Brive ne trouve pas de solutions à ses problèmes, l'analyse du match
Publié le mardi 30 novembre 2021 à 06:00

Il arrive dans une saison que des résultats soient inattendus mais que la physionomie des rencontres change tout. Brive a cru à l'exploit à Ernest Wallon, a saisi sa chance mais a été plombé par les mêmes maux qu'il n'arrive pas à s'enlever depuis le début de saison.

 

Les points positifs

L'engagement. Si Brive compte également de nombreux absents, c'était aussi le cas du côté de Toulouse avec la majeure partie des internationaux mis au repos. Même si l'effectif toulousain est large, l'occasion était belle de faire un coup face à cette équipe remaniée. Avec le groupe qui avait perdu d'un point à Castres et gagné face au Racing 92, le CAB a joué crânement sa chance, notamment en première période. Solide en défense, performant en conquête, il est très réaliste en attaque en marquant presque sur ses 3 incursions dans le camp toulousain. D'abord deux pénalités d'Enzo Hervé puis l'essai de Joris Jurand. A la pause, Brive mène 11 à 3 et si on se prépare à la réaction toulousaine, on se dit alors pourquoi pas. Et le pourquoi pas va tenir jusqu'à l'heure de jeu. Dommage que les brivistes ne parviennent pas à garder le ballon dans le second acte et à se procurer des possessions dans le camp adverse. S'ils étaient conscients de leur force, les toulousains ont malgré tout douté en étant plus pragmatiques après la pause. Avec les efforts fournis, le bonus défensif était mérité et aurait récompensé le match des brivistes.

La touche. Samedi, à Toulouse, Brive a été le maitre des airs. Généralement, on peut voler 2 ou 3 ballons et si à côté, on est propre sur ses propres lancers, le match dans ce domaine est réussi. Mais face aux toulousains, l'alignement briviste a fait vivre un enfer à la touche toulousaine. Toulouse a perdu 10 lancers en plus de 3 autres pas bien négociés par la suite. Une véritable razzia des brivistes qui avaient parfaitement étudié et travaillé ce secteur du jeu. En ciblant notamment Thibaud Flament et Antoine Miquel, le contre du CAB a perturbé totalement la conquête toulousaine. A ce petit jeu là, Retief Marais est entré totalement dans la tête du talonneur toulousain, Guillaume Cramont. Le 3e ligne briviste a tout simplement volé 6 ballons, un record égalé en Top 14. Malheureusement, derrière l'excellent match de la conquête briviste (la mêlée a bien marché aussi), Brive n'a pas su produire du jeu derrière car la grande majorité de ces touches était située dans le camp briviste et même dans les 22 mètres. La seule touche réellement intéressante (qui d'ailleurs n'a pas été volée mais a été un lancer pas droit) à déboucher sur l'essai de Joris Jurand, le seul essai du match.

 

Le point négatif

Le bonus perdu. On va mettre les pieds dans le plat dès ce premier paragraphe. Que s'est il passé sur cette dernière action ? Pourquoi le ballon n'a pas été tapé en touche dès cette récupération de balle dans le jeu au sol ? Il n'y a pas un fautif dans l'histoire mais plusieurs. Le staff et notamment Jean-Baptiste Péjoine demande à plusieurs reprises du calme, de garder la balle (notamment à 50 secondes de la fin à 5 mètres de la ligne) mais peut être que sur cette dernière action, ils auraient dû le "gueuler" bien clairement pour que tout le monde comprenne. Enzo Sanga fait le mauvais choix en demandant de jouer et pourtant, il regarde dans le coin. Pris dans l'action sûrement, il oublie tout le contexte de cette fin de match (la sirène, Hervé expulsé, ballon à 70 mètres de l'en-but ...) et aurait dû taper en touche tout de suite. Avec la sortie de Matthieu Voisin, le capitanat a disparu et dans ces moments-là qu'on voit arriver le capitaine qui va prendre la décision de taper en touche. Axel Muller n'est pas le Axel Muller de la saison dernière (c'est aussi le cas de tout le secteur offensif du CAB) mais lui faire faire cette attaque, c'était du suicide. Et l'action se termine avec 4 soutiens brivistes (Guillaume Galletier, Setareki Bituniyata, Tedo Abzhandadze et Otar Giorgadze) qui n'arrivent pas à sortir le seul gratteur Yannick Youyoutte. Contrairement à la fronde sur les réseaux sociaux, la perte du bonus défensif n'est pas la responsabilité de Thomas Ramos. Brive le perd tout seul, comme un grand et ne peut s'en vouloir qu'à lui-même. Brive a deux occasions de le sécuriser mais ne le fait, rendant à chaque fois le ballon aux toulousains.

La discipline. 22 pénalités concédées sur le match ! Oui, 22 ! Peut être que Laurent Cardona a avantagé Toulouse sur certaines situations mais la discipline est le point noir depuis le début de saison, sans que cet arbitre soit toujours là pour le CAB. Brive est l'équipe la plus pénalisée du Top 14. Forcément, avec son jeu très défensif et en passant la majorité du temps dans son camp à défendre, les pénalités vont tomber et l'arbitre avantagera toujours l'équipe qui avance. Brive est pratiquement à 15 pénalités concédées par match. Un nombre normal se situe plutôt vers 10-12. C'est un problème récurrent avec toujours les mêmes problématiques : la défense est souvent prise hors-jeu, les joueurs n'écoutent pas les consignes de l'arbitre ... Et l'indiscipline va coûter cher avec la suspension à venir pour Enzo Hervé qui risque manquer le derby contre Clermont. Un match à gagner vu la situation au classement. Et il y a des chances qui faudra le faire sans l'ouvreur titulaire.

L'attaque. Dans nos analyses, c'est un sujet récurrent et on vous assure, on ne fait pas du copier-coller et pourtant, on pourrait le faire. Depuis la 4e journée et le match à Bordeaux, Brive ne produit plus grand chose offensivement. En 8 matchs, Brive n'a marqué que 4 essais. 4 essais en 8 matchs ! Les occasions de marquer sont rares, même inexistantes en seconde période. Où est passé le jeu flamboyant de la saison dernière ? Le retour du public dans les stades perturbent les lancements de jeu ? Julien Blanc et Eneriko Buliruarua sont partis avec les seules copies du plan de jeu offensif qui existaient au club ? Samedi à Toulouse, Brive a effectué 61 passes, 60 courses pour 214 mètres parcourus. Des chiffres très faibles, même indignes du Top 14. Brive produit un petit peu en première période mais s'éteint totalement en seconde période. Dès le retour des vestiaires, qu'importe le score, Brive emploie la tactique "Fort Alamo" et résiste jusqu'à ce que les murs défensifs cèdent. Il serait temps que l'électrochoc se produise car à ce rythme, c'est la Pro D2 qui arrive à grands pas.

 

En conclusion

La côte d'une victoire briviste était très élevée pour ce match à Toulouse. Brive s'est appuyé sur son jeu actuel, minimaliste mais réaliste en première période. Maitre des airs, le CAB a fait plus que perturber le leader du Top 14 pendant ces premières 40 minutes et même un peu plus. Sauf que voilà, entre une indiscipline record, un jeu offensif toujours aux abonnés absents et une décision incompréhensible à la sirène, Brive n'est pas récompensé lors de ce déplacement toulousain. Le championnat est encore long mais ce bonus défensif aurait fait du bien, maintenant 4 points d'avance sur Perpignan et Biarritz (soit une victoire). Ce championnat est très serré et il n'est pas normal de laisser partir de tels points. Le CAB a 3 points d'avance sur la lanterne rouge et 4 de retard sur le 6e. Tous les points vont compter. Brive doit rapidement trouver des solutions à ses différents problèmes et vite.

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 35
2 La Rochelle 31
 
13 Perpignan 18
14 Brive 13
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 11
Pau 22 6 Brive
Montpellier 35 14 Bayonne
La Rochelle 53 7 Castres
Perpignan 23 20 Bordeaux
Stade Français Paris 12 17 Toulon
Racing 92 46 12 Clermont
Lyon 21 14 Toulouse
Résultats Top 14