Top 14 analyse Toulouse - Brive : ne pas tendre la 2e joue
Publié le mardi 12 mai 2015 à 13:00

Le sprint final a commencé pour toutes les équipes du Top 14 ce samedi et la lutte promet d'être serrée à tous les étages du championnat. Le CAB, pour sa part, se déplaçait à Toulouse pour un match qui s'annonçait difficile. Il s'est révélait plus encore. Cela s'est transformé en chemin de croix. Avant un prochain déplacement capital à Castres, Brive a tendu une joue, il ne faudrait pas qu'il tende la deuxième.

img-accroche-analyse-match-top14-toulouse-brive 

Ce match à Toulouse ne s'annonçait pas sous les meilleurs auspices mais les supporters brivistes voulaient croire à un miracle. Le miracle n'a pas eu lieu et Brive a montré un bien pâle visage pour commencer le sprint du maintien. Le CAB parviendra-t-il à valider son maintien ? Revivra-t-il le scénario d'il y a trois ans ? La rencontre de samedi soulève plus de questions que de réponses. Dans un peu plus de 160 minutes de match, on aura les réponses.

Les signes inquiétants

L'envie. Quand vous jouez une grosse cylindrée, il faut mettre un minimum d'énergie pour espérer repartir avec un bon résultat à la fin de la rencontre. Malheureusement, Brive a failli dans ce domaine et la note a été très salée. La défense a laissé des boulevards aux attaquants toulousains qui n'en demandaient pas tant. Après l'ouverture du score briviste, la marée noire toulousaine a défoulé et chaque plaquage manqué créait une occasion d'essai. Le CAB s'est retrouvé dans les cordes et encaissé les coups sans réagir. Comme si le corps était à Toulouse mais déjà la tête à Castres. Dans cette fin de championnat très serrée, chaque point va compter et pendant que les adversaires directs s'accrochent dans leurs rencontres respectives, Brive lâche au fur et à mesure de la rencontre. Pas un bon présage à deux journées de la fin.

Un cadeau empoisonné pour certains. Le déplacement à Toulouse a marqué le retour de plusieurs joueurs absents depuis plusieurs semaines. Ainsi Kieran Murphy, Malakaï Radikedike, Andrew Ma'ilei et Alfie Mafi étaient titulaires tandis que Damien Jourdain, Fabien Sanconnie et Arnaud Mignardi étaient remplaçants. Mais dans une équipe complètement à la dérive, cette place dans le groupe ressemble à un cadeau empoisonné, presque à un cadeau de départ pour certains. Le contexte aurait pu être meilleur mais tenter d'impliquer des joueurs qui n'ont plus été titulaires depuis plusieurs semaines (mois ?) est très compliqué voir impossible. Surtout quand en face, vous avez une machine parfaitement huilée qui n'a pas choisi de faire l'impasse.

Les cadres en souffrance. Si les habituels remplaçants ont eu du mal à apporter, les cadres n'ont été guère au soutien aussi. Car si le regard était déjà fixé sur Castres, l'équipe envoyée à Toulouse était composée de nombreux cadres qui devaient emmenés de la cohésion. Malheureusement, le déroulé de la rencontre et les statistiques sont sans pitié. Malgré son essai en toute fin de première période, Arnaud Méla a sombré dans le jeu toujours plus vif des toulousains. Un vilain 4/14 au plaquage illustre les boulevards dans la défense briviste. Face à un Bezy en feu, la charnière corrézienne a vécu un calvaire. Le jeune frère de Nicolas a imprimé le bon tempo pour permettre à son équipe de dérouler son jeu. En face, JB Péjoine manque 3 plaquages (sur 5) et Nicolas Bezy en manque 2 mais en réussit 11 (le 2e meilleur total derrière Peet Marais). Le Stade avait clairement ciblé cette zone. La ligne de 3/4 a souffert le martyr face à son homologue. Chaque plaquage manqué était généralement synonyme d'essai. Une bien triste performance collective qui ne faudra pas rééditer à Castres comme le signale Arnaud Mignardi.

img-contenu-analyse-match-top14-toulouse-brive-1

Les leaders doivent trouver les mots pour se sortir de l'ornière

Le bilan à l'extérieur. Que se passe-t-il à l'extérieur ? Certes, Brive n'a jamais été une terreur à l'extérieur mais l'équipe parvenait à résister pour parvenir à récolter des bonus par ci par là. Mais cette année, mis à part une bonne série à l'automne, la saison à l'extérieur du CAB est un long chemin de croix. Sur les 6 derniers matchs, seul le match à La Rochelle ressemble à quelque chose. C'est une rencontre où Brive aurait pu (dû ?) ramener des points sans quelques erreurs couteuses au final. Sinon le bilan est lourd : 46-10 à Bordeaux, 44-20 à Clermont, 34-11 à Toulon, 24-3 à Oyonnax et donc 67-19 à Toulouse. Alors que les autres équipes en lutte pour le maintien tentent de faire bonne figure à l'extérieur et parviennent de temps à autre à récupérer un bon résultat, Brive semble privilégier les matchs à domicile. Un calcul dangereux qui pourrait s'avérer fatal avec seulement 1 point d'avance sur la zone rouge.

Les signes encourageants

Gaëtan Germain. Sa prestation globale à Toulouse n'a pas été bonne avec notamment des plaquages manqués qui coutent cher mais avec un 5/5 au pied et 14 points au total, il a permis de rapprocher Brive à 8 points d'un bonus défensif à la 52e minute avant que la tornade toulousaine ne dévaste tout sur son passage. On pourra toujours regretter le choix de prendre les pénalités au lieu des pénaltouches (sachant que le match était plié) mais en cette fin de saison, Brive a dans sa manche un atout que d'autres équipes recherchent : un buteur. Bayonne aurait pu faire un meilleur résultat avec un buteur fiable. Wisniewski est moins décisif pour Grenoble qu'en début de saison. Si le CAB se maintient, il faudra compter sur la fiabilité de Germain qui a déjà montré sur les derniers matchs qu'on pouvait compter sur lui pour accrocher des victoires importantes.

img-contenu-analyse-match-top14-toulouse-brive-2

Gaëtan Germain ou la pièce maitresse du maintien pour le CAB

Sauvé grâce ... aux autres. Si le CAB a toujours sa destinée entre les mains, il le doit en partie aux mauvaises performances de ses adversaires. Depuis plusieurs semaines, Brive souffre (confiance ? physique ? autre ?) mais reste en vie. Bayonne tenait un gros résultat à Montpellier avant de craquer dans le dernier quart d'heure. Tout comme à Toulouse où un essai de Picamoles à 3 minutes de la fin enlève la victoire aux basques. Grenoble reste sur 4 défaites consécutives dont 3 à la maison. Une chute libre qui pourrait bien condamner le club isérois mais il leur reste encore un match à domicile pour tenter de redresser la tête. Sauf que Toulouse arrive lancé et n'a pas forcément envie de ralentir le rythme si près de la ligne d'arrivée. Castres est revenu de l'enfer et semble attendre patiemment son heure pour passer à l'attaque. Après un bonus défensif à Bayonne et une victoire à Grenoble, le CO s'est replacé dans la course et espère frapper un grand coup en recevant Brive samedi. Espérons que les brivistes contrarient le plan castrais.

En conclusion

Comment se relever après une telle déroute ? Difficile à dire mais si les brivistes ne veulent pas tendre l'autre joue, ils vont devoir jouer les deux derniers matchs avec ce supplément d'âme qui leur a manqué à Toulouse. Les discours des joueurs montrent que la descente n'est pas envisageable. Il ne reste plus qu'à le montrer sur le terrain désormais. Les feux sont très loin d'être au vert mais tout n'est pas encore perdu. La pression est la même pour les 4 clubs en lutte pour le maintien (Brive, Castres, Bayonne et Grenoble). Il faudra tout donner sur les 2 derniers matchs pour ne rien regretter. L'impasse et le calcul sont interdits.

 

Article rédigé par Rémi Brazon Google+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 8
Montpellier Toulouse
Brive 30 9 Bordeaux
Agen Stade Français Paris
Pau Castres
Toulon Bayonne
La Rochelle Racing 92
Clermont Ferrand Lyon
Résultats Top 14