Analyse Challenge Cup : le CAB tombe sur un mauvais cru en Challenge Cup
Publié le lundi 26 janvier 2015 à 05:00

Le tirage au sort avait réservé une poule dense au CAB. Les anglais de Gloucester, les italiens de Zebre Parme et les français d'Oyonnax allaient se dresser sur la route de Brive pour empêcher le club corrézien d'accéder à nouveau à la phase finale de la Challenge Cup. Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas pour les brivistes qui n'ont pu s'inscrire à la colonne des victoires. Une édition à oublier.

img-accroche-analyse-ercc-challenge-cup-brive

 

6 matchs, 6 défaites et seulement 2 points de bonus récupérés sur l'ensemble de la compétition. Le bilan est bien maigre pour le CAB qui a du mal à trouver le bon rythme dans la compétition. Mais à quelques reprises, cela aurait pu basculer dans le bon sens. Qu'a-t-il manqué à Brive pour rééditer sa performance de la saison dernière ?

Les points positifs

L'état d'esprit. Les joueurs du CAB ont connu des difficultés dans cette Challenge Cup mais ils ont eu le mérite de ne jamais lâcher la partie. Parfois décroché, le CAB a souvent recollé au score. Mis à part le premier match à Gloucester (même si le score à la mi-temps était serré) durant lequel Brive a explosé en seconde période, l'équipe n'a jamais été largué au tableau d'affichage. A l'heure de match, les brivistes se retrouvaient régulièrement en position de gagner les rencontres. Contre Zebre ou Oyonnax, le CAB s'est souvent retrouvé dans un temps fort, avec la possibilité de faire le break et de s'avancer vers la victoire. Malheureusement, la suite n'a pas été aussi glorieuse qu'imaginée. L'expérience s'apprend et se gagne par de rudes leçons.

img-contenu-analyse-ercc-challenge-cup-brive-1

Le CAB a su faire front dans la tempête

Priorité au Top 14. Même si les cadres étaient mis au repos, il fallait quand même se concentrer un peu sur cette compétition loin d'être amicale. La saison dernière, Brive réalisa une belle phase aller et ne pouvait pas réellement lâcher la phase retour. Surtout avec le déplacement à Newcastle qui décidait de la suite du Challenge. Victorieux dans le nord de l'Angleterre, Brive prit la route des quarts de finale et de Bath. En plus d'assurer son maintien en Top14, le CAB était attiré par ce match de prestige qu'il fallait jouer avec le maximum de sérieux. Cette saison, Brive a rapidement compris qu'il n'y aurait rien à gagner en Challenge Cup. Après 6 matchs, la compétition est terminée. Place désormais au Top 14. Il n'y aura pas d'interférences et donc aucunes excuses pour aller chercher ce maintien si vital pour le club corrézien. Un calendrier resserré qui pourrait permettre de pouvoir récupérer les nombreux blessés présents à l'infirmerie.

 

Les points négatifs

Manque d'intérêt. La 2e coupe d'Europe est depuis le début l'enfant pauvre du rugby européen. Depuis la création de cette compétition (en 1995), c'est la 1ere fois qu'aucun club français ne se qualifie pas pour les quarts de finale. Plusieurs hypothèses sont lancées mais c'est plutôt un ensemble qui amène à ce résultat. Les médias s'intéressent peu à cette compétition (peu de matchs retransmis), les supporters ont du mal à se passionner, les équipes ne font pas jouer leurs meilleurs éléments. Le contraste est grand avec les équipes britanniques qui jouent la compétition à fond malgré l'absence de passerelle vers la Champions Cup. La saison dernière, Brive avait atteint les quarts de la compétition et l'équipe montait en puissance match après match. Un an après, le CAB n'a pas remporté un seul match et n'a décroché que 2 points de bonus. Les instances européennes ont tenté de densifier la compétition mais la formule n'a pas réussi à motiver les clubs français qui préfèrent privilégier le Top 14 que de jouer les deux compétitions. Et pourtant, l'expérience et la confiance accumulées lors de ce type de compétition peuvent être bénéfiques aux équipes, même celles qui luttent pour le maintien (ex : Guingamp cette saison en Europa League).

L'intensité physique. Face à des équipes plus aguerries et expérimentées comme Gloucester et Parme, l'équipe "bis" du CAB a eu du mal à s'imposer physiquement. Souvent pris dans le défi physique, les brivistes se sont souvent retrouvés à la faute dans la zone des rucks, ce dont les adversaires ont profité pour marquer des pénalités. La puissance physique a fait son œuvre entre des joueurs encore en formation et d'autres plus expérimentés. En plus de ce déficit de puissance, Brive a souffert en mêlée, récoltant cartons, pénalités et essais de pénalité. Le rugby commence devant et si cette première ligne cède, elle entraine généralement le reste de l'édifice.

Peu de joueurs émergent . Dans une compétition où les jeunes joueurs ont la part belle dans les clubs français, certains en profitent pour se montrer et gagner du temps de jeu en équipe première. Dans les éditions précédentes, le CAB a vu éclore Louis Acosta, Jefferson Poirot, Poutasi Luafutu, Thomas Laranjeira entre autres. La saison dernière, le CAB a eu du mal à inscrire des essais mais a pu compter sur la réussite au pied de Laranjeira pour l'emmener en quarts. Depuis, Thomas Laranjeira s'est imposé en équipe première même si une blessure à l'épaule lui coute la fin de saison. Cette saison, on attendait des révélations et des confirmations mais malheureusement, peu ont réussi à émerger. Fabien Sanconnie a démontré quelques bonnes choses mais il n'a encore que 19 ans et c'était sa première campagne. Victor Lebas et Tijuee Uanivi progressent mais leur poste définitif reste à définir (2e ou 3e ligne). Auteurs de plusieurs campagnes, Lavergne, Neisen, Galala et Delage voulaient confirmer mais englués dans la spirale négative, ils n'ont réellement pu s'exprimer (surtout pour les deux premiers cités). Attention également aux Espoirs. Privés de leurs joueurs majeurs, ils ont eu du mal en championnat. Il faut espérer que la source de talents brivistes ne se tarisse pas et puisse produire sans trou de génération.

img-contenu-analyse-ercc-challenge-cup-brive-2

Fabien Sanconnie a vu le travail qu'il lui reste à effectuer lors de cette Challenge Cup

En conclusion

Nous n'avons pas senti dès les premières rencontres un CAB bien concerné par cette compétition en quête d'une identité propre. Et pourtant, Brive n'a jamais lâché le morceau et a tenté au moins de sauver l'honneur. Malheureusement, il a manqué la petite étincelle pour que l'ensemble prenne feu. Les joueurs ont pu gagner du temps de jeu et reprendre le rythme après des blessures. Maintenant, le Top 14 ne sera plus que l'unique cible en face du viseur briviste. La déconcentration n'est plus de mise : le maintien devra être obtenu et cela commence par une victoire contre Grenoble samedi.

 

Article rédigé par Rémi Brazon Google+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Pro D2 Pts
1 Béziers 67
2 Vannes 66
 
5 Mont de Marsan 56
6 Brive 51
7 Colomiers 51
 
13 Valence Romans 39
14 Soyaux-Angoulême 39
 
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 22
Béziers 34 15 Brive
Aurillac Nevers
Mont de Marsan Soyaux-Angoulême
Montauban Agen
Grenoble Rouen
Valence Romans Dax
Provence Rugby Colomiers
Biarritz Vannes
Résultats Top 14