité de ne rien ramener de ce déplacement, Brive avait besoin de battre Lyon pour avoir un pied et 3 orteils en Top 14. Si la première partie du plan s'est passée comme prévue, la deuxième a été noyée dans la Corrèze gonflée par la pluie. C'est comme si le CAB avait craqué sous la pression, la pression de se maintenir avec encore 3 matchs à jouer. A chaque accroc, un poids se plaçait au niveau des épaules brivistes et le mur a fini par s'écrouler. Brive a laissé passer une grosse occasion en cette fin de saison alors qu'arrive ce déplacement à Perpignan qui sent la poudre pour les deux équipes.

La touche. La conquête a connu un samedi noir face à Lyon. La mêlée a concédé des pénalités face à un adversaire plus puissant. Mais la touche est passée au travers, tout simplement. Pas facile de gagner en confiance quand vous perdez vos premiers lancers. Au total, Brive va perdre 9 lancers. Dylan Cretin et Félix Lambey ont contrôlé l'espace aérien et sont entrés dans la tête des brivistes. La touche sortait de grosses performances mais rien n'a fonctionné samedi. Thomas Acquier et Vano Karkadze n'ont jamais été à l'aise, Saïd Hirèche et Esteban Abadie se sont fait lire par l'alignement lyonnais. Un des meilleurs contreurs en touche cette saison, Abadie a été mis sous cloche sur les lancers lyonnais. Une des forces de frappe de Brive depuis plusieurs semaines est le maul. Mais là aussi, il a été difficile de dérouler la structure, bien contrée par des joueurs comme Romain Taofifenua ou Jordan Taufua.

La discipline. Montpellier a franchi le pas, tout comme l'équipe de France et Toulon le fera la saison prochaine. Si un arbitre cherche à se recycler, il trouvera un travail à temps plein du côté de Brive. Le CAB est l'équipe la plus pénalisée du championnat et concède grosso modo 15 pénalités par match. Difficile de gagner des matchs en concédant autant de pénalités. Si au final, le score est de 16-14 pour Brive, l'indiscipline briviste a offert des points faciles à Lyon qui n'en demandait pas tant. Avec notamment les ballons récupérés en touche, le LOU a eu le ballon mais globalement dans son camp (40% d'occupation) sauf qu'il mène 15-10 à la pause. Léo Berdeu transforme 5 pénalités sur ses 6 tentatives. Brive, en première période mais aussi dans le match, a fait tout ce qui était possible : soutien offensif, hors-jeu (pas faute d'avoir été prévenu que c'était le da-da de Mr Cardona), jeu dangereux, mêlée ... Du bain béni pour le deuxième réalisateur du Top 14 qui conclut la partie avec 26 points au total dont un 7/8 sur ses tentatives de pénalités. Beaucoup trop de cadeaux offerts à l'adversaire qui avait annoncé la couleur sur la discipline.

Les joueurs clés. Le match raté de Brive est aussi le match raté ou au moins le match en dedans de certains joueurs majeurs de l'équipe. Toute l'équipe n'a pas connu un match sans. Luka Japaridze, Tevita Ratuva, So'otala Fa'aso'o, Vasil Lobzhanidze, Setareki Bituniyata et Joris Jurand notamment ont essayé de bouger les lignes mais le collectif lyonnais avait pris trop de confiance au fil du match. Simon-Pierre Chauvac a eu du mal face à son ancien coéquipier Demba Bamba. Thomas Acquier et Vano Karkadze ont été plombés par la touche. Esteban Abadie et Saïd Hirèche n'ont pas eu leur activité habituelle aussi bien en touche que dans le jeu au solEnzo Hervé a peut être connu le match le plus difficile. L'ouvreur a manqué 2 pénalités en première période, a été contré dans son jeu au pied offensif et est ciblé en défense par les attaquants adverses. Après avoir essayé face à Toulon et Castres Stuart Olding à l'ouverture, le staff remettait Enzo Hervé à son poste. Le choix ne s'est pas avéré payant.

En conclusion

Brive a toujours son destin entre les mains et l'aura de toute façon après le match à Perpignan. Reste à savoir avec combien de points d'avance sur Perpignan. Mais le CAB pouvait mettre un point presque final à cette course pour éviter le barrage en battant Lyon. Sauf que cette défaite relance tout et redonne de l'espoir en Catalogne. De l'espoir là-bas et du doute ici. Entre la touche, la discipline, la performance individuelle, tout est allé de travers ce samedi. Brive n'a jamais su trouver un plan B pour renverser la partie. Sans s'affoler, le LOU a recollé au score, a pris la tête juste avant la pause pour ne plus la lâcher. Les lyonnais ont fait le match parfait à l'extérieur. Si les brivistes pouvaient s'en inspirer pour aller à Perpignan et enfin mettre les bons ingrédients pour une première fois à l'extérieur, comme cela avait été fait à Agen, Castres et Pau la saison dernière. Le plan A est annulé, passons au plan B en évitant de devoir passer au plan C, ce qui ne serait réellement pas bon signe du tout.

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 40
2 Racing 92 35
 
13 Perpignan 18
14 Brive 13
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 12
Clermont 19 14 Montpellier
Bordeaux 33 13 Brive
Toulouse 34 13 Perpignan
Bayonne 19 7 Lyon
Stade Français Paris 27 14 La Rochelle
Castres 26 22 Pau
Toulon 14 31 Racing 92
Résultats Top 14