Brive a donné le baton pour se faire battre, l'analyse du match
Publié le mardi 21 août 2018 à 06:00

Brive avait droit à une entrée corsée pour entamer sa saison en Pro D2 avec ce déplacement à Bayonne. Les brivistes ne voulaient pas revenir à vide mais ils ont fait trop de cadeaux aux bayonnais qui n'en demandaient pas tant. La Pro D2 ne s'apprivoise pas aussi facilement.
 

Les points positifs

Les intentions de jeu. Dès le début de la préparation, Jeremy Davidson a annoncé la couleur : il veut voir une équipe joueuse, offensive, qui tente. A Bayonne, durant un peu plus d'une heure, Brive s'est montré offensif, multipliant les offensives. Le CAB s'est crée plusieurs gros temps forts, malheureusement pas tous concrétisés. Juste après l'ouverture du score des bayonnais, les brivistes partent à l'attaque et balaient tout le front de l'attaque pour conclure sur l'aile opposée par Stuart Olding, très en jambes et tranchant pour sa première avec Brive. Tout n'est pas parfait loin de là mais il y a le début de quelque chose. Il faut continuer dans ce sens (mais avec plus de précision).

La mêlée. Elle monte crescendo depuis quelques semaines. Très en difficulté face à Mont de Marsan en amical, cela allait mieux contre le Connacht (toujours en amical). Face à Bayonne, Brive a dominé le secteur. En première période, le pack briviste a marché sur son adversaire, récoltant de nombreuses pénalités (mais pas de carton jaune). Mené 12-5, le CAB a enchainé plusieurs mêlées à 5 mètres de l'en-but basque pour faire craquer son adversaire. Au final, Brive n'a pas concrétisé ce temps fort mais n'a pas relâché la pression dans le secteur. En deuxième période, la domination était moins forte mais dans l'ensemble, la mêlée était briviste. A confirmer contre Colomiers qui a fait belle impression contre Provence dans ce secteur.

Brive a dominé le secteur de la mêlée, insuffisant pour pouvoir l'emporter

 

Les points négatifs

Le réalisme offensif. Brive était venu dans le Pays Basque pour faire un résultat. C'est louable mais pour cela, quand vous évoluez à l'extérieur, vous vous devez d'être d'un réalisme froid. Brive a eu les occasions, beaucoup d'occasions mais est souvent rentré bredouille de ces offensives. Brive devait mener à la pause et non pas avoir 3 points de retard. Lors de la succession de mêlées, Brive perd le ballon au contact dans les 5 mètres bayonnais. Il y a eu aussi des transmissions manquées. Le CAB a péché balle en main mais balle au pied. Samuel Marques a connu un gros jour sans face aux perches, avec un 1/4 et 10 points laissés de côté (auquel on peut ajouter les 2 points de la transformation manquée par Olding à la fin du match). 12 points oubliés alors que Bayonne, sans être à 100%, a été plus précis dans son stade. Entre le manque de concrétisation sur la ligne et les échecs face aux perches, vous obtenez en partie une défaite de 13 points chez un concurrent direct.

La touche. La conquête, dans son ensemble, n'a pas eu le même rendement. Si la mêlée a été performante, la touche a été sur courant alternatif. Le premier lancer est volé, le second est manqué et entraine le premier essai bayonnais. Après, ça va mieux mais le mal est fait. Tandis que François Da Ros perd ses deux premiers lancers, Thomas Acquier se fait voler son premier. A chaque fois, ces trois ballons sont dans la zone centrale. Défensivement, Brive n'a pas réussi à mettre de la pression sur l'alignement bayonnais qui a régné sur ce domaine. Déjà la saison dernière, Brive avait connu des soucis dans le contre en touche. Espérons que le staff trouve la clé.

La discipline. Pour pouvoir faire un résultat à l'extérieur, vous devez être réaliste et très discipliné. Brive a eu un retard à l'allumage dans ces deux secteurs et l'a payé cash. Plusieurs fautes "bêtes" auraient pu être évitées (plaquage sans ballon d'Arnaud Mignardi, déblayage rugueux de Dominiko Waqaniburotu ...) mais une faute va précipiter Brive dans le trou. On vient de passer l'heure de jeu et Bayonne mène 18-12. Tout reste à faire et surtout tout peut basculer, d'un côté comme de l'autre. Sur un jeu au pied par dessus au milieu de terrain, Luka Goginava percute Tisseron. Pénalité et carton jaune pour le pilier briviste, entré en jeu quelques minutes auparavant. Derrière, pénaltouche, prise de balle, maul et essai. Bayonne fait le break et respire mieux. Le CAB s'est tiré une balle dans le pied avec cette indiscipline. Par le passé, ça lui a déjà couté cher. Attention à ne pas retomber dans ses travers. La Pro D2, comme le Top 14, ne pardonne pas.

Derrière le carton jaune du CAB, Bayonne fait le break dans ce match

 

En conclusion

Brive aurait pu frapper un grand coup en ouverture de la Pro D2, en s'imposant à Bayonne, mais trop d'erreurs collectives et individuelles ont empêché le CAB de l'emporter à l'extérieur. Le contenu propose de belles promesses mais l'exécution est loin d'être idéale. Le chantier est encore important pour une équipe en construction avec un nouveau chef de chantier. Les brivistes ont pris une claque samedi, à eux de ne pas tendre l'autre joue ce vendredi contre Colomiers.

 

Images : Canal +

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Finale
Oyonnax 10 22 Brive
Béziers 27 23 Vannes
Aurillac 16 17 Biarritz
Mont de Marsan 48 22 Bourg en Bresse
Bayonne 45 15 Massy
Carcassonne 33 24 Provence Rugby
Montauban 9 6 Nevers
Colomiers 15 8 Soyaux-Angoulême
Résultats Top 14