Brive était prévenu mais retombe dans ses travers, l'analyse de la rencontre
Publié le lundi 28 janvier 2019 à 06:00

Invaincu en 2019, Brive passait un test important du côté de Béziers. Après une performance encourageante et victorieuse à Angoulême, le CAB est retombé dans ses travers de la fin 2018 et affiche un double visage alors que la victoire était possible une nouvelle fois à l'extérieur. Le patient repart en observation en attente de nouveaux examens.

 

Les points positifs

La 2e période. A la manière de son manque d'engagement en première période, Brive redresse la barre en seconde période. Menés 23-10 (ça aurait pu être plus), les brivistes sont revenus avec de bien meilleures intentions. Petit à petit, le CAB fait son retard en profitant de sa supériorité numérique avec un essai de Victor Lebas qui conclut un bon temps fort où Joris Jurand et So'otala Fa'aso'o sont proches de marquer l'essai. Derrière, Stuart Olding passe une pénalité et Brive revient au contact, 23-20. Malheureusement, la "remontada" s'arrête là mais encore une fois, quand Brive veut, Brive n'a pas beaucoup de concurrents et peut dominer n'importe qui physiquement et techniquement. Que ce soit à Mont de Marsan, Provence ou Carcassonne, le CAB réalise une grosse fin de match pour arracher le bonus défensif. Vendredi, il était possible de faire un coup au stade de la Méditerranée. La deuxième période l'a montré mais un match c'est 80 minutes et non 40.

Joris Jurand. Mi-décembre, Brive officialisait l'arrivée d'un nouveau joueur supplémentaire après Rory Scholes : Joris Jurand en provenance de Montpellier. Il a eu un parcours particulier mais espère se montrer sous le maillot du CAB. Après avoir pris ses marques dans son nouveau club, le staff lui offre ses premières minutes à Béziers. Non seulement, Jurand est une première fois dans le groupe mais il est aussi titulaire à l'arrière (Laranjeira et Scholes étant blessés). La semaine précédente, Scholes avait excellé dans son jeu au pied d'occupation. Vendredi, Jurand a montré de belles qualités offensives, en prenant les intervalles et en faisant jouer sa puissance et sa vitesse. Il est à l'origine du premier essai, il accélère, fixe deux défenseurs et sert (avec de la chance) Thomas Acquier. Pour son premier match en pro, sa soirée aurait pu être parfaite mais alors qu'il détend son bras pour aplatir, le coude de Munillo lui fait perdre la maitrise la balle et provoque l'en-avant. Victime de crampes, il céda sa place après l'heure de jeu. Après ce premier match et le retour de Thomas Laranjeira, il sera intéressant de voir dans quel rôle sera utilisé Joris Jurand lors de son prochain match.

D'un rien, Joris Jurand manque d'aplatir son premier essai avec le CAB

 

Les points négatifs

Déjà vu. On pensait que la victoire à Angoulême avait enclenché quelque chose dans la tête du CAB. Mais le patient n'est pas encore totalement soigné. Pourtant prévenus de l'engagement qu'allait mettre Béziers, les brivistes ont été pris dans l'engagement et la volonté. Brive était de retour à Mont de Marsan, Carcassonne ou bien Provence. Il a fallu attendre de longues minutes avant que Brive ne parvienne à mettre finalement la main sur la balle. Si en seconde période (comme souvent), le CAB a montré un tout autre visage, la première période fût compliquée avec un gros manque d'engagement. Béziers en a profité pour se construire une bonne avance au score. Après cette première période, on pouvait se demander si le CAB n'avait pas "fait l'impasse" sur ce déplacement. Au vu de la seconde période, c'était un gros retard à l'allumage comme lors des derniers déplacements de la première partie de saison. Brive va devoir être beaucoup plus constant dans ses performances à l'extérieur pour pouvoir prétendre aux toutes premières places du championnat.

La conquête. Depuis des années, c'est un des points forts du CAB. Depuis le début de saison, c'est une des meilleures de la Pro D2. Mais vendredi, la conquête de Brive a connu un gros trou d'air, dans tous les secteurs. La touche a perdu plusieurs ballons dont certains importants dans les 22 biterrois. La mêlée a rarement souffert depuis le début de saison mais l'envie et la maitrise de Béziers ont fait le boulot durant toute la rencontre pour remporter ce défi et plusieurs pénalités que Porical a transformé. Les ballons portés portaient la marque de l'ASBH. Béziers possède un gros paquet d'avants qui s'était préparé à un gros duel dans ce secteur face au CAB. Si Brive a redressé la barre dans le jeu d'avants (avec notamment l'essai de Victor Lebas) mais la conquête a continué à souffrir. Après une semaine de vacances, il est fort à parier que Jeremy Davidson et Didier Casadéi remettent les points sur les i pour la préparation du prochain bloc.

L'arbitrage. A quand la vidéo en Pro D2 ? Dans un championnat qui s'améliore saison après saison, une mauvaise décision peut entrainer beaucoup de choses. Il y a six ans, Brive redécouvrait la Pro D2 et devait appréhender "l'arbitrage maison" : si le public se manifeste après une action, l'arbitre a de bonnes chances de te donner le coup de sifflet. Vendredi, l'arbitrage de Mr Minery peut prêter à discussion sans qu'on arrive à la même déflagration qui secoue actuellement la NFL aux Etats-Unis. Deux décisions retiennent l'attention mais commençons par la dernière. Cody Thomas a le mauvais réflexe de réagir suite à un coup au menton reçu de la part de Daminiani. L'arbitre de touche ne signale pas tout de suite la faute mais lève son drapeau à la suite de la protestation du public biterrois. Mais la première est un tournant de la rencontre. Said Hirèche se fait basculer sur un grattage et retombe sur la tête. Mr Minery adresse un carton jaune parce qu'il estime que le capitaine briviste retombe sur l'épaule. Mais il donne le carton au mauvais joueur : Hoarau (qui crée le regroupement donc compliqué d'être au déblayage en même temps) au lieu de Hagan. Entre 10 minutes en infériorité numérique ou 35 minutes, ce n'est pas la même chose. Pour poursuivre son développement, l'arbitrage de la Pro D2 doit se rapprocher de celui du Top 14, avec la vidéo et une meilleure maitrise des rencontres.

Et donc Saïd Hirèche ne retombe pas sur la tête ? Sinon la protection des joueurs ...

 

En conclusion

Après la victoire à Angoulême, il semblait bien que Brive avait réussi son coup à l'extérieur sur ce bloc. La première période allait dans ce sens. Mais comme très (trop) souvent, Brive s'est réveillé après la pause pour offrir un bien meilleur visage. Sans être aidé par l'arbitrage, le CAB a montré bien trop de lacunes en conquête et dans la discipline pour s'imposer à Béziers. La veille, Oyonnax était parvenu à repartir de Bayonne avec un bonus défensif. Brive repart lui bredouille de son déplacement. Voilà un point où doit s'améliorer le CAB : quand tu n'es pas capable de gagner, essaie de revenir avec quelque chose. Les brivistes ont le potentiel de faire de grandes choses mais actuellement, ce n'est pas le cas et la question se pose : Brive vise-t-il réellement la montée cette saison ? Nous avons bien notre avis sur la question mais elle ne va pas plaire à de nombreux supporters du club.

 

Image : Eurosport

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Pro D2 Pts
1 Provence Rugby 95
2 Vannes 89
 
5 Dax 77
6 Brive 76
7 Nevers 75
 
13 Agen 61
14 Biarritz 53
 
Classement Top 14 complet
Résultats Barrages
Grenoble 58 10 Dax
Béziers 33 31 Brive
Résultats Top 14