A domicile, Brive devient perdu et fébrile, l'analyse de la rencontre
Publié le mardi 25 février 2020 à 06:00

La déception est à la hauteur de l'attente et de l'enjeu de cette rencontre. Brive pouvait frapper un grand coup face à Agen mais quelque chose ne tourne plus rond à Amédée Domenech pour le CAB ? Que se passe-t-il à domicile pour les brivistes, avant si forts et désormais si fébriles ?

Les points positifs

Le temps fort de la mi-temps. Dans une soirée noire et très compliquée, Brive a eu une parenthèse joyeuse de 10-15 minutes à cheval sur la mi-temps. Durant ce laps de temps, Brive a repris espoir et aurait pu inverser la physionomie de la rencontre. Malmenés après des essais de Tolot et Masilevu, les brivistes sont menés 17 à 3 et doivent composer avec une touche défaillante. Après une première pénalité (la deuxième de la rencontre), le CAB retrouve de l'avancée et de la confiance. Tout part d'une pénalité jouée rapidement par Joris Jurand, derrière ça enchaine vite et bien. Agen colmate les brèches mais ne cesse de reculer. Après une série de pick and go et plusieurs tentatives arrêtées devant la ligne, Enzo Hervé trouve celui qui était au départ de l'action : Joris Jurand. La pause n'arrête pas le temps fort briviste qui récolte rapidement une pénalité. Laranjeira permet à son équipe de revenir à un point. Brive est donc passé d'un 3-17 à un 16-17. Le visage des brivistes a changé, le public s'est réveillé et pousse derrière son équipe. Malheureusement, après ce coup de chaud, Agen retrouve la télécommande de la climatisation et va rapidement faire baisser la température de la rencontre.

Brive est enfin dans l'avancée et va marquer sur cette action

 

La mêlée. Si la touche n'a pas fonctionné, la mêlée a été une des rares éclaircies de cette rencontre côté Brive. Dès la première mêlée, Brive prend l'ascendant et gagne une première pénalité, transformée par Thomas Laranjeira. La réponse agenaise intervient dès la mêlée suivante. Oui, le secteur n'a pas rendu une copie parfaite avec quelques erreurs (poussée anticipée, faute) mais au moins, la mêlée a tenu son rang et a permis aux brivistes de se rassurer quelque peu. Au moment de la noyade de la touche, Brive a cherché à lancer ses mouvements offensifs derrière sa mêlée. Pas l'idéal quand vous êtes menés au score et que vous avez du mal à franchir la défense adverse. La bonne tenue en mêlée n'a pas permis d'asseoir une domination claire et précise (il aurait fallu plus de choses pour renverser la situation) mais cela a permis au CAB d'un peu surnager dans cette soirée cauchemardesque.

 

Les points négatifs

La touche. Face à Pau, le secteur avait déjà été en difficulté. Face à Agen, le naufrage a été total. Sur 15 touches jouées, le CAB a perdu 10 ballons. 10 BALLONS ! Au basket, une statistique de tir (2 points, 3 points, lancers francs) de 5/15 montre un aspect du jeu qui n'a pas fonctionné. Samedi, Brive était au courant de l'efficacité de l'alignement agenais, un des meilleurs du championnat, mais cela n'a pas suffi. Thomas Acquier est dans l'oeil du cyclône après déjà un match très compliqué face à Pau. Mais si le talonneur est en partie responsable, il n'est pas le seul. Saïd Hirèche, capitaine de touche, prend sa part de responsabilité également. Les touches n'ont pas été assez variées, les sauteurs trop rapidement identifiés. La succession de touches perdues a mis en confiance une équipe d'Agen qui n'en demandait pas tant. En plus de perdre des munitions importantes, Brive a perdu confiance dans son jeu et ce secteur du jeu. Même sans être aussi efficace que lors des dernières saisons, Lyon a des arguments pour mettre en difficulté le CAB qui devra plus que réagir samedi.

Une touche perdue, une !

 

L'animation offensive. Brive inquiète dans son jeu offensif mais pas que contre Agen. Le départ de Mignardi, les victoires face au Stade Français et Pau ne sont que des écrans de fumée pour masquer les vrais problèmes du CAB et ne doivent pas servir d'excuses aux difficultés du CAB. Lors des 4 premières réceptions, Brive présentait un jeu offensif plaisant. Mais depuis Bordeaux, nous ne sommes pas loin du néant. Comme si quelque chose s'est cassé face à Bristol. En championnat, Brive a affronté 3 équipes qui arrivaient dos au mur et qui luttent actuellement avec le CAB pour le maintien. Les brivistes ne parviennent plus à imposer son jeu, son rythme et se fait dominer par des adversaires qui développent et mettent en place leur jeu. Face à Agen, les attaques manquaient de vitesse, de tranchant avec des passes un peu molles et des enchainements trop lisibles par la défense adverse. Pourquoi Brive est autant en difficulté à domicile et semble désormais plus à l'aise à l'extérieur ? Il est difficile d'identifier l'axe fort de l'attaque briviste. Les avants ne dominent plus comme avant, tant individuellement que collectivement, et chez les 3/4, on semble attendre les exploits personnels de Thomas Laranjeira, Joris Jurand ou Axel Muller. Brive devra trouver des solutions et une attaque face à la meilleure défense du championnat. Enorme défi pour le CAB samedi.

Le staff. Les joueurs sont sur le terrain et sont bien évidemment responsables de la défaite face à Agen. Le staff a manqué sa préparation de ce match mais comme cela avait été le cas lors des dernières réceptions. En touche, le staff agenais a gagné son duel face à son homologue briviste. Les entraineurs brivistes ne parviennent pas à (re)trouver une animation offensive capable de mettre à mal les défenses adverses. Mais samedi, plusieurs décisions n'ont pas été comprises par les supporters. Pourquoi ne pas sortir Thomas Acquier à la pause et tenter quelque chose d'autre avec François Da Ros ? Sa sortie face à Pau avait été très tardive et le sortir à la pause lui aurait évité d'entendre les quelques sifflets descendus des tribunes. Pourquoi mettre sur la feuille de match Otar Giorgadze ? Pas suffisament remis de sa blessure à la cheville, il est sorti juste quelques minutes après son entrée. Il testait sa cheville à quelques secondes d'entrer sur le terrain. Avec une infirmerie bien pleine, cela ne servait à rien de forcer sur un joueur, blessé avant son match face à la Roumanie il y a deux semaines. La même prestation que face à Pau était crainte par de nombreux supporters. Certains joueurs n'avaient plus joué depuis presque un mois et sont apparus en manque de rythme. Comme avant le Stade Français, Bayonne et Pau. Ne fallait-il pas les faire jouer au moins quelques minutes à Toulon ou intensifier les entrainements pour regagner du rythme ? Dans cette semaine de tous les dangers, Jeremy Davidson et son staff vont devoir trouver les mots et mettre en place le bon plan de jeu pour endiguer une série négative, regagner et remonter au classement.

 

En conclusion

Petit à petit, Brive perd des points bêtement au classement, tout en relançant des concurrents directs au maintien. Petit à petit, Brive perd sa confiance à domicile tout comme son jeu. Petit à petit, Brive voit son écart sur la zone rouge diminuer. Les feux commencent à passer à l'orange et même au rouge pour certains mais il ne faut pas s'inquiéter dixit certains. Il y a deux ans, les mêmes discours étaient tenus et on connait tous la suite. D'ailleurs, la dernière fois qu'Agen est venu gagner à Brive, le CAB est descendu en Pro D2. La réussite des victoires face au Stade Français et Pau a permis de masquer des faiblesses du jeu briviste qu'Agen a dévoilé pleinement. Brive a largement les moyens de se maintenir mais il faut agir vite, bien et sans attendre.

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Bordeaux 61
2 Lyon 53
 
9 Castres 33
10 Brive 33
11 Bayonne 33
 
13 Agen 26
14 Stade Français Paris 25
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 17
Racing 92 49 0 La Rochelle
Bayonne 20 10 Toulouse
Pau 19 15 Montpellier
Agen 15 32 Clermont Ferrand
Brive 30 16 Lyon
Bordeaux 26 24 Castres
Toulon 19 18 Stade Français Paris
Résultats Top 14