Brive avait une bonne étoile au dessus de sa tête, l'analyse de la rencontre
Publié le mardi 28 janvier 2020 à 11:00

Il y avait un peu de pression au moment d'entamer cette phase retour. Brive et Pau étaient sur une mauvaise série et la victoire, longtemps dans un camp, a finalement basculé dans l'autre au tout dernier moment et d'une façon totalement inattendue. Il y a des fois où il ne faut pas chercher à comprendre. C'est le destin !

Les points positifs

De la réussite à la fin. Brive commence à se faire une spécialité des fins de match épiques. Avant Pau, il y avait eu Montpellier mais ce samedi, on est passé plusieurs crans au dessus. Déjà, parce que le match a été beaucoup moins maitrisé qu'au MHR et qu'il y a eu beaucoup mais alors beaucoup de réussite dans cette "remontada". Il reste 15 minutes et Brive est mené de 13 points. Il faut marquer à plusieurs reprises et quand Thomas Laranjeira bonifie le travail de ses avants par une première pénalité, le sentiment qui ressort en tribunes est l'obtention du bonus défensif. Et puis à la suite de 2 autres pénalités, Brive n'a plus que 7 points de retard mais il reste seulement 8 minutes à jouer. On dit souvent que la chance, elle se provoque. Le CAB a dû faire son quota pour le reste de la saison ! Sur le premier essai, le lancer est trop long, le ballon est à deux doigts d'heurter Mr Gauzère, une claquette pas assurée, deux petits ponts et Laranjeira pousse au pied pour l'essai. Vous en voulez encore ? Pau tient le ballon dans le camp briviste, commet un en-avant, plaquage à retardement de Dominiko Waqaniburotu, Enzo Hervé allonge mais ne trouve pas la touche directement, il lobe Samuel Marques et le rebond envoie le ballon en touche. Derrière, Peniami Narisia est gardé en haut, se fait arracher le ballon, Pau tente de jouer mais perd le ballon, Laranjeira pousse au pied pour l'essai de la victoire. Comme dirait la Boucherie Ovalie, la French Chatte !

Le banc. Avec un XV en difficulté, Brive s'en est remis à son banc de touche pour apporter quelque chose en plus, pour apporter de la vie. Et le banc a répondu présent. Les entrées de la première ligne remplaçante a permis de dominer le secteur de la mêlée et de rapporter des pénalités précieuses. Même si cela n'a pas été parfait, la touche a eu quelques ballons à se mettre sous la dent. Mais le plus gros changement vient sûrement de la ligne de 3/4. Brive a terminé le match avec Vasil Lobzhanidze et Enzo Hervé à la charnière, Stuart Olding et Thomas Laranjeira au centre et Joris Jurand à l'arrière. Cela ressemble à du bricolage mais cela a marché. Dès son premier ballon, Jurand a mené du danger et de la percussion, tout ce qu'il manquait à cette équipe de Brive. Généralement, quand vous réussissez une grosse fin de match, c'est souvent quand votre banc apporte sa (grosse) pierre à l'édifice. Si l'homme de la soirée est Thomas Laranjeira, le banc a plus que fait sa part du boulot.

Les remplaçants ont apporté un souffle nouveau au CAB

 

Les points négatifs

Un jeu en souffrance. Tout le monde savait l'importance de cette rencontre. Brive s'en sort avec la victoire et c'est très bien mais il ne faut pas oublier le contenu. Et c'est là où le bat blesse. Car mis à part les entames de période et la fin de match, le CAB a paru à côté de ses pompes, pouvant attaquer jusqu'au petit matin mais sans parvenir à déborder la défense paloise. Brive a été privé de ballons et a subi les inspirations du meneur palois Antoine Hastoy, auteur d'une très grande première période. Brive n'arrive pas à imposer son jeu, son style alors qu'il évolue à domicile et cela fait plusieurs matchs que cela dure. Collectivement, l'équipe ne crée pas de brèches et repose trop sur ses individualités dont certaines étaient dans un "match sans" samedi à l'image de Julien Blanc ou Nico Lee (mais ils n'étaient pas les seuls). A l'issue de la rencontre, Said Hirèche ne se cachait pas d'ailleurs sur la qualité de la prestation collective. Les avertissements se succèdent à domicile depuis la victoire bonifiée contre Bordeaux mais la roue ne tourne toujours pas.

La touche. Depuis plusieurs saisons, les joueurs se succèdent, les entraineurs aussi mais personne ne trouve la solution. La touche briviste est en souffrance et samedi, elle a bien failli couté le match au CAB. Il n'y a pas si longtemps, Brive avait une touche très performante, tant sur ses propres lancers que sur les lancers adverses. Mais depuis quelques saisons, le constat est beaucoup moins vrai. Samedi, Thomas Acquier a eu du mal à se connecter avec ses sauteurs, entre touches volées et touches perturbées. Antoine Erbani et le contre palois se sont régalés et ont pu donner à leur ligne d'attaque des munitions supplémentaires pour faire mal au CAB. Brive va devoir trouver des solutions durant cette pause "Tournoi" car les prochains adversaires risquent de faire souffrir Brive dans le secteur de la touche : Toulon, Agen, Lyon, Stade Français.

Brive n'a pu compter sur sa touche comme rampe de lancement

 

En conclusion

Pas facile d'analyser cette rencontre car on est passé par toutes les émotions. De la joie, du doute et enfin de la joie avec énormément de réussite. Brive se devait de gagner ce match et cela a été fait, non sans mal. Si on pouvait s'inquiéter après le départ de Gaëtan Germain, Thomas Laranjeira montre qu'il a les épaules pour tenir l'équipe à bout de bras quand ça va mal et il le fait depuis deux saisons. Le banc a su prendre le relais de certains titulaires en dedans samedi. Mais si le résultat est positif, le contenu ne l'est pas totalement. Ce sera un axe de travail avant le déplacement à Toulon d'ici un peu plus de deux semaines.

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Bordeaux 61
2 Lyon 53
 
9 Castres 33
10 Brive 33
11 Bayonne 33
 
13 Agen 26
14 Stade Français Paris 25
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 17
Racing 92 49 0 La Rochelle
Bayonne 20 10 Toulouse
Pau 19 15 Montpellier
Agen 15 32 Clermont Ferrand
Brive 30 16 Lyon
Bordeaux 26 24 Castres
Toulon 19 18 Stade Français Paris
Résultats Top 14