A Agen, Brive repart du bon pied, l'analyse du match
Publié le mardi 8 décembre 2020 à 06:00

Ce match de mal classés ne scelle pas l'avenir de l'un et de l'autre mais c'est une victoire psychologique. Samedi, Brive a été appliqué, à défaut d'avoir été flamboyant, et a vaincu plusieurs de ses démons, récents et anciens. On respire un peu mieux au CAB désormais.

 

Les points positifs

La victoire. Compte tenu de la série actuelle, il était évident que ce match était ciblé par tout le monde, joueurs, staffs, supporters. Avec deux équipes dans le doute, il était évident que le jeu allait être réduit. Avec les conditions de jeu, il était évident que cela n'allait pas être sur ce match qu'on verrait de grandes envolées. Pour ceux qui ont des trous de mémoire, est ce que le match à Bayonne la saison dernière était beau ? Est ce que les matchs contre Toulon, Clermont, Agen la saison de la descente étaient beaux ? Ce match de la peur devait être gagné et il l'a était, c'est le plus important. Brive se relance et surtout ne relance pas à Agen. A part un gros coup de chaud autour de l'heure de jeu, le CAB est resté serein et appliqué. On aurait pu voir un peu plus de maitrise et de concrétisation mais l'essentiel est ailleurs : la victoire (qui plus est à l'extérieur et chez un concurrent direct). Pour la manière, on attendra un peu que la confiance revienne plus dans le groupe.

Un axe fort. Dans chaque sport, on aime parler et faire ressortir la colonne vertébrale d'une équipe. Samedi, Brive a pu compter sur une solide colonne dont plusieurs membres ont fait leur retour depuis quelques semaines. Deuxième titularisation pour son 2e match cette saison pour Thomas Acquier. Très propre en conquête, il amène son énergie en attaque et en défense. Mitch Lees est dans la lignée des Arnaud Méla et Johan Snyman (en ne prenant que les plus récents). Leader du pack, travailleur de l'ombre, le 2e ligne a fait honneur au nom qu'il portait sur son maillot. Dans ces conditions compliquées, la puissance de So'otala Fa'aso'o a fait des dégâts, aussi bien ballon en main qu'au plaquage. Julien Blanc a très bien contrôlé le tempo, bien alterné entre passe et jeu au pied, mettant constamment l'arrière garde agenaise. Au relais d'un Enzo Hervé en manque de réussite, Stuart Olding apporte plus qu'une solution de repli dans le jeu au pied. Surtout que lui est gaucher et peut trouver des angles différents que ses autres coéquipiers droitiers. Thomas Laranjeira nous a tous fait très peur sur cette glissade qui amène le gros temps fort agenais. Mis à part ça, il a été précis dans le jeu au pied (4 pénalités, 1 drop). Quand vous êtes le buteur, dans ce match là, vous devez être à 100% et il l'a fait.

Mitch Lees est dans la lignée des grands 2e lignes qui ont joué pour le CAB

 

Les internationaux. Pour la prochaine salve de matchs de Top 14, Brive est de nouveau regonflé à bloc avec cette victoire. Certes, ce n'était pas beau et il faudra bien plus pour réussir à prendre des points à Castres et battre Lyon dans la foulée, 5 jours plus tard, au Stadium. Mais, déjà, le moral va un peu mieux et au classement, Brive reste au contact du wagon constitué de Castres, Pau, Montpellier et Bayonne. Mais il y a un point qu'on aurait tendance à oublier (nous les premiers aussi) : l'absence des internationaux. Malgré sa place et son statut, Brive a payé un lourd tribu aux matchs de l'Autumn Nations Cup avec avec 4 joueurs alignés à tous les matchs ou presque et 2 autres qui ont passé plus de temps en quarantaine que sur le terrain. Mais désormais, c'est fini et tous ces joueurs font leur retour, de quoi densifier la rotation de toutes les lignes. Pour Castres et Lyon, Brive va pouvoir compter sur l'arrivée de ses internationaux (s'il n'y a pas de blessures d'ici là) : Mesake Doge et Pietro Ceccarelli en pilier droit, Lucas Paulos en 2e ligne, Kitione Kamikamica et Otar Giorgadze en 3e ligne, Vasil Lobzhanidze à la mêlée et Tedo Abzhandadze à l'ouverture. Bon courage Jeremy Davidson pour faire le groupe à chaque match maintenant !

 

Les points négatifs

Le jeu au pied. Dans un match (et même un week-end) où le jeu au pied a régné en maitre, Brive a globalement bien maitrisé ce secteur. Tant offensivement que défensivement (mis à part la glissade de Laranjeira !). Mais à certaines occasions, les brivistes sont restés trop enfermés dans ce jeu là, oubliant que le rugby est aussi un jeu de passes et que même glissant, le ballon n'est pas une patate chaude. A l'image d'Enzo Hervé, le CAB a mal négocié certaines attaques qui auraient pu se conclure par autre chose qu'une pénalité. Des jeux au pied pas forcément bien sentis, bien réalisés. Sur un avantage, il faut jouer à la main, il n'y a rien à perdre vu que l'arbitre va revenir à la faute si l'action ne donne rien. Sûrement crispé par l'enjeu, Brive n'a pas trop voulu déployer ses ailes et a inconsciemment réduit la voilure et ses intentions de jeu. Espérons que les ailes se déploieront de nouveau lors des prochains matchs.

 

En conclusion

La pression devait être maximale sur les épaules des agenais et des brivistes samedi. Brive s'est enlevé un poids important et peut respirer un peu mieux. Bien sûr rien n'est joué comme l'a très justement dit Thomas Laranjeira après le match mais le CAB a vaincu plusieurs malédictions. Dans un jeu restreint, les brivistes ont été appliqués et efficaces. Dans un match de la peur, on ne demande pas autre chose. Désormais, place à la Challenge Cup pour se changer les idées et surtout (re)voir le renfort de plusieurs joueurs qui étaient pris par leurs obligations internationales. Le groupe briviste va avoir de la gueule en ce mois de décembre !

 

Images : Rugby+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 40
2 Racing 92 35
 
13 Perpignan 18
14 Brive 13
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 12
Clermont 19 14 Montpellier
Bordeaux 33 13 Brive
Toulouse 34 13 Perpignan
Bayonne 19 7 Lyon
Stade Français Paris 27 14 La Rochelle
Castres 26 22 Pau
Toulon 14 31 Racing 92
Résultats Top 14