Brive sourit de nouveau en déplacement, l'analyse de la rencontre
Publié le mardi 22 janvier 2019 à 06:00

Au moment de disputer sa rencontre, Brive était quelque peu sous pression à Angoulême. Entre des performances décevantes à l'extérieur et des concurrents directs en forme, le CAB n'avait plus de temps à perdre. Les brivistes ont renoué avec la victoire à l'extérieur et si 2019 était le commencement de quelque chose d'intéressant ?

 

Les points positifs

La 2e victoire ! Depuis le temps qu'elle était attendue celle-là ! Le succès à Vannes commençait à être très lointain dans la mémoire collective. Après cinq défaites de rang à l'extérieur dont les quatre derniers conclus avec un bonus défensif, Brive n'avait plus vraiment le choix au moment de se déplacer au stade Chanzy d'Angoulême. Seule la victoire ne pouvait satifaire le club briviste. Après 20 minutes, Brive est mené mais va prendre le match à son compte pour dans un premier temps revenir au score et frapper fort en deux coups : un essai juste avant et un essai juste après la pause. A ce moment là, le trou est fait au tableau d'affichage et le CAB n'aura qu'à gérer le temps fort d'Angoulême à l'heure de jeu pour se diriger vers une nouvelle victoire, sa 2e à l'extérieur. Une victoire qui permet aux brivistes de revenir ex-aequo avec Bayonne, à 3 points du duo de tête Nevers - Oyonnax. Après plusieurs échecs, cette victoire à l'extérieur était importante. A Brive désormais de poursuivre sur cette voie.

Les suppléants. La victoire contre Biarritz a laissé des traces au CAB. Entre la suspension d'Otar Giorgadze et les blessures de Vivien Devisme, Retief Marais et Thomas Laranjeira, un doute planait sur la capacité de Brive à surpasser ces absences, surtout celles de son pilier gauche et de son arrière. Déjà auteur d'un gros match (76 minutes) face à Biarritz, Simon-Pierre Chauvac a poursuivi sur sa lancée en dominant totalement son adversaire dans l'exercice de la mêlée fermée. Tous les deux âgés de 20 ans, le briviste a montré plus de maitrise dans l'exercice et a permis à son équipe de dominer le secteur. Lui et Demba Bamba ont fait souffrir la première ligne angoumoisine. A l'opposé du terrain, Rory Scholes avait la lourde tâche de remplacer Laranjeira. Si le but a été confié à Stuart Olding (qui a accumulé les points), l'habituel ailier irlandais a été plus dans un rôle de gestionnaire que de relanceur. Mis à part son premier coup de pied direct en touche, le reste a permis de faire reculer constamment Angoulême dans son camp. Rarement mis en danger, c'est une bonne alternative durant l'absence (ou une future absence) de Laranjeira. Ne reste plus qu'à le voir dans un rôle de relanceur.

Aux côtés de Da Ros et Bamba, Chauvac a parfaitement suppléé Devisme

 

L'occupation. La saison dernière, en Top 14, Brive avait connu beaucoup de difficultés dans le jeu au pied d'occupation, offrant de nombreuses munitions aux relanceurs adverses. A Angoulême, la partition a été parfaitement récitée et Brive a assis sa domination sur cet aspect du jeu. Les brivistes ont commis très peu d'erreurs et ont trouvé les bonnes zones pour faire avancer l'équipe dans le camp d'Angoulême. La première pénalité d'Olding découle d'un jeu au pied, le 2e essai arrive après une mêlée qui fait suite à un en-avant lors d'une relance après un coup de pied d'occupation. Le trio Samuel Marques - Stuart Olding - Rory Scholes a très bien distribué le jeu, le tout en profitant du léger vent favorable en deuxième période. Quand la ligne défensive est bien en place, il devient fatiguant de porter la balle pour avancer et trouver des espaces. Un coup de pied s'impose et la pression s'inverse. Dimanche, Brive a parfaitement joué. Vendredi soir à Béziers, on annonce du vent. Le jeu au pied aura à nouveau son importance.

 

Les points négatifs

Le déchet tehnique. La domination briviste a permis de remporter ce match à l'extérieur. Physiquement, Brive a pris le dessus petit à petit durant le premier acte pour ne plus jamais regarder dans le rétroviseur. Malheureusement, cette domination ne s'est pas totalement traduite au score. La faute à de très nombreuses pertes de balle. Les premières minutes ont été un festival d'en-avants entre deux équipes joueuses mais maladroites. Avec plus de maitrise, le CAB aurait sûrement pris la tête bien avant la fin de la période et aurait gagné avec plus de marge, avec le bonus offensif en prime. En voyant ces nombreuses erreurs, depuis le banc de touche, Jean-Baptiste Péjoine s'est énervé et a expliqué à ses joueurs la marche à suivre : arrêtez de tenter des choses impossibles, jouez simple, appliquez vous. Malgré le coup de gueule, les offensives ont connu leur lot de ballons tombés mais Brive a su capitaliser ses temps forts pour inscrire un 23-0 en 35 minutes. Dans des matchs à sa portée, le CAB doit aprendre la maitrise et la précision. Cela ne sert à rien de se précipiter, tout viendra à point à qui sait attendre.

L'ambition. Après un début de match où il se retrouve mené 6-0, Brive enchaine les points et les temps forts. Le CAB inscrit un essai juste avant la pause et un autre quelques instants après. Une nouvelle pénalité d'Olding permet à son équipe de mener sur le score de 23-6. Angoulême est KO et ne trouve aucune solution pour contrer la puissance et la main mise des brivistes. Brive obtient une nouvelle pénalité. Avec une avance de +23 et 2 essais déjà marqués et alors qu'on se rapproche de l'heure de jeu, l'issue de la rencontre commence à ne plus faire de doute : Brive va remporter le match. Avec ce nouveau temps fort, pourquoi ne pas aller en touche pour aller chercher le bonus offensif ? Mais on préfère la sécurité et on choisit les points. Malheureusement, Stuart Olding connait son seul échec de l'après midi en trouvant le poteau. Quelques instants plus tard, Angoulême inscrit un essai et revient quelque peu dans la partie à 11-23. Les joueurs et le public reprennent de l'espoir dans cette fin de match (surtout que Brive va écoper d'un carton jaune dans la foulée). L'opération comptable reste très positive mais un petit point supplémentaire n'aurait pas été de trop dans la course aux deux premières places de cette Pro D2.

Peut être qu'une pénaltouche au lieu d'une tentative à 45 mètres aurait été mieux

 

En conclusion

La victoire est là et c'est malgré tout le plus important mais la machine CAB connait encore des ratés et ne tourne pas avec tous les cylindres. Le début de match a été brouillon mais petit à petit, la supériorité de Brive s'est fait sentir et a été concrétisée au tableau d'affichage. Dommage de ne pas avoir enfoncé le clou en allant chercher une victoire bonifiée et finalement c'est l'inverse qui s'est produit avec la réaction d'Angoulême à l'heure de jeu. Au vu des derniers résultats à l'extérieur de l'équipe, on pouvait craindre une nouvelle contre-performance mais peut être que le double résultat face à Biarritz et Angoulême va créer une étincelle à l'intérieur de ce groupe qui débouchera sur quelque chose de beau en fin de saison, comme il y a 6 ans. Nous verrons bien à ce moment là, désormais place à un nouveau déplacement (à Béziers) pour maintenir cette étincelle active.

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Toulouse 81
2 La Rochelle 78
 
10 Montpellier 54
11 Brive 51
12 Bayonne 46
13 Pau 46
14 Agen 2
Classement Top 14 complet
Résultats Barrages
Racing 92 38 21 Stade Français Paris
Bordeaux 25 16 Clermont Ferrand
Résultats Top 14