Brive perd sur ses erreurs et file la Pro D2, l'analyse du match
Publié le mardi 18 avril 2023 à 06:00

Dans ce sprint final, les occasions pour remonter au classement et mettre la pression sur les adversaires directs ne vont pas être nombreuses alors autant de ne pas les gâcher. Brive a de nouveau laissé échapper un match à domicile qui réduit encore un peu plus les espoirs de maintien.

Avec deux matchs à domicile à la suite, Brive pouvait remettre la pression sur des équipes comme Perpignan et Pau. Enclencher une série de victoires à ce stade de la saison est nécessaire. Malheureusement, ce n'est pas le cas et le chemin de croix se poursuit.

 

Le point positif

Début de match encourageant. Brive n'a plus de temps à perdre pour revenir pleinement dans la course au maintien. Face au Stade Français, le CAB doit gagner à tout prix. Si le début de match ne part pas sur des bases incroyables, les brivistes exploitent parfaitement ses premières occasions. Pas des actions construites mais dans la situation du CAB, tout est bon à prendre. Au quart d'heure de jeu, les avants font le boulot et marque en force. Derrière, Paris n'est pas forcément au mieux et enchaine les fautes. Brive évolue dans le camp parisien et à la suite d'un jeu au pied de pression, la charnière briviste presse et pousse à la faute Léo Barré, l'ouvreur parisien. Après 20 minutes, Brive mène 14-0. Dans la situation du club, ce départ est parfait même s'il n'y a pas vraiment une domination dans le jeu. Au moins, Brive est devant et fait la course en tête. Ces essais doivent apporter de la confiance pour la suite et libérer les joueurs. Sauf que voilà, les doutes vont vite revenir et l'avance va fondre comme neige au soleil.

 

Les points négatifs

Les erreurs qui plombent le match. Forcément, quand on regarde le classement, le Stade Français a accumulé de la confiance tandis que Brive a accumulé du doute. Malgré le bon début de match, les brivistes évoluent sur un fil qui ne demande qu'à rompre. En plus de posséder dans ses rangs un joueur très talentueux en la personne de Sekou Macalou, Paris doit juste jouer son jeu et pousser à la faute Brive pour revenir dans la partie. Le Stade Français va répondre aux deux essais brivistes par trois essais, en faisant fructifier les erreurs des locaux. Une faute évitable et un repli défensif pouvant être meilleur sur le premier essai, une meilleure lecture du jeu au pied et un meilleur plaquage sur le deuxième essai, un meilleur coup d'envoi et une meilleure lecture défensive sur le troisième essai : et voilà comment on passe d'un 14-0 à un 14-21. Mais les erreurs du CAB ne se concentrent pas uniquement sur le secteur défensif mais également sur le secteur offensif. A l'heure de jeu, Brive a une formidable occasion de revenir à hauteur de Paris et de repasser devant. Pénalité à 5 mètres de la ligne. Comme cela se fait de plus en plus, les équipes optent pour jouer la pénalité à la main. A peine entré en jeu, Francisco Coria Marchetti est le fer de lance du premier bloc. N'ayant pas franchi la ligne, place au deuxième bloc ... à condition que la passe soit bonne ! A partir de là, Brive se précipite et ne parvient plus à créer une structure collective, totalement perdu et espérant une initiative personnelle qui va remettre tout le monde dans le bon sens. Le temps fort débouchera sur une pénalité pour le Stade Français. Brive repart la tête basse, sachant qu'une grosse occasion pour le maintien vient d'être gaspillée.

Les choix du staff. L'autre sujet qui fait beaucoup parler sur ce match et même plus largement depuis plusieurs semaines est le coaching. Quand l'effectif était plombé par les blessures, OK pour faire du bricolage. Mais désormais, alors que l'infirmerie se vide et que le club n'a plus de marge de manoeuvre pour revenir dans la course au maintien, le staff poursuit dans sa politique de bricolage. Pourquoi mettre Luka Japaridze titulaire, le faire jouer une heure de jeu, le faire sortir, le remettre 5 minutes plus tard et devoir le sortir sur blessure ? Un staff normalement constitué est prudent avec des joueurs revenant de blessure et accorde un temps de jeu de 20-30 minutes pour le premier match. Enfin, c'est ce qui se fait partout, dans tous les clubs et tous les sports. Vient aussi le positionnement de Thomas Laranjeira en 12 et Stuart Olding en 15. L'inverse correspond mieux aux caractéristiques et aux habitudes des joueurs. Vu le nombre de fois que Laranjeira a mis le genou à terre après un gros contact, pourquoi attendre aussi longtemps avant d'inverser la position des deux ? Evoquons rapidement la sortie de Julien Delannoy, remplacé par Abraham Papali'i, 3e ligne mais allant jouer en 2e ligne. Andrés Zafra, sur le banc, est bien 2e ligne, n'est ce pas ? Ou comment mettre en confiance les joueurs. Et on arrive à l'application de la règle de la carence à la suite de la blessure de Japaridze et des sorties "sur blessure" de Wesley Tapueluelu et Francisco Coria Marchetti. Le staff préfère refuser le combat en mêlée que de trouver une solution collective pour résister à la pression parisienne dans ce secteur. En conférence de presse, Patrice Collazo évoque le manque de confiance des joueurs. Mais ce n'est pas le rôle du staff de donner de la confiance aux joueurs ? Ce n'est le rôle d'un entraineur qui arrive en cours de saison d'apporter un nouveau discours et de la confiance à un groupe meurtri par un début de saison manqué ?

 

En conclusion

Si Brive remportait ses trois dernières rencontres à domicile, Brive avait de belles chances de se maintenir (en passant sûrement par le barrage) même s'il fallait attendre des ratés à domicile des concurrents directs. Mais avant tout, il faut faire le boulot de son côté. Brive débute bien la rencontre avec deux essais rapides mais derrière, tout va de travers, l'adversaire revient à hauteur, passe devant, la confiance s'effrite et au final, tu perds le match qui te rapproche encore un peu plus de la relégation. Le CAB a été plombé par ses propres erreurs et par son incapacité à être performant et décisif en attaque. Le staff, dans son ensemble, parait perdu et sans solutions. Le match face à Pau aura une conclusion nette : soit Brive reste en vie grâce à une victoire soit ça en sera fini avec une défaite.

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Pro D2 Pts
1 Provence Rugby 95
2 Vannes 89
 
5 Dax 77
6 Brive 76
7 Nevers 75
 
13 Agen 61
14 Biarritz 53
 
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 34
Narbonne 19 20 Montauban
Grenoble 18 20 Montpellier
Résultats Top 14