Brive continue d'inquiéter sur le terrain, l'analyse du match
Publié le lundi 19 février 2024 à 10:00

Une saison est comme un match. Pour s'en sortir, il faut savoir bien gérer l'enchainement des temps forts et des temps faibles. Actuellement, Brive est dans un temps faible et sur le terrain, c'est compliqué. La solution ne semble pas simple à trouver et pourtant, il va falloir le faire vite pour éviter de sacrifier la fin de saison.

Après la défaite concédée à domicile face à Nevers, la réaction était attendue du côté de Grenoble. Mais au final, la situation s'empire du côté du CAB qui rassure bien peu à mesure que le deuxième bloc de l'année se poursuit. Certaines équipes creusent l'écart et Brive doit rapidement stopper l'hémorragie.

 

Le point positif

Les bons passages offensifs. Ce match à Grenoble a été compliqué pour Brive mais offensivement, quand l'équipe a su mettre la main sur le ballon et arriver à enchainer les temps de jeu, Grenoble s'est retrouvé en difficulté. C'est vrai que le jeu offensif n'est pas aussi varié que celui de Grenoble mais avec ses armes, les brivistes ont pu y croire à quelques reprises. En première période, après une entame ratée, Brive va relever la tête en quelques minutes et infliger un 15-0, à l'aide de deux essais. Le premier arrive après des enchainements en puissance et en vitesse dans l'axe et une finition au large. Le second est plus classique avec un maul décisif. En seconde période, Brive recolle à huit points après une belle prise d'intervalle de Mathis Ferté. Et c'est finalement juste après que Brive manque la bascule car l'équipe sera incapable de faire fructifier une supériorité numérique. Tout n'a pas été parfait en attaque mais dans un secteur en souffrance depuis plusieurs saisons, le CAB s'en tire avec 29 points et 4 essais marqués. Pour viser autre chose, il faudra bien évident être plus performant en attaque.

 

Les points négatifs

L'entame de match. Les matchs se suivent et se ressemblent malheureusement pour le CAB. Cela fait le troisième match durant lequel Brive manque son entame de match. Si à Provence, cela pouvait s'expliquer par le fait de jouer contre le vent, face à Nevers et à Grenoble, ce fait de jeu n'a pas existé. Du côté du Stade des Alpes, il y a eu l'intensité mise par des grenoblois dès les premières minutes, il faut dire qu'ils avaient des choses à prouver. Cette intensité s'est traduite par un nombre incalculable de fautes côté briviste. Au bout de 20 minutes, le compteur affichait déjà 8 pénalités concédées, en plus d'un carton jaune. Comment réussir un bon match quand il n'est pas pris par le bon bout ? Alors cela peut arriver de temps en temps mais il ne faut pas que cela arrive toutes les semaines. Sauf que là, cela fait déjà trois fois consécutivement que cela arrive. Est ce que c'est un problème d'échauffement, de préparation mentale, de discours, de motivation ? En tout cas, les futurs adversaires savent ce qu'ils ont à faire pour mettre la tête de Brive sous l'eau.

La défense. Brive a souffert en défense pour stopper les offensives grenobloises. Des offensives pas seulement axiales mais qui ont utilisé aussi toute la largeur du terrain. La défense a paru subir beaucoup trop d'impacts pour pouvoir être une force et être à la hauteur. Brive avait fait le choix d'un pack plus dense que la semaine précédente face à Nevers mais ce pack a souffert tant dans les attaques balle en main que dans les phases de conquête. En plus de s'offrir un doublé, Giorgi Javakhia a dominé tous les avants brivistes et par moments, on semblait voir un adulte jouer avec des adolescents. Brive a souffert pour défendre sa ligne d'en-but, encaissant les 4 essais après un pilonnage de la ligne. Si dans les chiffres, Grenoble et Brive sont sensiblement au même niveau (124 plaquages réussis contre 143, 27 plaquages manqués contre 28), l'impression visuelle est différente. Pierre-Henry Broncan avait déjà pointé du doigt la mauvaise performance défensive contre Nevers, elle est encore mauvaise à Grenoble. Brive a besoin d'être amené par ses leaders de combat comme Ross Moriarty qui est passé à côté dans les Alpes (6 plaquages manqués sur 19).

La tactique du banc. Depuis désormais plusieurs matchs, on commence à avoir l'habitude de voir Brive aligner des bancs à 6 et même 7 avants. On commence à avoir l'habitude de l'entrée en intégralité ou presque de ce banc vers la 45e/50e minute. Mais est ce bien efficace ? Si nous, supporters, on a l'habitude, les adversaires le savent aussi et se préparent en conséquence. Dorénavant, les adversaires savent que Brive va proposer 2 paquets d'avants, un pour la première période et un autre pour la deuxième. Mais on aimerait bien voir les effets positifs de cette tactique, c'est à dire un paquet d'avants "titulaire" qui domine son adversaire, qui donne tout pendant 45 minutes avant d'être remplacé et que le second paquet continue sur le même rythme. Sauf que voilà, ce n'est pas vraiment le cas, ni pour l'un ni pour l'autre. En plus, en faisant entrer massivement les remplaçants, Brive offre une période de latence à l'équipe adverse qui peut en profiter pour marquer. Il y a quelques semaines, Rouen avait bien failli en profiter. Déjà que le jeu d'attaque briviste commence à être bien décrypté par les adversaires, si en plus ta tactique de remplacements est lue, il ne restera pas beaucoup d'options à Brive pour surprendre l'adversaire. Et si on revenait à un classique 5-3 avec des changements qui s'étalonne sur l'ensemble de la seconde période ?

 

En conclusion

Face à Nevers, Brive n'avait pas existé pendant 80 minutes. A Grenoble, Brive a existé sur quelques périodes. Brive a su réagir pour passer devant au score ou pour recoller. Mais voilà, malgré 29 points et 4 essais inscrits, l'impression n'est pas bonne et elle devient inquiétante. L'équipe est en train de se perdre on ne sait où, entre une indiscipline chronique, une défense aux abois, une attaque trop lisible, une tactique connue de tous. Brive est plus que dans le creux de la vague actuellement. Si la semaine avait été agitée à Grenoble, les joueurs ont répondu sur le terrain. Du côté de Brive, les coups de gueule de Pierre-Henry Broncan n'ont pas eu d'effets après Nevers. Est ce que ce sera le cas après Grenoble ? On verra bien mais est ce que le vrai match charnière est celui contre Valence-Romans ou celui à Béziers ?

 

Images : Canal+Sport

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Pro D2 Pts
1 Vannes 78
2 Béziers 76
 
7 Nevers 64
8 Brive 62
9 Colomiers 60
 
13 Soyaux-Angoulême 50
14 Biarritz 49
 
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 27
Provence Rugby 46 22 Mont de Marsan
Soyaux-Angoulême 22 12 Brive
Montauban 26 36 Vannes
Nevers 34 15 Colomiers
Aurillac 27 7 Béziers
Valence Romans 38 21 Agen
Dax 29 16 Rouen
Biarritz 19 46 Grenoble
Résultats Top 14