Interview d'Arnaud Méla
Publié le vendredi 19 avril 2013 à 13:58

microAncienne poutre albigeoise durant les années 2000, Arnaud Méla va revenir pour la première fois dans le Tarn. Une rencontre particulière pour lui qui ne pourra s'empêcher de penser à celui qui l'a amené à ce niveau : Eric Béchu. La Montagne a rencontré Méla cette semaine.

Disparu en janvier, emporté par un cancer, Eric Béchu a construit ce club, cette équipe et ces joueurs. Absent lors de la dernière venue du CAB au Stadium d'Albi en janvier 2010 (victoire du CAB 17 à 15), Arnaud Méla aura un gros pincement au cœur. Béchu avait crée une équipe de combattants, de guerriers qui ne craignaient personne à domicile. C'était un déplacement craint par tous, une ambiance "très chaleureuse", un combat de tous les instants. Arnaud s'en souvient et s'en rappelle.

Jouant à Tours en Fédérale 1, le sorcier albigeois est allé chercher le 2e ligne et l'a transformé pour le reste de sa carrière

Sans lui, rien ne se serait passé. C'est lui qui avait façonné son groupe. C'est grâce à lui si j'ai fait cette carrière. Si je n'avais pas eu ce coup de pouce, je serais resté à Tours deux ans de plus et après peut-être plus rien.

Méla va tout connaître à Albi. Au côté des Guicherd, Stankovich, Pulu, Ladhuie, Ribes (tiens donc une ancienne abeille aujourd'hui corrézienne malheureusement out pour cette fin de saison), Saby et les autres, Arnaud va jouer en ProD2 et en Top 14, se révéler être un joueur dur au mal, combattant hors pair (parfois à la limite mais c'était à l'image de l'équipe construite par Béchu) et devenir international à quatre reprises.

Mais ce changement de statut va en entrainer d'autres qui seront plus difficilement gérables pour le 2e ligne. Passé d'un club à petit budget à un club ambitieux va s'avérer plus difficile que prévu.

À Albi, on travaillait avec le cœur, l'émotionnel. À Brive, j'arrivais dans une entreprise pro, il fallait des résultats. Tout comptait, rien n'était laissé au hasard. J'ai eu du mal à m'intégrer. Mes deux premières saisons ont été catastrophiques.

Cependant, Arnaud va évoluer et deux évènements vont l'aider : une suspension de quatre semaines en Coupe d'Europe et la naissance de sa fille. Plus mûr, plus léger (il a perdu 15 kilos depuis son arrivée en Corrèze) et donc plus mobile et surtout plus discipliné (du temps où il jouait à Albi, Arnaud était plus connu pour sa rudesse au combat que pour ses passes après contact), Méla va réaliser sa meilleure année la saison dernière malgré la descente du club briviste en Pro D2.

Après la belle saison accomplie par Brive, le capitaine briviste espère continuer sur la même voie et ramener le club en Top 14.

Si on arrive à faire deux victoires, voire trois d'ici la fin, on sera très content. On aura de belles phases finales à faire. Mais une demi-finale à la maison, c'est beau si tu la gagnes et que tu gagnes la finale derrière. Albi l'avait fait en 2010.

Il reste donc un petit défi à aller chercher pour la bande à Méla : le record de 91 points pour un relégué du Top 14 remonté aussitôt et c'était ... Albi en 2010.

 

La Montagne du 19 avril 2013

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Arnaud MELA
Deuxième ligne
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 35
2 La Rochelle 31
 
13 Perpignan 18
14 Brive 13
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 11
Pau 22 6 Brive
Montpellier 35 14 Bayonne
La Rochelle 53 7 Castres
Perpignan 23 20 Bordeaux
Stade Français Paris 12 17 Toulon
Racing 92 46 12 Clermont
Lyon 21 14 Toulouse
Résultats Top 14