La côte d'alerte est dépassée pour Brive, l'analyse du match
Publié le mardi 25 octobre 2022 à 06:00

On aimerait bien que les matchs se suivent et ne se ressemblent pas. Sauf que dans le cas de Brive, ils se suivent et se ressemblent. La conclusion est souvent la même, les réactions et les analyses aussi. A Paris, il n'y a pas eu d'électrochoc mais le CAB en a bien besoin d'un et violent pour le coup.

 

Le point positif

La jeunesse. C'est le fil rouge de cette saison. Avec une balance départs/arrivées déséquilibrée et donc un effectif réduit, Brive allait se retrouver à faire appel à ses Espoirs notamment lors des fenêtres internationales. Sauf que la cascade de blessures a accéléré les choses. Ce samedi à Paris, en plus des Wesley Tapueluelu, Oskar Rixen, Sasha Gué, Tom Raffy, Aaron Grandider-Nkanang, Mathis Ferte et Tanguy Lacoste déjà vus et connus, un nouveau "gamin" faisait ses débuts en pro et en Top 14 : Léo Carbonneau. A 18 ans, le "fils de" a déjà joué l'intégralité de la partie et a montré une belle palette de ses qualités techniques mais aussi un caractère de leader et de gagnant, remotivant ses coéquipiers. Le contexte n'était pas simple et avec un pack en difficulté, le demi de mêlée n'a pas eu la tâche facile mais s'en est très bien tiré. Reste désormais à confirmer. Comme finalement l'ensemble de ses coéquipiers. Personne ne peut dire ce qui va se passer pour chacun d'entre eux dans le futur et certains ne passeront peut être pas le cut mais pour d'autres, une belle carrière se présente pour eux. Pour atteindre le maintien en fin de saison, Brive aura besoin de tout le monde, de ses joueurs confirmés mais également de ses jeunes pousses qui rendent un fier service dans ce début de saison des plus compliqués.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 

Une publication partagée par CA Brive Rugby #Formation (@cabriverugby_formation)

 

Les points négatifs

Le classement. Depuis de nombreuses saisons, le calendrier du Top 14 est composé d'un gros bloc d'une dizaine de matchs pour commencer la saison. Forcément, bien débuter ce bloc aide pour le reste de la saison. Certes, cela n'est pas décisif mais comme on dit, les points pris ne seront plus à prendre. Actuellement, Bayonne est dans ce cas là avec un bilan équilibré de 4 victoires et 4 défaites en 8 matchs et 17 points au compteur. Les basques ont déjà creusé un premier écart avec ses concurrents directs (Brive, Pau et Perpignan). Brive a manqué son début de saison avec seulement 2 victoires en 8 matchs et une série actuelle de 3 défaites de rang. Les bonus pris lors des premiers matchs permettent au CAB de ne pas être dernier. Avec deux réceptions pour terminer ce bloc (Racing 92 et La Rochelle), les brivistes n'ont pas d'autre choix que de faire 2 victoires. Si tel est le cas, la confiance sera en partie revenue et ce sera une belle manière de couper pendant la trêve internationale. Dans le cas contraire, Brive devrait être lanterne rouge et entamer une course contre la montre pendant 16 journées pour sauver sa place parmi l'élite.

L'attaque. L'attaque, encore l'attaque et toujours l'attaque. Quand, à l'intersaison, les dirigeants et le staff brivistes clamaient que le club avait retenu les leçons du passé et que cela irait mieux, ces 8 premiers matchs prouvent le contraire. Rien n'a été fait pour corriger ce problème offensif qui dure, dure et dure. De nouveaux joueurs arrivent chaque saison, espérons que de nouveaux systèmes sont utilisés mais rien ne change. Brive a toujours autant de mal à se créer des occasions et à marquer. Depuis l'heure de jeu face à Bayonne soit 260 minutes, Brive a marqué ... 7 points ! Oui 7 points, c'était l'essai de Sammy Arnold pour éviter d'être fanny face à Toulouse. Brive a donc été à deux doigts d'enchainer 3 matchs à zéro point en Top 14. Pas sûr qu'historiquement, cela s'est produit beaucoup de fois. Face à Paris, cela a été le néant en première période tandis qu'en seconde période, Brive a pêché par manque d'efficacité avec plusieurs occasions. Brive n'a pas marqué et Paris a tout de suite après marqué ses essais. Quoi faire ? Amener de nouveaux joueurs ? Espérer le retour de plusieurs blessés ? Modifier le staff sachant que Jean-Baptiste Péjoine est dans le viseur d'une partie du public briviste ? Le temps presse pour la 2e plus mauvaise attaque du championnat.

 

En conclusion

Le mythe du choc psychologique après le changement d'entraineur existe et marche parfois. Pour Brive, cela n'a pas fonctionné et l'équipe reste dans la lignée de ce début de saison très poussif en restant mesuré. Pour la deuxième fois en 3 matchs, le CAB ne marque pas de points et s'incline pour la 3e fois de rang en concédant le bonus offensif. En ne pouvant compter sur sa bouée de sauvetage hebdomadaire que représente la conquête, les brivistes ont résisté tant bien que mal face à des parisiens qui ont pris le large en seconde période. Alors que les réceptions du Racing et de La Rochelle se profilent, Brive n'a plus le temps de tergiverser et doit vite retrouver un semblant de confiance pour gagner des matchs et des points. Sinon la suite va virer au cauchemar et d'autres têtes vont tomber.

 

Images : Rugby+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 49
2 Stade Français Paris 46
 
12 Pau 27
13 Brive 25
14 Perpignan 22
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 16
Lyon 34 14 Clermont
Toulon 27 16 Pau
Perpignan 31 24 Stade Français Paris
Castres 23 18 Bordeaux
Bayonne 37 9 Brive
Racing 92 39 36 La Rochelle
Toulouse Montpellier
Résultats Top 14