Top 14 analyse Toulouse - Brive : Docteur Jekyll et Mister Hyde
Publié le mercredi 7 décembre 2016 à 05:00

Les voyages à Toulouse ne sont pas de tout repos pour Brive. Surtout que le CAB a de plus en plus de mal à l'extérieur et n'offre pas souvent un visage conquérant. Tout le contraire des parties à domicile. Dimanche, les brivistes ont offert leur mauvais visage et cela s'est payé cash.

Gaëtan Germain fait le choix de la pénaltouche au lieu de la pénalité lors du début du match entre le Stade Toulousain et le CA Brive 

Passer des paroles aux actes. Cela commence à devenir une histoire qui se répète avec très souvent le même scénario. En conférence de presse d'avant match, l'ambition est là mais 24 heures plus tard, elle a disparu. Tandis que de l'autre, on avait clairement annoncé vouloir jouer et retrouver du plaisir par le jeu de mouvement. Message reçu 5 sur 5. A Toulouse, c'est ce qui s'est passé mais est ce la première fois que ça arrive ? Non et cela commence à être agaçant. Cette équipe n'est peut être pas la plus talentueuse mais ce n'est pas non plus une équipe de manchots. Elle est capable de jouer et de bien jouer. Quand elle le veut, quand elle le désire. Alors pourquoi ce blocage à l'extérieur ? Pourquoi chaque année, nous avons droit à ces performances à l'extérieur ? Le mystère est entier. Alors qu'il y a quelques saisons, Brive ne lâchait rien à l'extérieur et ramenait des bonus à chaque voyage. Pourquoi depuis, cet état d'esprit a disparu ?

 

La défense. Cela doit être une force de cette équipe mais preuve est de constater que cette saison, cette force est une faiblesse. Depuis plusieurs matchs, la défense prend l'eau de partout. A Toulouse, les attaquants toulousains ont profité d'une journée "portes ouvertes" pour pratiquer le jeu de mouvement qu'ils recherchaient depuis des semaines. Au total, Toulouse réussit 32 passes après contact et casse 33 plaquages. Brive affiche un petit 70% de réussite dans ce secteur. Tous les brivistes ont souffert. Depuis 2 matchs, l'attelage Uys - Méla est en difficulté : 28 plaquages réussis, 14 manqués. La paire de centres Burotu - Cabannes n'a pas existé face à Fickou - David. Longtemps une force, la défense n'est que l'ombre d'elle-même cette saison, ayant encaissé 30 essais en 13 rencontres. Si le CAB veut remonter au classement, il va falloir resserrer les boulons et vite car la côte d'alerte est proche d'être franchie.

Gaël Fickou marque son premier essai de la rencontre face au CA Brive et est félicité par ses coéquipiers du Stade Toulousain

De retour de Marcoussis, Gaël Fickou a été un des bourreaux du CAB dimanche

 

La faute à qui ? Ce manque d'engagement et ce manque d'envie commencent à être agaçants, irritants. Ce n'est pas comme si c'était la première fois que ça arrivait, cela fait plusieurs saisons que cela dure. Alors oui la faute à qui ? Aux joueurs ? Ce sont eux qui sont sur le terrain, attaquent, défendent, plaquent, manquent les plaquages, commettent des fautes, marquent des essais ... Mais ils ne sont pas les seuls coupables dans l'affaire. Le staff ? Ce sont les entraineurs qui ont construit cet effectif, qui programment les entrainements, mettent en place l'équipe pour le week-end et son plan de jeu, passent le discours à leurs joueurs avant la rencontre ... Au vu des derniers échecs à l'extérieur, le discours est-il le bon ? Les joueurs ne misent-ils pas trop sur les matchs à domicile ? Si Brive veut accrocher le bon wagon, certaines questions doivent se poser et rapidement trouver des réponses car le train ne va pas attendre les retardataires.

 

La défaite acceptée. Généralement, après un essai encaissé, les joueurs se regroupent et les leaders prennent la parole. Dimanche, les joueurs semblaient résignés : tout le monde en ligne et peu de mots échangés. Comme si rapidement dimanche, ils avaient compris que la rencontre était pliée et qu'il n'y avait plus rien à espérer. Après des belles sorties du côté de Lyon et Toulon, Brive ne répond plus à l'extérieur (mis à part à Bordeaux) et semble satisfait de son sort comme à Montpellier, Castres et Toulouse. Comme si on acceptait la défaite. La défaite ne doit jamais être acceptée, elle doit être haïe. On peut perdre contre plus fort que soi mais on ne peut pas perdre sans y mettre les ingrédients. A croire qu'il ne s'est rien passé pendant la semaine à l'entrainement. Si Brive veut franchir un cap, il lui faudra être impliqué pendant 80 minutes et pendant toute une saison, pas seulement les matchs à domicile.

 

Le débat de l'horaire. C'est clairement un faux débat mais pour certains, si Brive a joué mal dimanche c'est parce que le match était à 12h30 comme à Grenoble et Montpellier. Mais il y a deux équipes qui jouent à cet horaire et apparemment, Grenoble, Montpellier et Toulouse ont réussi à s'en sortir, à jouer, à marquer des essais et à remporter le match. Les joueurs sont professionnels et sont déjà sur place la veille de la rencontre. Ce ne sont pas une équipe d'amateurs qui se réunit au club house le matin pour rejoindre le lieu de la rencontre 1h30 avant le début. Qu'à Grenoble, Brive manquait de repères peut passer mais après 3 matchs, cela ne tient plus debout.

 

En conclusion

Cela avait bien commencé pendant quinze minutes et puis extinction des feux. Toulouse est alors rentré dans la partie et a profité des largesses de Brive pour creuser l'écart et empocher une victoire bonifiée. L'occasion était belle pour réaliser un gros résultat à Ernest Wallon mais les brivistes en ont décidé autrement. Le CAB ne peut pas produire un nouveau match à l'extérieur sans saveurs. Cela commence à faire un peu trop dans la collection.

 

 

Article rédigé par Rémi Brazon Google+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 7
Bayonne 28 24 Montpellier
Toulouse 36 15 Castres
Racing 92 27 27 Agen
Lyon 27 8 Pau
La Rochelle 41 17 Brive
Stade Français Paris 33 30 Toulon
Bordeaux 42 15 Clermont Ferrand
Résultats Top 14