Brive montre un autre visage mais manque encore la victoire
Publié le mardi 26 septembre 2017 à 06:00

Cette rencontre laisse un goût amer dans la bouche : la victoire était à portée de fusil mais au final, cela fait toujours aucune victoire en cinq matchs. Brive broie du noir et on peut légitimement se poser la question : pour quand est prévue l'éclaircie ?

Les points positifs

Une révolte. Depuis le temps qu'on l'attendait ! Depuis plusieurs matchs, Brive encaissait les coups sans broncher, sans réagir. Dès l'entame, les brivistes ont bien attaqué la rencontre, ouvrant le score et produisant un jeu agréable. Par la suite, Toulouse a mis la main sur la rencontre mais Brive n'a pas lâché le morceau et s'est accroché. C'est vrai qu'à 9-22 à l'heure de jeu, on ne donnait pas cher de la peau du CAB mais la révolte a sonné et Brive est revenu à -10 puis -3 grâce à une charge héroïque des avants, conclue par un essai de Mike Tadjer. Ces mêmes avants ont failli arracher la victoire mais la porte s'est refermée au dernier moment. Brive se cherche des certitudes, le dernier quart d'heure peut être la bouée espérée. Il faudra plus pour s'en sortir mais c'est un bon début.

Le banc. Si Brive a failli renverser la tendance en fin de match, c'est un peu grâce à son banc de touche. Depuis le début de saison, Mike Tadjer ne rechigne pas à la tâche et commence à se faire sa place dans l'effectif briviste. Tout comme Etienne Herjean, désormais seul huit de formation avec la blessure de Sisa Koyamaibole. C'est lui qui capte la balle et qui enclenche le maul de l'essai. Vasil Lobzhanidze apporte à chacune de ses entrées du dynamisme et du punch. Entré plus tôt que prévu à la place d'un Bezy blessé, Matthieu Ugalde apporte un profil plus offensif que son prédécesseur, utile quand vous êtes menés au score. Les remplaçants montrent qu'ils sont plus que des remplaçants, il ne faudrait pas tarder pour leur offrir réellement leurs chances. La remontada est peut être entre leurs mains.

Peet Marais. Un petit mot pour terminer cette partie sur le 2e ligne sud-africain. On ne l'avait plus vu sur un terrain depuis le 27 aout 2016 (face au Stade Français). Et encore c'était juste pour une courte apparition de deux rencontres. L'année 2016 fut un véritable calvaire entre une grosse entorse de la cheville contre Montpellier, une luxation du coude à Grenoble et enfin une rupture des ligaments croisés contre le Stade Français. Trois grosses blessures et un petit total de 5 matchs joués en 21 mois. On croise les doigts pour que cette série se soit arrêtée et que le 2e ligne retrouve toutes ses qualités et sortent une saison pleine.

Peet Marais (n°18) enfin de retour sur un terrain de Top 14

 

Les points négatifs

Les blessures. Qui a jeté le mauvais oeil sur le CAB ? Parce que là, ça commence à être inquiétant. Très inquiétant même. Faisons les comptes : Mafi contre La Rochelle, Romanet à Lyon, Lagrange et Germain contre le Racing, Hauman, Laranjeira et Koyamaibole à Clermont et le dernier en date Bezy contre Toulouse. A ce rythme, Brive va devoir composer son équipe avec les Crabos du club ! Généralement, quand tout va mal, tout va mal, vous enchainez les mauvais résultats et vous accumulez les blessures. Certains postes ne sont pas (encore) touchés mais d'autres vont commencer à poser problème comme l'ouverture et les centres (Benjamin Pètre et Seva Galala n'ont toujours pas repris en Top 14). On aimerait croire que c'est fini mais une pensée rôde dans un coin de notre tête : à qui le tour ? Réponse à Montpellier.

 

Manque de tranchant. Depuis le début de saison, Brive peine à la fois en attaque et en défense. Peu d'essais marqués et pas mal encaissés. Les brivistes ne gagnent pas leurs duels en attaque et les perdent en défense. En 5 matchs, Brive a franchi à 20 reprises avec 49 défenseurs battus. Malheureusement, la balance est très négative avec pour les adversaires 56 franchissements et 112 défenseurs battus. Même contre Toulouse, on peine à identifier la ligne directrice dans le jeu briviste. L'équipe est à la croisée des chemins et n'arrive pas à se positionner. Pierre Villepreux et Didier Faugeron, samedi dans l'Equipe, disaient que tu ne peux pas changer de jeu sans effectuer des changements drastiques (préparation, recrutement, entrainement...). L'effectif actuel est sûrement plus adapté plus centré sur un jeu proche des points d'affrontements. C'est peut être ennuyeux à regarder mais Brive a un besoin urgent de points donc allons à l'essentiel et à l'efficace.

 

L'affluence. Historiquement, Brive a trois matchs de gala dans sa saison : Clermont, Toulouse et Toulon. Même en ayant de très bons effectifs, le Racing ou encore Montpellier n'attirent pas les foules. Mais samedi c'est un historique qui n'a pas attiré. Entre un effectif moins clinquant que par le passé et une équipe locale un peu au fond du trou, ce Brive - Toulouse a eu une affluence particulièrement inquiétante. Le club a tout tenté pour remplir les tribunes (vente flash pendant 24 heures, places offertes) mais cela a juste permis de limiter la casse et de passer la barre des 10 000 pour atteindre les 10 664 spectateurs. Le début de saison n'arrange pas les choses mais le problème date déjà de la saison dernière. Si une dynamique n'arrive pas rapidement, le stade risque sonné creux lors de certaines affiches. Quelque chose s'est cassé il y a un an, il serait temps d'identifier le problème et de le résoudre pour que les tribunes se remplissent à nouveau.

Très faible affluence pour un Brive - Toulouse

 

En conclusion

La lourde défaite à Clermont pouvait servir d'électrochoc à Brive. Le CAB s'est accroché à Toulouse, a montré de bonnes choses mais ça manque de confiance, de continuité, de tranchant. Encore une fois, l'adversaire du CAB se montre plus efficace et prend le match en main. Sauf que là, les brivistes ont réagi en fin de match et ont montré les crocs pour échouer tout près du but. On pourra regretter un petit coup de sifflet sur le dernier maul mais il faut aussi être réaliste : à -13 à l'heure de jeu, on préssentait plus la domination jusqu'à la fin de Toulouse que le réveil de Brive. Le CAB devra continuer à se rassurer à Montpellier (même si cela sera très compliqué) et surtout débloquer le compteur contre Castres car un bonus défensif ne débloque absolumment rien, une victoire oui.

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Oyonnax 10 22 Brive
Béziers 27 23 Vannes
Aurillac 16 17 Biarritz
Mont de Marsan 48 22 Bourg en Bresse
Bayonne 45 15 Massy
Carcassonne 33 24 Provence Rugby
Montauban 9 6 Nevers
Colomiers 15 8 Soyaux-Angoulême
Résultats Top 14