Top 14 analyse Brive - Oyonnax : une victoire pour les fêtes de Noël
Publié le mardi 23 décembre 2014 à 13:00

Samedi marquait la fin d'une série de 3 matchs contre Oyonnax. Si l'USO a remporté les deux premiers duels en Challenge Cup, le CAB a tout mis en œuvre pour remporter la 3e et dernière manche en Top 14. Ce match marque la fin des matchs allers et donc à mi-championnat, Brive est bien placé pour le maintien. Mais il reste encore 13 journées à disputer ...

img-accroche-analyse-match-top14-brive-oyonnax
 

Pour la dernière réception de l'année 2014, Brive voulait terminer en beauté en offrant à ses supporters une dernière victoire. Après un gros combat, les brivistes ont vaincu Oyonnax sur la marque de 19 à 6. L'USO est venu avec des intentions mais la défense du CAB a su les annihiler pour ensuite porter l'estocade.

Les points positifs

L'efficacité offensive. A défaut d'être totalement dominateur, Brive s'est montré efficace et réaliste pour construire son avance au score. Sur sa première offensive, le CAB a cherché en vain la faille dans les 22 d'Oyonnax. La défense commençait à prendre le pas sur l'attaque. C'est à ce moment là que Brive sort sa nouvelle arme : le drop. Nicolas Bezy est le spécialiste et a réussi son 3e drop en 3 matchs (sur 4 tentatives). Avoir un joueur capable de mettre un drop régulièrement est un atout de repartir avec des points après un temps fort. Malgré un échec au pied de Germain (son seul de la soirée), Brive va profiter de chaque opportunité offensive pour marquer et qui de mieux que le duo Masilevu - Mafi pour le faire. Un long une-deux, un festival du fidjien et un essai de l'australien crée le premier break de la rencontre. En seconde période, Brive vient dans le camp d'Oyonnax et provoque les fautes. Gaëtan Germain se régale et enquille (11 points à 4/5). Les brivistes n'auront pas eu pléthore d'occasions dans ce match mais ils se seront montrés efficace pour aller empocher les 4 points contre un concurrent direct au maintien.

La bataille des rucks. Nous sommes en hiver, la température chute, les terrains deviennent compliqués (même si contrairement à d'autres, on n'a pas à se plaindre de notre pelouse !) et le jeu tend à se rapprocher des phases de combat. Si Brive a pu compter sur une attaque chirurgicale, c'est surtout la défense qui a été au premier plan samedi. Il y a eu quelques incendies à éteindre pendant 80 minutes mais les pompiers ont pu intervenir avant que les dégâts soient trop importants. Mais là où les coéquipiers d'Arnaud Méla ont été très forts, c'est dans la bataille des rucks qu'ils ont remporté, spécialement en deuxième période. 71/72 pour le CAB contre 95/101 pour Oyonnax. Si des joueurs comme Méla, Marais, Waqaniburotu ont été très bons dans ce secteur, un remplaçant a crevé l'écran : Poutasi Luafutu. Si offensivement, il n'a pas encore retrouvé l'explosivité de la Pro D2, défensivement, le 3e ligne est présent et samedi, il a été présent sur chaque zone de ruck, récupérant soit le ballon soit une pénalité pour son équipe. Oyonnax a dominé la seconde mi-temps mais est tombé sur une défense de fer avec des joueurs remportant la très importante bataille des rucks. Là où le CAB a construit sa victoire.

img-contenu-resume-match-top14-brive-oyonnax-3

Brive gagne la bataille des rucks, un grand pas vers la victoire finale

L'éclair Masilevu. Certes, Brive a pu compter sur un gros pack, amené par une 2e ligne de combattants Méla - Marais (11/13 aux plaquages pour Peet) et une 3e ligne comme on l'aime avec Hauman très complet (12/14 aux plaquages), Waqaniburotu en chef de défense (11/12) et un Koyamaibole surveillé mais percutant à souhait. Les rentrées de Luafutu (ci-dessus) et d'Acosta (13/13 aux plaquages en 30 minutes !) ont fait du bien mais que dire de l'exploit de la pépite briviste qui ne cesse de s'affirmer dans cette équipe. Il y a quelques mois, on pouvait avoir des doutes tant à son adaptation au rugby à XV. Mais ça, c'était avant. Il n'a pas touché beaucoup de ballons mais il a été décisif, comme souvent cette saison. Mafi vient de son aile et lui transmet la balle sur la ligne médiane. En 1 contre 1 face à Tian, il met sur les fesses son adversaire, résiste à la cuillère de Jenneker (ça sert d'avoir un centre de gravité bas) et est repris à quelques centimètres de l'en-but. Il tente de servir Mafi qui malgré le retour de Tian parvient à aplatir. Si Mafi marque, c'est avant tout grâce au talent de Masilevu qui déchire littéralement le rideau défensif d'Oyonnax. 70 mètres parcourus, 1 franchissement, 3 défenseurs battus et 1 passe après contact : voilà des statistiques très propres. Et en plus, il commence à défendre proprement. La transition VII - XV se passe très bien. Et si on le gardait à vie ce Benito ?

Les points négatifs

Le manque de réalisme d'Oyonnax. Pour une équipe qui évolue à l'extérieur, Oyonnax a produit beaucoup de jeu et s'est procuré beaucoup d'occasions. L'USO a fait plus de passes (154 contre 106), plus de courses (142 contre 97), a parcouru plus de distance (451 m contre 340) et a battu le double de défenseurs que Brive (28 contre 14). Les occasions ont été nombreuses et c'est limite un petit miracle si Brive mène à la pause 10-0. Le CAB peut remercier la maladresse d'Oyonnax. Les attaques ont été tranchantes mais n'ont jamais pu être conclues, d'une part grâce (ou à cause, cela dépend de quel côté on se situe) au retour de la défense briviste et d'autre part aux nombreuses pertes de balles (22 contre 13 à Brive). La ligne de 3/4 en compte 16 à elle seule (Figuerola et Donguy 4 chacun). Il est difficile d'espérer faire un résultat à l'extérieur avec autant de munitions gâchées, Brive a eu de la chance sur ce coup-là. Comme dirait Christophe Urios, c'est le temps des vendanges.

img-contenu-analyse-match-top14-brive-oyonnax-1

Oyonnax a eu les occasions mais n'a pas réussi à les convertir

Le public. Encore une réception à plus de 10 000 spectateurs (11 082) pour le CAB. Depuis la remontée en Top 14, Amédée-Domenech vibre de nouveau pour son équipe. Les joueurs l'ont remarqué et l'apprécient. Mais car il y a un mais, le feu de la passion s'éteint doucement. La vague de la remontée est terminée et le public briviste semble moins supporter et plus spectateur. Samedi, les décibels sont peu montés. Que se passe-t-il ? Pourtant, à l'extérieur, les supporters se déplacent en nombre (si bien que les groupes sont obligés de refuser du monde) et se font entendre (parfois au grand dam des supporters locaux). Après un passage à vide en début de saison, le CAB gagne à nouveau et se replace au classement. Mais le maintien est loin d'être acquis et Brive aura besoin du total soutien de ses supporters. Amédée-Domenech doit redevenir un bouillant chaudron

Le calendrier.Comme chaque saison, les clubs signent des accords pendant l'été mais il semble qu'ils oublient de lire jusqu'au bout. Et au moment où ça coince, tout le monde grogne. Ici, pas de doublon mais une période de 3 jours de vacances. Le calendrier est fait de telle façon que les journées s'enchainent en cette fin d'année. Et on plante en plein milieu des vacances obligatoires ? Les joueurs ne sont pas contre mais préparer un match en seulement 48 heures, ce n'est pas un peu risqué ? La plupart des managers ne sont pas ravis (on peut les comprendre) et le font entendre, sûrement un peu tardivement. Les anglais pratiquent le boxing day depuis longtemps sans qu'on leur impose des jours de repos en plein milieu de cette période. Il serait bien que pour une fois, toutes les composantes du rugby français discutent ensemble avant le début de la saison et ne signent les accords qu'après les avoir lu entièrement. Ou alors on remet une trêve hivernale, comme avant ?

 

En conclusion

Brive termine sur une très bonne note la phase aller du Top 14 avec une nouvelle victoire à domicile (la 3e de rang). Le match contre Oyonnax a été difficile (mais qui aurait pensé le contraire) mais la défense briviste a été hermétique et a gagné la bataille des rucks. Avec une défense de ce niveau (6 points seulement encaissés), l'attaque devait en profiter. Ce qu'elle a fait en étant réaliste et efficace. Un essai de Mafi (sur un exploit de Masilevu), un drop de Bézy et 11 points de Germain permettent aux supporters de se projeter sereinement vers Bordeaux puis l'année 2015 avec au bout un maintien en Top 14.

 

Article rédigé par Rémi Brazon Google+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Oyonnax 10 22 Brive
Béziers 27 23 Vannes
Aurillac 16 17 Biarritz
Mont de Marsan 48 22 Bourg en Bresse
Bayonne 45 15 Massy
Carcassonne 33 24 Provence Rugby
Montauban 9 6 Nevers
Colomiers 15 8 Soyaux-Angoulême
Résultats Top 14