Axel Muller « Je suis très heureux ici à Brive »
Publié le jeudi 6 mai 2021 à 06:00

D'une arrivée discrète, il en a fait une place de cadre qui s'applique à garder à force de travail et de bonnes prestations sur le terrain. Axel Muller se sent bien à Brive, de mieux en mieux mais n'en a pas fini avec le CAB.

A croire qu'à chaque confinement, Axel Muller donne de ses nouvelles à ESPN. Un an après, il est de retour (cette fois avec Mariano Copello) et continue d'évoquer son plaisir d'évoluer au CAB. L'occasion aussi de parler de l'arrivée de Lucas Paulos et des autres argentins dans le championnat mais également des futurs Jeux Olympiques.

 

1- Sa saison à Brive

Après une saison stoppée par la pandémie la saison dernière, Axel Muller n'a pas ralenti cette saison : 15 matchs disputés (tous en tant que titulaire) sur 21 au total et 5 essais marqués, ce qui en fait sa saison en Top 14 la plus productive. C'est un joueur serein qu'on retrouve.

Tout va bien ici, la vérité est que je suis heureux, calme pour la saison que nous faisons. Je ne peux pas me plaindre. J'ai eu l'opportunité de jouer à pratiquement tous les matchs cette année et j'ai acquis beaucoup d'expérience ces dernières années en jouant à Brive. Ils m'ont beaucoup fait confiance, si bien que petit à petit, je transforme cette expérience en marquant des essais pour contribuer à l'équipe. A Brive, on n'a pas le même effectif que d'autres équipes mais on s'en sort bien dans cette saison.

Une saison bien longue car au final, depuis un an, il n'y a pas vraiment eu de coupures sachant que les différents confinements ont bloqué tout le monde ici.

Le Top 14 est d'un très bon niveau comme vient de le montrer les coupes d'Europe (avec trois clubs finalistes, Toulouse, La Rochelle et Montpellier). Axel est surpris que les équipes françaises battent à chaque fois les équipes anglaises mais c'est très bien pour la France qui fait les choses correctement.

Mais en revenant plus spécifiquement à Brive, Axel Muller se fixe des objectifs pour progresser et grandir. Prolongé jusqu'en 2023, il n'est pas prévu que l'ailier argentin quitte le club : il se sent très bien et apprécie la confiance que le staff lui donne.

J'ai toujours été une personne qui me fixe de nombreux objectifs, à court et à long terme. A court terme, le plus important pour le club est de rester en Top 14. On va bien, on a fait une bonne saison mais le travail n'est pas fini. Sur le long terme, je pense que j'atteins un très bon stade de ma carrière, que je me sens bien avec l'expérience et je sens que je contribue beaucoup donc je suis très heureux ici à Brive. Comme je l'ai déjà dit, le club me fait confiance, il connaît le type de personne que je suis et c'est pourquoi je reste ici pendant au moins deux ans de plus alors j'espère pouvoir rester ici et voir où je suis. Je suis une personne qui aime le quotidien, plus tard je verrai où je suis mais pour l'instant j'apprécie beaucoup être ici. Je continue à apprendre, avec des objectifs clairs pour l'avenir.
C'est vrai qu'on sent un joueur qui a les pieds sur terre et qui est posé. Pour le très long terme, comme il l'a annoncé au cours d'une interview pour Aurora FM (une radio de Mendoza), il aimerait revenir au pays après sa carrière pour transmettre ce qu'il a appris aux jeunes joueurs de Marista, son club formateur, qu'il aide dès qu'il rentre en Argentine.
 

 

2- Les Jeux Olympiques

Il y a cinq ans, Axel Muller participait aux Jeux Olympiques de Rio au sein de la sélection argentine de rugby à VII, le rugby faisant son retour à cette occasion dans le giron olympique. Au final, l'Argentine termine 6e et Axel marque 2 essais. A Tokyo, les Pumas pourraient bien surprendre.

J'ai des bonnes relations avec les membres de la sélection et avec tout ce qu'ils ont fait jusqu'à présent, j'imagine qu'ils ont décidé de gagner tous les tournois. J'espère qu'ils pourront avoir des tournois de préparation et ensuite faire un bon tournoi olympique.

Dans une préparation particulière, pour Muller, toutes les équipes seront sur un pied d'égalité et peuvent donc viser l'or olympique, y compris l'Argentine. Cela va se jouer dans la tête, s'enlever de l'esprit le risque de blessure qui peut vous faire manquer les Jeux. Mais avant tout, il faut travailler et profiter ensuite d'être aux Jeux Olympiques.

 

3- Lucas Paulos

En quelques mois, la colonie argentine à Brive a gagné deux membres supplémentaires. Francisco Coria Marchetti a rejoint Gonzalo Lopez Bontempo en Espoirs tandis que Lucas Paulos a rejoint Axel Muller en équipe première. A peine sorti de la sélection argentine, voilà que le 2e ligne a trouvé rapidement ses marques dans son nouveau club.

Ici, tout le monde le connaît comme le puma Paulos donc c'est une fierté. Il a pu s'adapter très rapidement à l'équipe. C'était très bien de l'avoir comme argentin ici pour qu'il puisse m'accompagner, je rigole parce que j'ai une bonne anecdote avec lui : on est toute la journée ensemble ! Il a su s'adapter très vite à l'équipe, il a beaucoup contribué et a même trouvé un poste de titulaire et en plus il peut être un joueur important pour Brive l'année prochaine donc ça s'additionne partout c'est très bien et la vérité est que c'est très agréable de pouvoir partager avec lui.

Joueur important la saison prochaine ? Ce serait pas un appel du pied pour le garder sur plusieurs saisons ? En tout cas, lui ne dirait pas non car il se sent bien à Brive et cherche surtout un club qui peut lui permettre de jouer et donc de se montrer pour disputer la coupe du monde en France. On verra si l'appel sera entendu, en tout cas, chez les supporters, on n'est pas loin de l'unanimité.

 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 

Une publication partagée par Axel Muller (@axelmllr)

 

Si Axel l'a aidé lors de son arrivée pour Brive, pour qu'il s'habitue à sa nouvelle ville, pour le français, il n'y avait pas besoin (Lucas a passé 2 ans et demi au centre de formation de Mont de Marsan). Mais l'ailier espère avoir l'opportunité de pouvoir partager le terrain avec tout le monde.

Au centre de formation, il y a Fran Coria. Nous avons eu de bonnes sensations et ce serait très bien de pouvoir jouer ensemble. Il est jeune, il a 20 ans mais je sais que l'opportunité va se présenter et ça serait génial de pouvoir jouer avec Lucas et Fran.

Mais l'ailier doit surtout chercher à calmer son 2e ligne (et voilà l'éternelle embrouille entre avants et 3/4 !)

Entre aller dans l'espace et aller au contact, ça peut changer entre nous deux ! Il a su s'adapter très facilement au plan de jeu, il a très bien compris le système dès le premier jour. Parfois je dois le calmer parce que c'est un avant alors il veut se battre, je suis là pour calmer ses ardeurs !

 

 

4- Les argentins

La dernière intersaison a vu arriver un nombre important de joueurs argentins aussi bien en France, en Angleterre mais aussi en Australie. La fédération a libéré tous ces joueurs en raison de la mise en sommeil de la franchise des Jaguares. Le Top 14 revient la destination favorite, comme c'était le cas au début des années 2000. Une chance aussi bien sur et en dehors des terrains.

C'est bien surtout pour moi, d'être capable de me mesurer avec les autres joueurs et de voir, de réaliser le niveau où je suis, donc c'est bien de ce côté-là. Sans parler de l'expérience de pouvoir parler après les matchs, de pouvoir partager la même culture. De tous les côtés, c'est positif !

 
Mais comment le joueur argentin est perçu en France ?
Je pense pour un travailleur, un guerrier. Ils disent beaucoup qu'il ne laisse rien passer. Je pense que c'est ce qui est le plus ignoré d'un argentin, c'est qu'ils travaillent peut-être plus que les autres et qu'ils savent que dans les matchs, ils ne laisseront rien passer.

La culture argentine s'installe aussi petit à petit comme par exemple avec le maté (interview réalisée en buvant un maté !). Comme l'avait déjà affirmé Lucas Paulos, Axel Muller confirme l'intérêt des géorgiens. Ils sont curieux et intéressés d'essayer. Cela reste amer et différent de ce qu'ils connaissent mais le fait de se regrouper pour partager cette boisson leur plait beaucoup. Promis, les argentins le feront dès lors que la pandémie sera terminée.

 

En parlant de nombreux argentins dans le Top 14, le Stade Français arrive samedi. A l'aller, Lucas Paulos avait disputé son premier match avec le CAB. L'occasion pour lui de retrouver ses partenaires de sélection. Logiquement, samedi, tous les argentins devraient s'affronter, à l'exception de Marcos Kremer, touché au pied. Peut être fera-t-il le déplacement pour former le groupe de 5 : Kremer, Matera, Sanchez, Paulos et Muller. Gonzalo Quesada ne devrait pas être trop loin non plus.

 

Saison après saison, Axel Muller se sent de mieux en mieux à Brive et franchit des étapes. Qu'il continue comme ça, cela ne pourra être qu'un plus pour le CAB qui lui aussi cherche à grandir et à progresser. A force de travail et d'abnégation.

 

PS : gracias Ivi de nuevo por tu ayuda en la realizacion de este articulo

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Axel MULLER
Trois quart aile
Lucas PAULOS
Deuxième ligne
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 81
2 La Rochelle 78
 
10 Montpellier 54
11 Brive 51
12 Bayonne 46
13 Pau 46
14 Agen 2
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Toulouse 18 8 La Rochelle
Résultats Top 14