Brive se rassure sur l'engagement et le don de soi, l'analyse de la rencontre
Publié le mardi 7 janvier 2020 à 06:00

Se déplacer à Montpellier après une première défaite à domicile est loin d'être un parcours de santé. Brive a été cabossé pendant 80 minutes mais le coeur et le sens de sacrifice du CAB ont permis de résister et de bondir en fin de match pour aller chercher un bonus défensif mérité. Les brivistes se remettent dans le bon sens.

Les points positifs

La réaction du CAB. Brive s'était fait un objectif de demeurer invaincu à la maison. En ce début de saison, tout se passait bien malgré l'avertissement donné par le Stade Français. Et puis, voilà, le Racing 92 donne une leçon aux brivistes. Après ce gros coup sur la tête, le déplacement à Montpellier n'était pas un bon présage. La physionomie de la rencontre allait dans ce sens et une lourde défaite était à craindre. Mais les brivistes ont montré du coeur, beaucoup de coeur pour résister à un adversaire supérieur. Il y a eu des brèches mais elles ont été comblées, tant bien que mal. La défense a plié mais n'a pas rompu totalement, encaissant seulement 2 essais (en début et fin de seconde période). L'attaque a souffert du manque de munitions mais quand Brive a eu le ballon, il n'a pas été maladroit. Au final, le CAB ramène un bonus défensif qui valide cette débauche d'énergie et surtout, regagne un peu de confiance après la claque reçue à domicile. Avant la réception de Pau, c'est de bonne augure de retrouver quelques certitudes.

La lucité. Brive n'a jamais été lâché au tableau d'affichage. A chaque fois, les brivistes sont revenus. Mais après être revenu à -3 (19-16), le CAB prend un petit éclat jusqu'à l'essai de Thomas Darmon à la 75e minute. Avec 13 points de retard, la victoire s'est envolée tandis qu'un bonus défensif devient presque improbable. Mais les brivistes ont tout tenté dans les dernières minutes, mais sans se précipiter. Brive gratte une pénalité mais ne fait pas n'importe quoi. Les calculs sont bien faits, la lucidité est là avec le choix de la pénalité. Après l'échec de Thomas Laranjeira, une seconde opportunité se présente. Cette fois, ça passe. Désormais, les choses sont claires : un essai et c'est le bonus. Les brivistes jouent juste et lancent l'attaque depuis leurs 22 mètres. Cela joue propre et les espaces sont trouvés. Les soutiens sont tout le temps là. Dans Midi Olympique, Joris Jurand décrit bien cette dernière action et l'état d'esprit briviste. Entré au cours de la seconde période, Laranjeira inscrit les dix derniers points de son équipe, synonyme de bonus défensif. Malgré l'écart réalisé par Montpellier, Brive ne s'est pas désolidarisé et n'a pas perdu sa lucidité pour aller chercher ce résultat à l'extérieur.

Faire les bons choix sans se précipiter permet de faire de belles choses

 

Les points négatifs

Une différence de puissance. Comme prévu, Brive a souffert à Montpellier. Le CAB a été privé de ballons pendant une grande partie de la rencontre. Le MHR aurait pu (dû) tuer le match au moins en seconde période, si ce n'est en première période. Les occasions étaient là mais la concrétisation était absente. Comme depuis plusieurs saisons, Brive a peu de solutions pour lutter face aux équipes au jeu physique. Il y a deux ans, les brivistes avaient ramené une lourde défaite de l'Hérault. Vu le déroulé de la rencontre en première période, avec un Brive dans ses 22 mètres et constamment sous pression, le scénario de Lyon aurait pu se reproduire avec un CAB qui, après quelques minutes de résistance, avait explosé en plein vol. Cela aurait pu se produire mais Brive a su plier sans rompre. Le tout en redressant la tête plus tard.

Les plaquages. A force de défendre, il était évident que Brive commetrait des erreurs. Il y a les 2 essais encaissés, le carton jaune de Peniami Narisia qui paie pour les fautes précédentes. Mais le CAB a laissé trop d'espaces aux attaquant montpelliérains qui ont accumulé franchissements (11) et mètres parcourus (557). A l'issue de la première période, Montpellier avait 60% de la possession de balle et avait passé 11 minutes dans le camp briviste (contre 4 minutes pour Brive). Au total, le MHR a cassé 52 plaquages ! Les puissants Jacques du Plessis (5) et François Steyn (11) ont réalisé une grosse partie des dégâts, sans oublier les virevoltants Darmon (9) et Anthony Bouthier (6). Il a fallu s'y mettre à plusieurs pour stopper les attaquants adverses mais dans les prochaines semaines et notamment contre Pau, Brive devra retrouver sa défense et sa solidité défensive car il ne faudra pas laisser autant d'espaces et camper continuellement dans son camp.

Il a fallu souvent plusieurs brivistes pour arrêter un montpelliérain

 

En conclusion

On a eu peur, peur de revivre le match à Lyon qui s'était conclu par une lourde défaite. Mais Montpellier n'a pas été aussi réaliste que les lyonnais et les brivistes se sont accrochés pendant 80 minutes, piquant quand il le fallait pour mettre un peu de doutes dans les têtes montpelliéraines. Le MHR a assuré sa victoire en toute fin de match mais Brive a tout donné pour obtenir un point de bonus, son troisième bon résultat à l'extérieur de suite. Une petite série qui pourrait compter à l'heure où ses concurrents directs rentrent de plus en plus dans le doute. Le championnat est à sa moitié mais Brive est bien placé à l'heure actuelle. Espérons que cela continue tout au long de la phase retour.

 

Image : Canal+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Bordeaux 47
2 Lyon 44
 
8 Clermont Ferrand 28
9 Brive 25
10 Pau 23
 
13 Stade Français Paris 20
14 Agen 18
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 13
Agen 12 13 Lyon
Racing 92 27 19 Clermont Ferrand
Pau 13 44 La Rochelle
Bordeaux 22 3 Bayonne
Montpellier 29 26 Brive
Toulon 43 3 Castres
Stade Français Paris 30 18 Toulouse
Résultats Top 14