Derrière les poteaux : Gâchis #34
Publié le jeudi 22 février 2018 à 06:00

Au début, tout le monde y croyait. A la fin, la déception se lisait sur le visage de tout le monde. Une chape de plomb s'est mise sur Amédée Domenech après Brive - Pau. Le scénario d'un mauvais film s'est produit. Sébastien en a gros sur la patate et quand ça sort, ça sort !

 

Indubitablement, inexorablement, c’est le mot qui vient à l’esprit après la défaite contre Pau. Gâchis. Les palois revenaient d’un tournoi en Australie mais ce sont les zèbres qui étaient jet-lagués, pour ne pas dire jet-largués.

Mais ils n’étaient pas les seuls, l’arbitre aussi était à l’ouest, et ça ce fut une sacrée surprise car d’ordinaire il est très bon. Nous mettrons cela sur le compte du stress, sans doute l’homme au sifflet avait-il les mains moites et les pieds poites.

Après une défaite, les sportifs ressassent souvent. Ils revoient ce ballon tombé alors que la ligne d’essai était juste là, ce plaquage manqué qui coûte un essai, ce lancer vendangé qui était si important… Mais dans la tête du supporter ça turbine aussi. Quelle désillusion. Comment ont-ils pu laisser passer ce match ? Où étaient-ils en seconde période ? Il va falloir arrêter avec cette fâcheuse manie de ne jouer qu’une période. Pour rester en Top 14, il faut jouer 80 minutes au taquet, pas une de moins et parfois même un peu plus. Pau n’a pas fait d’étincelles, la pelouse ne risquait pas de prendre feu. Mais les zèbres ont donné le bâton pour se faire battre, donc Pau les a rossés. Copieusement. Petit retour en arrière.

Quand la sirène sonne à la 40e rugissante, nous sommes devant, et même à un essai du bonus offensif. Certes nous ne sommes pas flamboyants mais ça tient la route, c’est solide. Le collectif nous a offert un beau mouvement et Thomas Laranjeira, enfin titulaire à son poste de formation, voit le décalage et sert Luafutu qui chistère sur Benjamin Pètre qui fait parler la poudre et le cadrage pour aller planter la banderille en terre paloise. À ce moment-là on se dit que la fusée est bien partie, d’autant que pas longtemps après, Saïd le caïd, en grand capitaine montre l’exemple et assène un autre coup sur la caboche des visiteurs. Gäétan n’a pas les yeux en face des trous et rate la cible, mais deux essais à zéro quand même. C’est le Pau de terre contre le zèbre de fer. En loge on sabre le champagne, mais au retour des vestiaires c’est le CAB qui va se saborder.

Le retour sur le pré est catastrophique. Les joueurs croient-ils que le match est gagné ? Non, ils sont des pros et connaissent le rugby, c’est donc peu probable. Peut-être savent-ils qu’Agen coule à pic chez lui et qu'Oyonnax fait de même face au MHRC. Quoi qu’il en soit le relâchement est total (vous ne viendrez plus chez nous par hasard). Et c’est vrai, le CAB n’est plus venu dans l’en-but de Pau, même par hasard, même sur un malentendu, même pour de faux.

C’est le retour du rugby purge. On s’escrime à défendre parce qu’on n'a pas le ballon, on y laisse des plumes. Sur les rucks nos gars se démènent, ils grattent des munitions, et devinez quoi ? Dès qu’on a récupéré le ballon qu’est-ce qu’on fait ? Bim, on leur rend avec un coup de pied. À ce moment je sens la colère qui monte, je ne comprends pas ce jeu. Comment peut-on dépenser autant d’énergie pour défendre et glaner un ballon et le rendre aussitôt ? Où est l’intérêt ? On ne trouve même pas de touche et l’adversaire est trop content de recevoir une nouvelle munition. Vous vous imaginez construire un mur, soulever les moellons, faire le ciment, suer sang et eau pour finalement le détruire une fois achevé ? En défense c’est ce que l’on fait. Je me mets à la place des gars, au niveau du mental ça doit être dur de te dire que tu vas te dépouiller pour choper le cuir et qu’ensuite il y en a un qui va le redonner à l’adversaire.

En face, quand ils ont le ballon, ils nous montrent comme faire. Sur une énième cartouche rendue au pied, Taylor remonte le ballon à la main et fait l’amour à la défense, il n’a plus qu’à servir Votu qui marque un essai offert avec toute la sympathie briviste.

Pour ne rien arranger c’est open-bar pour les palois. Les plaqueurs brivistes sont en vacances et tout est permis au niveau des fautes. Les visiteurs sont hors-jeu une fois sur deux, ils peuvent essayer de dévisser la tête des brivistes sans être sifflés, ils peuvent même bloquer le ballon dans les rucks alors qu’il est gratté, monsieur Poite regarde ailleurs et ses camarades de touche sont frappés de myopie subite. J’ignore qui était sur le terrain samedi soir, mais ce n’était pas monsieur Poite. Sans doute un type qui lui ressemblait beaucoup, un bon sosie, mais ça s’arrête là.

Mais même avec un arbitrage au niveau nous n’aurions pas gagner ce match. Trop inexistants, trop peu créatifs, nous avons manqué de tout. Nous ne pouvons même pas dire que nos plans capotent à cause de Mannix. On n'avait pas de plan. Je ne vais même pas parler de ces belles occasions gaspillées, je sens la tension qui remonte et je dois faire attention à mon cœur. Tiens, cette action, initiée par Gaétan Germain, qui part de nos 22 et passe par Hirèche. Notre arrière se retrouve en un contre un face à Armitage. Même aujourd’hui, je me demande comment on fait pour ne pas aller à dame. Cette phase de jeu est très parlante de nos maux. Elle explique pourquoi nous sommes douzièmes avec un bilan calamiteux de 5 victoires et 11 défaites, putain 11 défaites !

La seule chance que nous avons c’est que deux équipes sont plus faibles, mais même sur le jeu elles en montre plus.

Je ne vais pas aborder le sujet du carton rouge, tout a été dit. J’ignore si François Da Ros vit mal la belle concurrence de Mike Tadjer, mais cette saison il n’y est pas, il nous a montré de tellement plus belles choses. Allez François, ce qui est fait est fait, mais il reste des matchs et un job à finir. Evidemment il faudra compter sur la mansuétude de la commission de discipline, et ce n’est pas gagné, loin de là.

Il y a aussi ce souci en deuxième ligne. Où sont nos deuxièmes lignes ? Johan Snyman et Peet Marais ont fait un très gros match, comme d’hab. Mais il n’y avait pas de seconde latte sur le banc. Sans doute que le staff avait encore prévu de faire monter Fabien Sanconnie dans la cage. Il faudra bien un jour arrêter avec ces bidouillages, si possible avant qu’il ne soit trop tard. Quid de Dominiko Waqaniburotu ? Damien Lagrange ? Julien Ledevedec ? Jan Uys ? Ils ne sont pas à l’infirmerie, mais peut-être au placard ? Au moins pour quelques-uns… Ces histoires me saoulent.

Ce qui s’est passé samedi soir nous enterre sûrement. Parce que les quatre prochains matchs peuvent être autant de défaites car nous pouvons faire confiance aux Jaunards pour faire le job au Stadium le 10 mars. C’est cela qui fait enrager. Ce match pouvait nous donner une grande bouffée d’air, nous permettre de jouer libérer à l’extérieur, ce match était dans nos cordes et il nous tendait les bras, et on l’a refusé. Si ça se trouve Simon Gillham va nous expliquer « qu’on a eu peur de prendre la 11e place », vu que depuis le début de la saison on nous prend pour des cons autant continuer.

Je suis comme pas mal de supporters, complètement perdu. Je me demande comment nos gars peuvent battre Montpellier avec le bonus offensif, comment ils peuvent trouver les ressources pour retourner une situation catastrophique contre Toulon et se tirer une balle dans le pied contre Pau en seconde mi-temps. Ce sont les mêmes joueurs, c’est la même équipe qui nous soulève de joie et nous entraine au trente-sixième dessous.

Le temps presse, il peut-être déjà trop tard, nous avons laissé passer tellement d’occasions.

Nous en tribune on ne lâche rien, nous sommes furieux, mais on ne lâche rien. Allez les gars !

Alea jacta est…

 

Photo : Breniges FM

 

Sébastien Vidal, Chroniqueur
A lire aussi sur allezbriverugby
Actus Derrière les poteaux
Derrière les poteaux : La sieste #40 mercredi 12 septembre 2018 à 12:00
Derrière les poteaux : Suspense #39 mercredi 9 mai 2018 à 06:00
Derrière les poteaux : Fin de cycle #37 mercredi 11 avril 2018 à 06:00
Derrière les poteaux : Marathon #36 mercredi 28 mars 2018 à 06:00
Derrière les poteaux : Nécrologie #35 mardi 13 mars 2018 à 06:00
Derrière les poteaux : Forte #32 jeudi 4 janvier 2018 à 06:00
Derrière les poteaux : Automne #30 mercredi 8 novembre 2017 à 06:00
Toutes les actus Derrière les poteaux
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 5
Vannes 9 11 Brive
Bayonne Provence Rugby
Bourg en Bresse Carcassonne
Colomiers Biarritz
Aurillac Nevers
Massy Soyaux-Angoulême
Béziers Montauban
Mont de Marsan Oyonnax
Résultats Top 14