Derrière les poteaux : Orgie #45
Publié le mardi 18 décembre 2018 à 06:00

A quelques jours de Noël, il faut bien commencer à réfléchir aux menus des fêtes. C'est souvent bon et copieux. Avec un peu d'avance, le CAB avait décidé de dresser la table en recevant des amis de Bourg en Bresse. Les plats étaient abondants mais attention à ne pas trop avoir abusé, il y a encore le dessert qui arrive en colombe.

Les fêtes de fin d’année s’approchent dans leurs vêtements de paillettes et de strass. De gros nuages s’avancent aussi, poussés par l’hiver qui gonfle, et le froid recouvre lentement chaque particule du stadium Amédée Domenech. L'herbe humide et glaciale s’apprête à recevoir les corps musclés et denses des gladiateurs, et les quelques 7 mille personnes venues voir ce que valait un promu de fédérale chez un déchu de Top 14 allaient en avoir pour leur argent.

C’est une sorte de grosse cavalerie qui a déferlé sur les visiteurs, par vagues, celles des lourds destriers avants, et puis la cavalerie légère, version zèbre vitaminé. Les burgiens, qui s’étaient déplacés dans l’idée de faire tourner un effectif qui avait commis le gros coup face à Mont de Marsan, espéraient saisir les occasions si elles se présentaient.

Mais l’arbitre ergotait très vite sur la discipline des chapons cramponnés et le sifflet rythmait les premières minutes de jeu. Le CAB prenait vite de l’avance, tuant le mystère, assassinant le suspense.

Un carton jaune fuse sur Fusier et les corréziens en profitent pour planter non pas des choux mais un essai en puissance. Dix à zéro, la tête à Toto. Mais pas de bras pas de chocolat et les visiteurs risquaient d’être privés de dessert s’ils ne réagissaient pas. Mais faute de dessert c’est le désert qui prend forme, aucun point au bout de 24 minutes de jeu.

Mais les promus ont de la moelle même s’ils sont tombés sur un os, et ils finissent par inscrire un essai un peu à contre-temps. Brive, euphorique, a perdu temporairement son bonus offensif, mais le jeu reste beau et on sent que ça peut vite s’enflammer.

Ces deux régions gastronomiques nous promettent un menu enlevé pour la suite, c’est la mique contre la cuisse de grenouille, c’est l’omelette aux cèpes contre le diot dombiste, c’est la farcidure contre le poulet de Bresse. Et pour faire une omelette il faut casser des œufs, et les zèbres s’y filent, ils vont au charbon, les avants donnent de leur personne et les arrières le leur rendent bien. En matière de cèpes, les burgiens font plutôt dans le ceps et malgré une volonté affichée d’en découdre, ils prennent des grappes de points (de suture). Les valises commencent à se remplir de points et les double-fonds craquent un peu.

Si les visiteurs maîtrisent très bien la « galette au sucre », les locaux leur proposent le « Galala en canne (à sucre) », et le fidjien s’en donne à cœur joie dans les lignes adverses, soit en scorant soit en réalisant des passes millimétrées pour envoyer les copains à dame. Laranjeira arrange très bien le score sans faillir, et il n’est pas en reste dans le jeu où il se montre de toutes les attaques.

À quinze minutes du terme de la rencontre, les dés semblent jetés, les carottes sont cuites et les grenouilles cramées. Quant au poulet de Bresse, il n’a pas supporté l’assaisonnement à la moutarde violette et les visiteurs sont verts de rage, ou rouges de honte, ou jaunes de colère (c’est un peu dans l’ambiance nationale). Ils se rendent compte qu’ils ne pourront pas sortir les marrons du feu et que le festin de Noël va s’avérer assez indigeste.

Le poulet a conservé quelques plumes, et le zèbre les veut toutes. Lobza, très en verve, va faire le service et grâce à sa lecture parfaite aboutir à l’essai de Mignardi, c’est la fin d’année, on ne refuse pas une mignardise.

Jusqu’au bout les corréziens bourrent la Bresse, et c’est beau à voir. On fait ce que l’on peut. De Bourg la Reine à Suze la Rousse, la France est un pays qui invite au rêve et au fantasme. D’ailleurs nous aimerions bien avoir à ce sujet l’avis des habitants de Montcuq, si chers au Maître Pierre Desproges.

L’arbitre sonne le glas, et les tribunes se vident. Le bonus offensif (et presque offensant) est acquis, mais il faut raison garder (comme dirait Jacques). Nous avons vu une magnifique charnière (petit message subliminal…) et à chaque poste des joueurs concernés. Mais Bourg en Bresse (prononcer Bourque en Bresse « bourquenbresse » pour coller au phrasé de l’Ain) était venu bien rénové, et c’est quand même un promu. Du haut de son passé de topquatorzien chevronné et en jouant à la maison, le CAB avait toutes les cartes pour cartonner.

Le prochain match sera une autre paire de manches, et peut-être une grande confirmation du beau spectacle fourni vendredi soir au Zébrium.

Mais ça, c’est une autre histoire…

 

Sébastien Vidal, Chroniqueur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 9
Toulon 19 19 Montpellier
Castres 28 26 Brive
Bordeaux 23 0 Agen
Bayonne 3 9 Pau
Toulouse 34 8 Clermont Ferrand
Lyon 45 17 La Rochelle
Stade Français Paris 9 25 Racing 92
Résultats Top 14