Axel Muller donne sa version des faits, la UAR lui répond par communiqué
Publié le lundi 24 mai 2021 à 15:00

Les conflits, prises de bec (appelez ça comme vous voulez) entre un joueur et sa fédération, c'est vieux comme le monde et ça existe dans tous les sports. Chaque partie a sa version des faits et si tout le monde est prêt à dialoguer, bizarrement, aucune discussion ne se fait. Axel Muller et la fédération argentine en sont là.

Petit rappel des faits : le dimanche 16 mai, Mario Ledesma annonce une préliste de joueurs convoqués pour les prochains matchs des Pumas. Une préliste de ... 67 joueurs rien que ça ! Si on retrouve Lucas Paulos, on s'attend aussi à trouver son coéquipier à Brive Axel Muller mais son nom n'apparait pas. Le lendemain, l'ailier du CAB publie sa réaction quant à sa non convocation sur ses réseaux sociaux et fait éclater au grand jour un différent avec l'UAR (la fédération argentine de rugby).

En fin de semaine, Muller donne une interview à Ramiro Conti pour ESPN et en dit un peu plus sur ce conflit qui existe depuis désormais 2016.

Bien évidemment, Axel Muller est un peu perturbé par cette histoire mais il se sent bien à Brive, ayant la confiance du club et du staff. Brive réalise une bonne saison (avec 11 victoires au compteur) mais il reste à valider le maintien. Le CAB est en bonne position et il reste 2 matchs pour le faire. Depuis son arrivée à XV, du côté de Toulon, en 2016, Muller a beaucoup appris et progressé et il se trouve à son meilleur niveau.

Aujourd'hui, la vérité est que je me sens très bien, je sais ce que je dois faire sur le terrain, la vérité que je me sens à mon meilleur physiquement et stratégiquement et la vérité est que je l'ai tout à fait clair, donc je suis confiant et avec le courage pour continuer à profiter.

 

Avec 6 essais en 18 matchs disputés (sur 24 matchs possibles), Axel Muller était impatient de voir la future liste des Pumas. En fait, oui et non car il s'attendait à ça.

En fait, tout a commencé à partir de la convocation avant le Tri Nations lorsque j'ai été appelé parmi les 60 joueurs pour faire partie des Pumas mais comme tout le monde sait, une liste de 59 joueurs est sortie deux jours après cette convocation que seuls les joueurs connaissaient. Ledesma m'appelle et me dit qu'il doit malheureusement m'enlever de la liste en raison d'un problème politique sur la façon dont je suis parti d'Argentine. Donc à partir de là, je l'ai déjà vu venir et la vérité est que j'ai été surpris. Je n'ai vraiment pas compris pourquoi, j'ai fait tout mon possible pour entrer en contact avec la direction de l'UAR pour voir mon problème, m'excuser. A ce jour, je n'ai pas de réponse, c'est donc un peu le panorama aujourd'hui.

 

Donc le problème ne date pas d'aujourd'hui et Axel Muller a déjà été "exclu" de la liste pour le Tri Nations 2020. Le problème entre les deux parties date donc de 2016 et depuis le dialogue est rompu. Mais que s'est-il passé en 2016 ?

A ce moment là, Axel Muller est joueur à VII et prépare les Jeux Olympiques de Rio qu'il va disputer avec l'Argentine. Avant les Jeux, Toulon entre en contact avec le joueur pour lui proposer un contrat de 2 ans. Avec un futur incertain au sein de la fédération et avec cette possibilité de rejoindre Toulon, la proposition est plus qu'intéressante. La fédération menace Muller de l'exclure de la sélection s'il signe avec le RCT. Au final, l'accord se fait mais après les Jeux et l'ailier argentin rejoint Toulon et le Top 14. Le point d'accroche est semble-t-il les contacts entamés avec le RCT. Avec ce qui se passe depuis, Axel Muller regrette ces quelques mois autour des Jeux Olympiques où le joueur était entre deux eaux : son rêve olympique et rejoindre Toulon. Le joueur, avec le recul, aurait agi différemment, parlé différemment mais désormais le dialogue est rompu malgré les tentatives d'excuses et de repentance.

Depuis janvier, Axel Muller a réitéré ses excuses auprès de la fédération mais rien n'y fait. Mario Ledesma veut le sélectionner mais doit se résoudre à ne pas le prendre. Une réunion avec le conseil d'administration a été organisée mais uniquement Sol Iglesias, directrice générale de la fédération, était là. Les excuses n'ont pas été acceptées et le conflit perdure.

Au moment de son départ, pour être sélectionné, il fallait être membre des Jaguares. Désormais, la donne a changé mais dans le cas d'Axel Muller, rien n'évolue et il ne comprend pas cette absence de réponse.

Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas de réponse, ils n'ont pas le droit de me convoquer donc je suis dans cette situation. Je pense que je suis très calme que les gens sachent la vérité et que, comme tout être humain qui sait qu'il a tort, je suis capable d'assumer mon erreur et de m'excuser.

 

En attendant une réponse qui ne vient pas du haut de la pyramide argentine, Axel Muller croit toujours en son rêve, lui qui a représenté le pays entre 2013 et 2016 avec beaucoup de fierté. Malgré une rencontre à l'aéroport avec le président Marcelo Rodriguez lors d'un retour en Argentine, Axel Muller garde de bons contacts avec Mario Ledesma mais ça bloque plus haut.

A la suite de son interview, il fallait se douter de la réponse de l'UAR qui a réagi via un communiqué.

Forcément, elle défend ses intérêts et pointe du doigt les graves fautes éthiques et formelles commises par Axel Muller.

[...] Il convient de noter que, dans diverses situations, tant que durait sa relation contractuelle, le joueur n'a pas dit la vérité devant l'institution, affectant la relation professionnelle normale avec l'entité. La preuve en est que, à la suite d'une injonction absurde présentée par lui, le 8 août 2016, le juge a rejeté la proposition «in limine», s'opposant même à la manière dont il a tenté d'impliquer la justice dans ladite procédure. Ainsi, il a été clairement démontré dans les faits que l'UAR n'a, à aucun moment, limité le transfert du joueur au club avec lequel il avait déjà négocié alors qu'il était dans l'entité, situation qu'il avait délibérément dissimulé à la fois à l'institution comme à ses représentants sportifs.

 

Axel Muller a ses torts mais il ne faut pas croire non plus que la fédération est "clean". Entre le départ de Javier Ortega Desio et l'enfumage autour de l'affaire des tweets racistes, l'UAR traine quelques casseroles (sans parler de l'affaire Fernando Baez Sosa en janvier 2020 où la fédération a paru bien silencieuse).

Le conflit semble sans fin et chaque partie campe sur ses positions. En général, l'argentin est tétu et fier, ne veut pas s'avouer vaincu. On est dans une situation où si une tierce partie n'entre pas en jeu, ça en sera fini des espoirs de sélection d'Axel Muller. Peut être que les dirigeants de Brive (cf Simon Gillham) doivent faire jouer leurs relations pour entamer le dialogue avec la fédération argentine. De même que Jeremy Davidson avec Mario Ledesma au niveau sportif. Avec ces deux têtes de pont, Axel Muller arrivera peut être à discuter avec sa fédération.

 

PS : gracias Ivi por tu ayuda en la realizacion de este articulo

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Axel MULLER
Trois quart aile
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 31
2 Bordeaux 28
 
8 Montpellier 18
9 Brive 16
10 Stade Français Paris 16
 
13 Toulon 12
14 Perpignan 10
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 8
Biarritz 37 9 Brive
Bordeaux 39 13 Perpignan
Stade Français Paris 23 18 Lyon
Clermont Ferrand 42 20 Pau
Racing 92 21 32 Montpellier
Toulouse 41 0 Castres
La Rochelle 39 6 Toulon
Résultats Top 14