Top 14 US Oyonnax - CA Brive: Notre analyse sur cette défaite
Publié le mardi 3 décembre 2013 à 14:00

papernewsDeuxième défaite d'affilée pour le CAB. Après Biarritz, c'est Oyonnax qui s'impose face à des brivistes dans le creux de la vague actuellement. Nous allons revenir sur ce match dans l'Ain et essaye de comprendre ce qui s'est passé. Mais avant toute autre chose, personne ne doit quitter le navire pris dans un début de tempête car après la tempête, il y a toujours du beau temps.

Le CA Brive doit se resserrer pour repartir de l'avant dans ce Top 14 

On attendait de voir un autre contenu à Oyonnax que celui vu contre Biarritz. Mais penser se refaire la cerise à Oyonnax est un peu une mission impossible. Défaits lourdement la saison dernière quasiment un an jour pour jour, les brivistes subissent le même sort à Charles-Mathon mais avec une note un peu moins lourde. Oyonnax s'impose 26 à 9, se relance dans la course au maintien  et inflige au CAB sa deuxième défaite consécutive.

Les points positifs

Après le non match contre Biarritz la semaine dernière, tout le monde attendait une réaction de la part de l'équipe briviste. Et on l'a eu. Pendant la première partie de la première mi-temps, le CAB a occupé le camp d'Oyonnax et a poussé à la faute les locaux. Le combat est revenu au premier plan. Après, face à une équipe oyonnaxienne survoltée, ce n'était pas suffisant mais nous sommes dans la bonne direction. En fin de match, quand le match était plié et le résultat acquis, Brive n'a rien lâché et a tout tenté pour sauver l'honneur et partir de Charles-Mathon sur une bonne note. A la cave contre Biarritz, les guerriers brivistes sont au 1er étage, il faut qu'ils reviennent sur le toit contre le Racing et ça se passera bien.



S'il y a bien un secteur qui a fonctionné samedi soir, c'est bien la touche. Guillaume Ribes et François Da Ros n'ont pas perdu un lancer et le contre défensif a récupéré plusieurs munitions, essentiellement en début de match et dans les 22 mètres adverses. Emmenés par les capitaines Le Dévédec et Hauman, l'alignement briviste montre une fois de plus qu'il fait partie du haut du chapeau dans ce Top 14 et que le duo Casadéï/Caisso travaille bien et analyse bien l'adversaire du week-end. Le seul petit reproche que nous pourrions faire (et ce n'est qu'un avis personnel) est le manque de ballons portés suite aux touches. La grande majeure partie des touches sont déviées vers le n°9 et la ligne de 3/4. Un bon petit monstre à 16 pattes, à l'ancienne, qui déferle dans le camp adverse et emporte tout sur son passage, ne fait jamais de mal (enfin ça dépend pour qui !!!) et réveille tout un public qui ne demandera qu'à en revoir un autre, puis un autre ...

Le CAB a pu compter sur sa touche pour poser des problèmes à Oyonnax

Le CAB possède l'un des meilleurs alignements du championnat comme l'a montré le match à Oyonnax



Le début de match du CAB fait plaisir à voir et est encourageant en ce moment. Pris à la gorge, Oyonnax est acculé prêt de son en-but, perd tous ses lancers (3 dans ses 22) et donc offre de nouvelles munitions aux brivistes. Ça attaque, ça perce et surtout ça pousse à la faute. Même s'il n'y a pas eu d'essai marqué, Brive a fait preuve de réalisme en marquant à chaque présence, à l'image de ce drop de Riaan Swanepoel. Certes, il est moche, laid, tout ce que vous voulez mais au bout du compte, ça fait trois points et ça qui compte. Malheureusement, Brive n'a pas pu capitaliser sur ce temps fort pour créer un écart et mettre Oyonnax un peu plus dans le doute.

Au vu de la série négative actuelle, la coupure européenne ne peut pas faire de mal. Nous nous souvenons que lors de la première coupure, le CAB avait réalisé deux très gros matchs à Clermont et contre Toulouse. Clermont n'a pas été très loin de perdre son invincibilité à domicile et Toulouse, malgré un XV de départ rempli d’internationaux, n'a rien pu faire en première mi-temps contre une équipe corrézienne survoltée. La donne est différente maintenant. Elle va permettre au club de travailler sur ce qu'il n'a pas marché ces deux dernières semaines, retravailler le physique, la vitesse, l'explosivité et surtout intégrer le nouveau venu, Api Naikatini.



Depuis le week-end, les enchères ont commencé sur le site de soutien à Alex Barozzi. Ça part plutôt pas mal et c'est tant mieux. Plus il y aura d'argent récolté, mieux sera Alex dans le futur. Et en plus, en ce mois de décembre, c'est un beau de cadeau de Noël d'avoir un maillot dédicacé de, par exemple, Sébastien Chabal, Wesley Fofana, Zlatan Ibrahimovic ... De plus, en direct sur Rugby+, Nicolas Dupin de Bessat a fait passer le message et a affiché son soutien pour Baro et la Caisse.





Les points négatifs

Depuis la nuit des temps, c'est le secteur le plus compliqué à arbitrer. Ce n'est pas souvent que tout le monde est d'accord sur les décisions prises par l'homme en vert (ou en jaune ou en violet enfin celui qui a le sifflet). La mêlée briviste a souffert et s'est fait très souvent pénalisée. A tort ou à raison ? Difficile de le savoir. C'est un peu qui de l’œuf et de la poule est arrivé en premier ? Qui lâche en premier ? Qui pousse un peu en travers ? ... Sans prendre excessivement la pression, le 8 de devant briviste s'est fait pénalisé en particulier Pat Barnard. Pourquoi lui plus qu'un autre ? Didier Casadéï et Guillaume Ribes n'ont pas compris l'arbitrage de cette phase et estiment que ça varie d'arbitres en arbitres et qu'il faudrait que ça soit plus clair que ça.

La mêlée briviste a souffert lors des deux derniers matchs du CA Brive

Les avants brivistes ont eu du mal à s'adapter à l'arbitrage dans le secteur de la mêlée



Dans des conditions hivernales, le jeu était radicalement opposé entre les deux équipes. Entre une équipe équipée de pneus hiver et une autre en pneus été, je vous laisse deviner qui s'en ai sorti le mieux. Brive a cherché à jouer, peut être voire sûrement trop jouer à la main. Surtout, le jeu au pied n'a pas été maitrisé , rendant des ballons de contre-attaque aux virevoltants joueurs d'Oyonnax. Les joueurs d'Oyo, amenés par une charnière Figuerola - Urdapilleta des grands soirs, ont parfaitement alterné jeu au pied de déplacement, petit jeu par-dessus, jeu à la main, jeu de percussions. Attention à ne pas retomber dans les travers du passé qui voyait Brive envoyer du jeu et perdre alors que ses adversaires jouaient de façon pragmatique et finalement gagner le match.

Alors que la première coupure européenne avait fait du bien à Brive, la deuxième coupure a coupé les jambes et la tête des brivistes. Nous ne reconnaissons plus l'attaque briviste. Depuis deux matchs, elle évolue sans imagination, sans changement de rythme, sans vitesse. Elle est beaucoup trop prévisible pour des défenses fermées à double tour comme l'ont été celles de Biarritz et d'Oyonnax. Les avants souffrent face à leurs adversaires, la charnière a du mal à transformer le match, les 3/4 ne créent plus le danger et le désordre dans la ligne défensive adverse. Il n'y a plus vraiment de liant entre avants et 3/4 et l'attaque semble plus reposé sur l'exploit individuel que sur la maitrise collective. Les deux prochaines semaines doivent permettre de retrouver l'esprit de la gagne offensive. Si ça a marché pendant onze matchs, pourquoi ça ne remarcherai plus ?



A l'heure d'attaquer la phase retour, le calendrier va se densifier. Pour le meilleur et pour le pire. Le pire est d'enchainer les défaites et de plonger irrémédiablement dans la zone rouge du classement. Le meilleur est de remonter au classement qui n'est finalement pas si loin que ça. Avec 3 réceptions sur les 5 prochains matchs, cette partie du calendrier est à quitte ou double pour les brivistes. Le joker a été grillé contre Biarritz et le Racing ne viendra sûrement pas pour prendre 40 points comme à Clermont. Bordeaux est injouable à Chaban quand il affronte les gros du Top 14. En sera-t-il de même contre un "petit" ? Montpellier et Toulon viendront chercher des points importants pour conforter leur place dans le Top 6. Pour finir, Bayonne a besoin de points et pourra compter (ou non c'est selon le scénario du match) sur le public de Jean-Dauger. Les pierres sont posées, il ne reste plus qu'à construire le mur.



En conclusion

Le débit de la Corrèze s'intensifie et la hauteur d'eau augmente. Nous ne sommes pas en alerte rouge et la rivière est sous observation. Ces deux défaites mettent à mal les 11 premiers matchs dans ce Top 14. Brive se situe dans le ventre mou du championnat mais qui n'est si mou que ça. Il est plutôt dense où chaque victoire/défaite chamboule toute cette partie. Brive doit retrouver la lumière et cet esprit offensif qu'il manque depuis deux matchs. Le Challenge européen et l'arrivée de Naikatini peuvent servir de coups de fouet à l'équipe pour repartir du bon pied contre le Racing et ainsi renouer avec la victoire. Dans cette période de l'année, il faut être pragmatique et réaliste, le beau jeu reviendra avec le beau temps. Comme en cuisine, il y a une saison pour tout. Actuellement, on est plus mique et pot-au-feu que salade et grillades.

 

Article rédigé par Rémi Brazon Google+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 35
2 La Rochelle 31
 
13 Perpignan 18
14 Brive 13
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 11
Pau 22 6 Brive
Montpellier 35 14 Bayonne
La Rochelle 53 7 Castres
Perpignan 23 20 Bordeaux
Stade Français Paris 12 17 Toulon
Racing 92 46 12 Clermont
Lyon 21 14 Toulouse
Résultats Top 14