Esteban Abadie « Il n'y a eu que l'état d'esprit et rien d'autre »
Publié le lundi 24 octobre 2022 à 06:00

Quand vous êtes capitaine, un de vos rôles est de répondre à l'interview bord de terrain à l'issue de la rencontre. Après une victoire, c'est simple. Après une défaite, plus trop. Et encore moins quand vous êtes en plein doute et que les défaites s'aditionnent. Compliqué de trouver les mots actuellement pour expliquer les performances du CAB.

La saison dernière, lors de l'ultime journée, Brive s'était imposé sur le terrain du Stade Français pour aller obtenir son maintien. De retour à Jean-Bouin, le contexte est toujours aussi stressant du côté du CAB avec le départ de Jeremy Davidson et la nomination d'Arnaud Méla. Les brivistes espèrent réagir face à une équipe qui ont obtenu un moral au top après sa victoire à Pau.

Le début de rencontre va dans ce sens avec un essai très rapide du Stade Français. Paris ajoute par la suite une pénalité mais ne va pas parvenir à creuser plus l'écart au score, en raison de nombreuses pertes de balle. Du côté de Brive, la conquête souffre et l'attaque ne parvient pas à générer quelque chose d'intéressant. 10 points de retard à la pause, cela reste jouable pour Brive. Pour le Stade Français, il y a quand même un peu de frustration.

 

Joris Segonds ajoute 3 nouveaux points mais Brive va enfin se créer des opportunités. Les opportunités sont là mais la concrétisation n'est pas là. Quand Brive ne marque pas, c'est le Stade Français qui marque derrière. Un 2e essai pour agrandir l'écart et un 3e après à nouveau un temps fort non concrétisé. Le Stade Français remplit son contrat avec un 3e succès de rang et le bonus offensif est la cerise sur le gâteau. Pour Brive, rien ne va et notamment en attaque.

Esteban Abadie n'y va par quatre chemins : rien n'a fonctionné, y compris le point fort de l'équipe, à savoir la conquête. Brive ne va s'en sortir que par le travail et la solidarité.

 

Il a été une des rares satisfactions du CAB et il faisait ses débuts à la fois en pro et en Top 14. Léo Carbonneau a cherché à jouer son jeu, libéré. Tout n'a pas été parfait mais le contexte n'était pas simple pour les débuts du jeune demi de mêlée briviste.

 

Arnaud Méla regrette la performance de la conquête et ainsi le nombre trop important de ballons rendus à l'adversaire. Difficile de faire un bon match à l'extérieur sans une grande sécurité de la balle.

 

Du côté de Paris, le début de saison est bon et l'équipe vient d'enregistrer une 3e victoire de rang qui place le Stade Français à la 2e place du classement. Les avants ont fait le travail avec notamment deux essais. Collectivement, il y aurait pu avoir plus d'efficacité offensive mais le contrat est rempli avec ce bonus offensif. De quoi aborder de bonne façon les deux derniers matchs du bloc.

 

C'était compliqué d'espérer voir du mieux malgré le changement d'entraineur. Ce match montre que le chantier est immense et notamment en attaque où les chiffres sont alarmants : 7 points marqués lors des 3 derniers matchs. Si les jeunes montrent de belles qualités, le collectif a failli. Désormais, deux matchs à la maison se présentent et Brive a plus que jamais besoin de points, au tableau d'affichage et au classement. Mais pour cela, il faudra débloquer plus d'un levier en attaque.

 

Image : Rugby+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 49
2 Stade Français Paris 46
 
12 Pau 27
13 Brive 25
14 Perpignan 22
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 16
Lyon 34 14 Clermont
Toulon 27 16 Pau
Perpignan 31 24 Stade Français Paris
Castres 23 18 Bordeaux
Bayonne 37 9 Brive
Racing 92 39 36 La Rochelle
Toulouse Montpellier
Résultats Top 14