Top 14 Racing - Brive : feu d'artifices offensif à Colombes
Publié le dimanche 5 octobre 2014 à 04:00

Brive s'est redonné de l'air et de la confiance en battant Bordeaux le week-end dernier. Dans le même temps, le Racing Métro 92 ramenait un bonus défensif de Grenoble qui laissait un goût amer dans la bouche de l'équipe.  Les affrontements entre franciliens et corréziens sont physiques et serrés. Cela a-t-il été le cas encore ce samedi ? Réponse dans ce résumé.

Pluie d'essais à Colombes entre le Racing et le CA Brive mais les locaux repartent vainqueurs

Photo : le Parisien/AFP/Miguel Medina

L'automne arrive mais les conditions sont encore bonnes pour disputer un match de rugby. Compte tenu d'une liste grandissante à l'infirmerie, le Racing est loin de son équipe-type mais cela reste une équipe très compétitive (Ben Arous, Ducalcon, Claassen, Chavancy, Thomas ...). De son côté, Brive a décidé de laisser plusieurs cadres au repos et de donner sa chance à des habituels doublures.

Première période : le CAB résiste bien à la puissance du Racing

Dès l'entame, le match part sur de bonnes dispositions. Les deux équipes se répondent par attaques interposées. Mais les automatismes du Racing font une première différence. Sur une nouvelle attaque, les racingmen poussent à la faute la défense briviste. Dans l'axe des poteaux, Johan Goosen ouvre le score pour son équipe (3-0, 7'). Le Racing a décidé d'ouvrir le jeu ce soir et ça se voit. Il veut imposer son jeu et profiter du manque de repères collectifs du CAB pour faire le break immédiatement. Nouvelle attaque ciel et blanche qui trouve des espaces dans la défense adverse, le ballon navigue dans les 22 corréziens, Dumoulin perce et sert Teddy Thomas qui inscrit le premier essai de la rencontre (8-0, 9'). Si Brive ne se laisse pas démoraliser par ce début de match, la qualité des attaques fait la différence : celles du CAB manquent de justesse alors que celles du Racing sont tranchantes. Sur l'une d'entre elle, le Racing prend à défaut la défense et revient s'installer dans les 22, les temps se multiplient tout près de la ligne et Goosen trouve la faille et inscrit le 2e essai de la rencontre (15-0, 20'). Les franciliens continuent d'appuyer sur la pédale des gaz mais cette fois-ci, ils vont se brûler. A nouveau dans les 22 brivistes, le ballon est écarté vers l'aile mais il est perdu. Alfie Mafi le récupère et lance le contre. L'australien fait parler ses jambes de feu, Brice Dulin le reprend 50 mètres plus loin - sur la ligne des 22 - mais Damien Neveu est au soutien tout comme Benito Masilevu  qui conclut ce contre assassin (15-7, 25'). Brive revient dans le match et aurait même pu bénéficier d'une supériorité numérique si le plaquage à retardement de Van der Merwe sur Swanepoel avait écopé d'un peu plus qu'une pénalité (26'). A l'approche de la demi-heure, on sent que les deux équipes ont le besoin de souffler un peu. Mais à peine la respiration reprise que ça repart de plus belle. Dulin joue vite un arrêt de volée et trouve un trou plein axe dans la défense. L'international français est repris in-extremis à l'entrée des 22, le ballon sort vite vers les extérieurs mais la défense briviste pousse Thomas en touche à quelques mètres de l'en-but. Brive va pouvoir se dégager mais malheureusement, le lancer n'est pas assuré et le Racing s'en va pilonner la ligne briviste. C'est le capitaine Van der Merwe qui la franchit en force. Goosen transforme et le Racing fait le break (22-7, 36'). Mais le CAB ne va baisser les bras aussi facilement. Par deux fois, Masilevu récupère une pénalité que Swanepoel transforme (38', 40') et Brive reste au contact du Racing au moment du quart d'heure de pause (22-13, 40').



Score à la pause : 22-13 pour le Racing. Face à une équipe remaniée, le Racing s'est montré sérieux et appliqué comme en atteste les 3 essais inscrits. Mais Brive montre des intentions de jeu. La puissance des avants racingmen fait la différence mais les 3/4 brivistes ont des jambes comme l'a montré l'essai sur interception du duo Mafi/Masilevu.

 

Seconde période : Brive ne passe pas loin d'un incroyable retour

Le Racing attaque pied au plancher cette seconde mi-temps et dès les premières minutes, il obtient une occasion d'essai. Les centres Dumoulin puis Chavancy tentent de franchir la ligne mais la défense repousse tout. Le dernier cité y arrivera mais commet un en-avant au moment d'aplatir. Ce n'est que partie remise car bénéficiant d'un avantage, le Racing opte pour la touche. La munition est prise et le maul se forme pour finalement franchir la ligne par l'intermédiaire de Virgile Lacombe (27-13, 45'). Si les hommes du duo Labit - Travers a parfaitement entamé cette période, ce n'est pas vraiment le cas de leurs adversaires, pris dans la tempête. Goosen, encore lui, transperce et sert Thomas dans son couloir. Mais Masilevu transforme son plaquage manqué au début de l'action par un sauvetage in-extremis sur l'ailier francilien. La mêlée ciel et blanche impose sa puissance et récupère le ballon, la ligne se rapproche et c'est Gérondeau qui inscrit le 5e essai du Racing (34-13, 49'). L'addition commence à être salée pour Brive et cela va s'accentuer. En pleine confiance, l'équipe du Racing relance depuis ses 22 mètres, Teddy Thomas dépose tout le monde le long de la ligne de touche et trouve du soutien dans le camp briviste. Dumoulin et Claassen sont au soutien de l'ancien biarrot tout comme le 2e ligne Kruger qui parachève ce magnifique sixième essai (41-13', 52'). Alors qu'on pourrait croire le CAB mort, il va revivre. A l'inverse de Toulon, Brive va réagir et de très belles manières. Perdu pour perdu, les brivistes enclenchent le mode "100% attaque" et ça paie. La défense parisienne fait reculer l'attaque visiteuse mais Thomas Sanchou trouve un trou de souris pour s'échapper, le ballon ressort vite et Russlan Boukerou, comme un 3/4, fait parler sa puissance pour marquer le deuxième essai de son équipe (41-18, 59'). Les espaces vont augmenter avec les cartons jaunes à Brugnaut et Jourdain (61'). Le CAB continue de jouer tous ses ballons d'attaque et revient dans les 22 mètres du Racing. Les temps de jeu se multiplient et se rapprochent de la ligne. Kieran Murphy puis Saïd Hirèche pensent marquer l'essai mais ils sont finalement refoulés par la défense. C'était sans compter sur Benito Masilevu qui relève le ballon et aplatit pour s'offrir un doublé (41-25, 64'). Mais le CAB ne s'arrête pas là et réinvestit rapidement le camp adverse par le biais de pénaltouches. L'attaque balaie la zone des 22 du Racing, fixe la défense sous les poteaux avant de repartir à l'intérieur où il y a du monde dont Louis Acosta qui venait d'effectuer la touche. En position d'ailier, le talonneur inscrit le 4e essai de son équipe et relance du même coup complètement la rencontre (41-32, 71'). Le Racing n'a plus le bonus défensif et Brive n'est plus qu'à 4 points du bonus défensif. Cela va être 10 minutes très intéressantes à jouer. Mais la remontée briviste a sorti de son sommeil cette équipe du Racing qui repart aussi tôt à la recherche du bonus offensif. Dumoulin met le feu dans la défense briviste, la ligne se rapproche et Mike Phillips trouve Kruger en bout de ligne qui redonne à nouveau le bonus offensif (46-32, 72'). Jusqu'à la fin, Brive ne va pas relâcher ses efforts et continuer à jouer et à relancer mais à l'image de ce retour d'Audrin sur Acosta, la défense du Racing repousse les dernières attaques du CAB jusqu'à la sirène pour s'offrir une victoire à cinq points.



Score final : 46-32 pour le Racing qui obtient la victoire à cinq points qu'il voulait obtenir. Mais cela ne s'est pas avéré aussi facile que prévu. Après 55 minutes de haute volée, le Racing voit revenir sur lui une tornade briviste qui trouve les brèches dans la défense locale pour inscrire 3 essais de suite mais qui échoue dans sa quête du bonus défensif.

En bref

Aucune défaite n'est belle à obtenir mais contrairement aux quatre autres de ce début de saison, celle-ci apporte plus de motifs d'espoirs que d'inquiétudes. Ayant décidé de "zapper" ce déplacement en envoyant une équipe remaniée, Brive a décidé de se faire plaisir en décidant de jouer tous les ballons. Cette tactique a été payante par moments (4 essais marqués dont un doublé pour Masilevu) et insuffisante le reste du temps pour contrer une équipe du Racing plus puissante et plus "automatisée". Mais cette performance doit servir désormais à une seule chose : prendre des points lors des prochains déplacements et ce dès vendredi à Grenoble.

 

Article rédigé par Rémi Brazon Google+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 40
2 Racing 92 35
 
13 Perpignan 18
14 Brive 13
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 12
Clermont 19 14 Montpellier
Bordeaux 33 13 Brive
Toulouse 34 13 Perpignan
Bayonne 19 7 Lyon
Stade Français Paris 27 14 La Rochelle
Castres 26 22 Pau
Toulon 14 31 Racing 92
Résultats Top 14