Top 14 CA Brive - Rugby Club Toulonnais : notre analyse sur ce succès précieux
Publié le mardi 28 janvier 2014 à 05:00

papernewsTout le monde s'attendait à un match dur, serré et qui se jouerait sur des détails. Que nenni, Brive renversa un RCT méconnaissable, pris dans le combat et l'envie. Finalement, l'équipe qui avait le plus envie de la victoire l'a obtenu. Avec cette victoire qui ressemble à une référence, le CAB se rapproche un peu plus du maintien mais aussi des phases finales.

Gaëtan Germain (numéro 15), le buteur du CA Brive, a été l'un des artisans majeurs de la victoire des siens contre Toulon

 

Une première période de rêve, une deuxième dans le contrôle, Brive a appliqué son plan de jeu à la perfection et a remporté une victoire significative contre Toulon 23 à 10, qui n'avait pas décidé de boycotter cette rencontre car envoyant sa grosse équipe.

Les points positifs

Dans ce sport, la règle dit : le match se gagne d'abord devant. Les anglais disent : no scrum no win (sans mêlée, pas de victoire). La rencontre de samedi contre Toulon l'a totalement prouvé. Tous crocs dehors, le pack briviste a pris à la gorge son adversaire dès les premières secondes et n'a jamais lâché son emprise. Certes privé de Sheridan juste avant la rencontre et de Botha au bout de 10 minutes, le pack du RCT a été purement et simplement balayé. Emmenés par une première ligne monstrueuse, les brivistes ont posé des problèmes insolubles à Toulon dans la secteur de la conquête et les phases statiques. Chiocci a vécu un calvaire contre Barnard et Burden a craqué contre le métier de Ribes. Son essai vient récompenser une performance XXL du talonneur briviste.

La mêlée du CA Brive a pris constamment le dessus sur celle de Toulon pendant la rencontre samedi soir

La mêlée, tout comme les mauls, ont été largement à l'avantage des brivistes qui ont construit leur succès dans ce secteur de la conquête

Les conditions étaient loin d'être simples mais les brivistes se sont appuyés sur un plan de jeu simple, minimaliste mais redoutablement efficace. On insiste sur la conquête, on occupe au pied et on prend les points quand ils se présentent. Impériaux en mêlées fermées et perforants sur les mauls, les toulonnais n'avaient d'autre choix que de se mettre à la faute pour arrêter la progression des avants du CAB. En grande confiance depuis le début de saison, Germain a fructifié la domination de ses avants. Vu que ça marche, pourquoi changer de méthode ? Les brivistes ont insisté là où ça faisait mal et leur stratégie était la bonne.

Avec des avants d'un tel niveau, le match des 3/4 a été facilité. Évoluant dans un fauteuil, les armes longue portée que sont Swanepoel et Germain ont maintenu Toulon dans son camp constamment. Le jeu au pied du CAB a été long, précis et constant tout au long de la rencontre. Gaëtan Germain s'est transformé en métronome sur ce match tant dans son jeu au pied de déplacement que dans son jeu face aux perches. Auteur d'un 6/7 au pied, il conforte sa place de meilleur buteur du championnat. Deux petites erreurs : la transformation manquée et une pénaltouche non trouvée dans les 22 en seconde mi-temps.

Si le groupe cabiste a fait le boulot sur le terrain, il a pu également compter sur son 16e homme. Le jour du 17e anniversaire de la victoire européenne contre Leicester, le public a mis le feu dans les tribunes. Poussant derrière chaque mêlées et mauls, au soutien en défense, lui aussi a pris d'entrée de jeu Toulon à la gorge. Depuis un an, le changement est aussi présent à ce niveau-là mais sincèrement comment ne pas s'enflammer en voyant la première mi-temps de rêve de votre équipe contre le champion d'Europe en titre. Tout le répertoire y est passé : Ici, Ici c'est la Corrèze; Qui ne saute n'est pas corrézien; Les sardines; Et ils sont là les corréziens (ou la variante ils sont où les toulonnais) ... Et la ola a refait son retour dans le stade. 13 085 samedi et une ambiance de feu, espérons le même scénario contre le Stade Français.

Les points négatifs

Difficile de trouver des points négatifs sur cette rencontre. L'essai encaissé en fin de match ? Ce n'est que le 4e encaissé depuis le début de saison à domicile et le match était déjà plié. N'avoir marqué qu'un essai malgré cette nette domination des avants ? OK mais c'était quand même Toulon en face qui avait envoyé la grosse équipe en plus. Les toulonnais espéraient se relancer en Top 14 mais ne s'attendaient pas à un tel scénario. Allez, on vous en trouve un : la touche. Sans faute à la mi-temps, elle a beaucoup moins bien fonctionné lors de l'échange de talonneurs. François Da Ros a connu quelques problèmes de synchronisation et de communication avec son alignement. Ce qui a entrainé ces ballons perdus en seconde période. Au début de la rencontre, l'alignement briviste était le meilleur du Top 14 sur ses propres lancers (88% de réussite) et reste malgré tout une référence après la rencontre.

Le combat a été rude samedi soir et les corps ont été durement éprouvés. Incertains avant la rencontre, Ribes (épaule), Swanepoel et Germain (cuisse) ont pu tenir leurs places et ont contribué grandement à la victoire. Mais des plumes ont été laissées sur le terrain. Waqaniburotu n'a pu terminer la rencontre, poussant le CAB à terminer à 13 contre 15 (avec le carton jaune de Sanchou). Les joueurs se sont donnés sans compter et avec un terrain gras, ça rend les choses toujours plus difficiles. Fort heureusement, il y a ce week-end de repos qui arrive et cela va faire du bien à tout le monde. La semaine d'entrainement sera studieuse et espérons le génératrice d'énergie.

Comme l'a avoué Arnaud Méla au micro d'Arnaud Costes à l'issue de la rencontre, on gagne mais on stagne. Malgré ce beau parcours (qui plus est pour un promu), Brive n'a pas creusé un gros trou avec la relégation : 6 points sur Oyonnax (qui a un match en moins) et 5 sur Bayonne (le prochain adversaire). Ce qui est bizarre dans ce championnat, c'est la densité de ce milieu de tableau où une victoire vous rapproche du Top 6 et une défaite vous rapproche de la relégation. Brive ne se situe qu'à 5 points des phases finales. Attention tout de même à ne pas s'enflammer, nous en avons déjà fait l'expérience un peu plus tôt dans la saison, déjà contre un club basque, et les 3 points perdus ce jour-là sont depuis une bombe à retardement dans le coffre du CAB. Assurons déjà ce maudit maintien (qui va se jouer autour de 50 points), nous aurons bien le temps ensuite de voir si nous ne pouvons pas viser plus haut.

Comme ne pas terminer sans parler de la pelouse du Stadium qui est dans un piteux état. La météo n'est pas clémente mais ce n'est qu'une demi-excuse : ce n'est pas le premier hiver qu'elle connait et elle était mieux les années précédentes. N'évacuant plus que difficilement l'eau à cause sûrement d'un drainage en fin de vie, le terrain est en plus très (trop ?) sablonneux. Les joueurs et les dirigeants du club se plaignent mais rien ne semble bouger. Mettre du sable sur un terrain est quand même un mal français que ce soit au football ou au rugby. Cela peut entrainer des inflammations et des infections aux joueurs. Une question se pose aussi : où sont les jardiniers à la mi-temps ? Pourquoi ne pas intervenir à la pause pour boucher au mieux les trous ? Certes, le changement de la pelouse et de son système de drainage ainsi que de son entretien au quotidien, cela coûte cher mais c'est le prix d'un beau spectacle tout au long de la saison. Si Bayonne arrive à avoir une pelouse impeccable alors qu'à quelques kilomètres de là, Biarritz doit reporter son match, Brive doit pouvoir le faire. Mais entre pouvoir et vouloir, il y a parfois un monde ...

La pelouse du CA Brive souffre terriblement des conditions climatiques cet hiver

La pelouse du Stadium est à l'agonie et aurait bien besoin d'un masque à oxygène (voir plus)

En conclusion

Le CAB confirme sa forme du moment après sa victoire contre Montpellier et sa qualification en quarts de finale d'Amlin Challenge Cup à disputer à Bath. Battre Toulon au Stadium est une chose mais infliger une correction comme celle de samedi soir aux champions d'Europe en titre en est une autre. Le 8 de devant a fait plier un pack comportant de nombreux internationaux. Pris dans l'ouragan, Toulon n'a jamais vu le jour, subissant le moindre impact et reculant sur chaque mêlée, chaque maul. Auteur d'une première mi-temps de référence, le CAB crée un mini-break pour le maintien et est en embuscade pour le Top 6. Le prochain match, un déplacement à Bayonne, donnera de plus claires indications quant aux futurs objectifs des corréziens.

 

Article rédigé par Rémi Brazon Google+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Pro D2 Pts
1 Provence Rugby 95
2 Vannes 89
 
5 Dax 77
6 Brive 76
7 Nevers 75
 
13 Agen 61
14 Biarritz 53
 
Classement Top 14 complet
Résultats Barrages
Grenoble 58 10 Dax
Béziers 33 31 Brive
Résultats Top 14