Brive inquiète toujours un peu plus en cette saison, l'analyse du match
Publié le mardi 24 mai 2022 à 06:00

Tout le monde espérait une grande fête avant, pendant et après ce match contre Toulouse. Le maintien n'aurait pas été officiel mais une victoire et un grand pas aurait été fait. Le contraire s'est finalement passé et le pire est à craindre dans 2 semaines.

 

Nouvelle occasion manquée. Depuis de nombreuses semaines, Brive est en position de sécuriser son maintien pour le prochain Top 14 mais rien n'y fait, ce maintien continue d'échapper aux brivistes. Il y a eu Lyon puis Perpignan et désormais Toulouse. Au moment du coup d'envoi de la 26e et dernière journée dans deux semaines, Brive comptera 3 points d'avance sur Perpignan. Sauf que finalement, ce maintien semble plus se jouer du côté de Perpignan - Bordeaux que de Stade Français - Brive. Le CAB laisse passer les occasions de tuer le match, ne convertit pas ses balles de match et à terme pourrait le regretter. L'USAP avait course perdue à la suite de la défaite à domicile face à Montpellier mais les défaites successives de Brive à domicile ont regonflé le moral des perpignanais. Tandis qu'on voit des joueurs brivistes abattus, se projettant sans beaucoup de conviction vers le prochain match, les joueurs perpignanais continuent de garder espoir, sont plus que jamais motivés et croient en leur destin. Le body language n'est pas en faveur du CAB.

En panne de tout. Pour ce match face à Toulouse, les supporters avaient mis les petits plats dans les grands avec une arrivée de bus avec fumigènes et beaucoup de monde, sans oublier le tifo à l'entrée des joueurs. Mais un peu à l'image de l'équipe, tout est retombé au cours de la rencontre. Les joueurs semblaient prêts en découdre à l'échauffement à l'image de Motu Matu'u et Saïd Hirèche mais face au plan de jeu du Stade Toulousain, Brive semblait en panne : panne d'idées, panne d'essence, panne de réaction ... Mis à part le temps fort à l'heure de jeu, on n'a pas senti le CAB en mesure de renverser Toulouse. Brive n'a pas su modifier son plan de jeu initial pour l'adapter à ses difficultés actuelles. On sent surtout une équipe qui n'a plus de carburant en cette fin de saison, avec des joueurs usés physiquement et mentalement. Le physique a toujours été une interrogation tout au long de la saison avec des secondes périodes difficiles. On ne sent pas un sentiment de révolte, d'urgence vis à vis de la situation actuelle. C'est très très inquiétant.

La conquête. Depuis 2 semaines, Brive se prépare à affronter Toulouse. En touche, Brive a travaillé pour éviter le contre de Rory Arnold. Mis à part le contre en touche qui a fonctionné, la touche offensive a été un calvaire. Les lancers n'ont pas été assurés et beaucoup de ballons ont été perdus pour des lancers pas droits notamment. Déjà que Brive peinait à faire la différence balle en main alors sans ces munitions, Brive s'est donc retrouvé constamment sous pression dans son camp. La mêlée n'a pas été à son meilleur niveau. Et pourtant, avec l'expulsion de Charlie Faumuina, on aurait pu penser que Brive allait prendre l'avantage. Mais à l'image de Daniel Brennan, la mêlée du CAB a trop souvent été pénalisée pour servir de rampe de lancement. Une attaque en difficulté, une conquête déficiente : difficile de bousculer Toulouse même si c'était un Toulouse fatigué.

Le jeu au pied. On a parlé de l'attaque qui n'a pas été performante, de la conquête qui n'a pas été performante, voilà qu'arrive le tour du jeu au pied. C'est un gros point faible de cette équipe depuis plusieurs saisons et qui exaspère le public de plus en plus. Si la possession de balle est égale, l'occupation est largement en faveur de Toulouse : 66% d'occupation ! En gros, Toulouse a joué dans le camp du CAB. Toulouse a pu compter d'une part sur un jeu au pied d'occupation précis, efficace et varié et d'autre part d'un jeu au pied approximatif du CAB avec plusieurs touches non trouvées et des ballons rendus plein axe, un cadeau offert au trio Dupont - Ntamack - Ramos qui a également su exploiter le dispositif défensif un peu bizarre avec 3 centres (Lee, Olding et Tuicuvu) et un milieu de 3e rideau totalement délaissé. Tandis que les toulousains faisaient reculer les brivistes, Enzo Hervé et les botteurs brivistes se noyaient. Déjà que le staff interroge par sa capacité à faire évoluer ce groupe, l'absence d'un entraineur du jeu au pied se fait sentir et permettrait de travailler un gros point faible de l'équipe. Sur le match, Brive a tapé 27 fois alors Toulouse l'a fait à ... 37 reprises ! Les 66% d'occupation ont surtout été obtenus avec ce jeu au pied, pas par des relances à la main.

 

En conclusion

Toulouse avait dit que la victoire était l'objectif et que l'équipe venait pour ça. Les toulousains sont venus, ils ont vu et ils ont gagné. Sans être au top, Toulouse a fait le métier et a su contenir des brivistes qui sont passés à côté de leur rendez-vous. Peut être que trop d'influx a été lâché en avant-match, en tout cas, le CAB n'a jamais paru avoir les armes pour déranger un Stade Toulousain fatigué et en infériorité numérique pendant une heure. La conquête et le jeu au pied ont plombé l'attaque briviste qui a dû évoluer constamment dans son camp. On attendait au moins une révolte, elle n'a pas eu lieu. Le CAB a l'air de plus en plus KO debout. Le sera-t-il encore après la 26e journée ou aura-t-il posé le genou à terre ?

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Castres 76
2 Montpellier 74
 
11 Stade Français Paris 50
12 Brive 46
13 Perpignan 43
14 Biarritz 24
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Castres 10 29 Montpellier
Résultats Top 14