Plainte collective d'anciens joueurs dont Steve Thompson et Alix Popham contre World Rugby pour les commotions cérébrales
Publié le jeudi 10 décembre 2020 à 17:00

C'est plus qu'un gros pavé dans la mare qui est lancé par une centaine d'anciens joueurs à travers le monde contre World Rugby et les fédérations nationales au sujet des commotions cérébrales. Parmi eux, Steve Thompson et Alix Popham subissent actuellement les effets des commotions.

Depuis une dizaine d'années, le sport a pris conscience du problème des commotions cérébrales et de ses conséquences à long terme. Actuellement, une centaine d'anciens joueurs se regroupent pour porter plainte contre World Rugby et les différentes fédérations nationales pour une mauvaise prise en charge des dangers des commotions cérébrales.

Cette plainte n'est pas sans rappeler celle menée au début des années 2010 par près de 4500 anciens joueurs de football américain contre la NFL. Après un procès très long et plusieurs recours, appels ..., les plaignants avaient obtenu 1 milliard de dollars pour dédommager les joueurs, payer les examens médicaux et faire avancer la recherche. C'est à la suite de cette action en justice que les autres sports ont réagi (tout le monde n'a pas le portefeuille de la NFL et un montant pareil ferait disparaitre toutes les autres fédérations).

Depuis plusieurs saisons, les commotions sont prises très au sérieux avec une semaine d'arrêt à la suite d'une première commotion, trois semaines la seconde et trois mois la troisième. Tout comme le protocole commotion pendant le match. Malgré tout, malgré une évolution positive, le rugby a évolué vers plus de zones d'affrontement et donc vers un risque plus grand de subir une commotion.

Petrus Hauman a dû arrêter sa carrière en 2018 en raison de commotions. Deux autres anciens joueurs brivistes sont dans la partie plaignante contre World Rugby et leur vie est un calvaire.

Steve Thompson, passé par Brive entre 2007 et 2010, ne se souvient plus de la coupe du monde 2003, ne se souvient plus des scores des matchs, oublie le nom de sa femme ... Il s'est confié dans The Guardian pour raconter comment se déroule sa vie. Il souffre donc de pertes de la mémoire, d'encéphalopathie traumatique chronique (ECT), d'anxiété, de démence, de crises de panique ...

Alix Popham, briviste entre 2008 et 2011, souffre des mêmes symptômes que son ancien coéquipier. Dans l'Equipe ou à la BBC, il s'est exprimé. Les souvenirs de sa carrière sont flous et il est obligé de tout noter sur une feuille pour se souvenir de ce qu'il doit faire dans la journée. Il y a quelques années, il a provoqué l'incendie de sa maison et désormais, sa femme ne veut plus le laisser tout seul. Il sait également que dans une dizaine d'années, au vu de l'avancée de la maladie, il devra sûrement intégré une maison de santé.

Cette génération de joueurs est la génération charnière entre le rugby amateur et le rugby définitivement professionnel (années 90 - 2000). Tout était différent à cette époque et les commotions n'étaient pas à l'ordre du jour. Peut être que l'action en justice arrive tardivement mais les conséquences des commotions cérébrales sont identiques, qu'on soit ancien joueur de football américain, rugby ou ancien boxeur par exemple : perte de mémoire, sensibilité à la lumière, ECT, anxiété, panique, démence, tendance au suicide ...

Si le procès prend place, il sera long. S'il y a une décision en faveur des joueurs, cela va coûter très cher à World Rugby et aux fédérations.

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 81
2 La Rochelle 78
 
10 Montpellier 54
11 Brive 51
12 Bayonne 46
13 Pau 46
14 Agen 2
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Toulouse 18 8 La Rochelle
Résultats Top 14