Top 14 analyse Stade Français - Brive : ces petites choses qu'on appelle expérience
Publié le mardi 3 janvier 2017 à 05:00

Samedi, Brive a montré qu'il pouvait jouer les yeux dans les yeux face à une grosse équipe hors d'Amédée Domenech. Dans un match à suspense (à défaut d'une grande qualité de jeu), le CAB est passé tout près d'une victoire qui se serait ajoutée à la victoire toulonnaise. L'expérience est souvent douloureuse à obtenir.

Les arbitres de touche lèvent leur drapeau pour valider la pénalité de Morné Steyn. Les remplaçants du Stade Français exultent tandis que Gaëtan Germain et le CA Brive se tiennent la main entre leurs mains, perdant à la dernière seconde 

Les points positifs

Un plan de jeu maitrisé. Brive l'avait dit et l'a fait : il venait avec des ambitions et visait la victoire. Certes, le plan de jeu était quelque peu minimaliste mais il a (failli) marché. Si Paris ouvre le score, Brive va dominer territorialement la première période, tout d'abord en égalisant, puis en se procurant quelques occasions (malheureusement sans marquer ou provoquer des fautes adverses). En fin de période, le Stade Français reprend le contrôle de la partie mais se heurte à une grosse défense qui va provoquer l'interception de Lapeyre et le seul essai de la rencontre. Fort d'une avance de 7 points, Brive va chercher à occuper le terrain au pied, obligeant les parisiens à relancer constamment depuis leur camp. Si le Stade Français fait petit à petit son retard, le chrono tourne en faveur des brivistes qui voient se rapprocher cette victoire. Et voilà qu'arrive la série de mêlées. Il faut en gagner une pour gagner le match. Pendant à peu près 80 minutes, le plan était parfait. A quelques secondes près malheureusement.

 

La défense. Le Stade Français est à craindre lorsqu'il évolue à Jean-Bouin (un peu moins lorsqu'il est à l'extérieur). Les parisiens sont la meilleure attaque à domicile avec une moyenne de 34 points marqués et un peu plus de 3 essais marqués par match. Samedi, on était loin et même très loin de ce total avec seulement 12 points marqués, aucun essai et 4 pénalités transformées. Si Paris a fait preuve de maladresse et de gourmandise, il a malgré tout été gêné par une défense briviste très bien en place et agressive. Montant rapidement en pression (ce qui peut expliquer une partie des 21 plaquages ratés et les 69% de plaquages réussis), les brivistes ont parfaitement gêné le Stade Français dans ses transmissions et ses angles de courses. La défense peut bien sûr s'améliorer mais elle commence à retrouver de la dureté et de la bonne agressivité, ce qui pourra aider l'attaque à se développer. Brive n'a pas les armes offensives pour marquer 30 points par rencontre mais il peut dresser les barricades et limiter l'impact offensif des équipes adverses. Lyon et le Stade Français peuvent en témoigner.

 

Les points négatifs

La 2e mi-temps. Pendant 40 minutes, Brive a tenu le ballon la majeure partie du temps et a obligé le Stade Français à défendre. Malheureusement, après la pause, le CAB a du mal à reproduire la même performance et a mis beaucoup moins de pression sur la défense parisienne, se débarrassant trop facilement du ballon. Paris en a alors profité pour dominer territorialement la 2e période et en récupérant les pénalités qui lui ont permis de remporter la rencontre. Dommage que Brive n'ai pas eu un esprit plus conquérant après la mi-temps pour creuser un peu plus l'écart par un autre essai et/ou le pied de Germain. Cette gestion, cette panne physique a été rédhibitoire pour le CAB qui peut s'avérer très déçu après la rencontre même si cela fait la 2e rencontre d'affilée que le CAB ne produit pas assez en deuxième période (après la réception de Lyon). Surtout que les stats offensives sont en sa faveur : 444 mètres parcourus (contre 310), 100 courses (à 72), 67 plaquages (à 109). Mais cela n'a pas suffi.

 

Les mêlées. Brive mène 10 à 9 sur la pelouse de Jean Bouin. Il reste 2 minutes à jouer et Péjoine provoque le contact sur un maul parisien. Mêlée introduction Brive. Si le CAB sort la balle, il remporte la rencontre en faisant tomber les dernières secondes. Sauf que Brive est en souffrance en mêlée durant le second acte. Rabah Slimani prend le dessus sur Damien Lavergne qui ne trouve pas les clés pour contrer l'international français. Le briviste a déjà été pénalisé et se retrouve dans le viseur du corps arbitral. Pendant 54 minutes, nous avons un duel équilibré entre Devisme et Slimani, deux piliers de petite taille (1m75 pour Devisme, 1m78 pour Slimani). Mais Lavergne est plus grand (1m89). A la sirène, Slimani pousse à la faute son adversaire et offre la pénalité de la victoire à Morné Steyn. Mais la question se pose : Devisme devait-il revenir pour disputer ces mêlées ? On aurait tendance à dire oui (et ce sans attendre l'issue finale). Lors du match Pau - Montpellier, Malik Hamadache est sorti à la 65e pour revenir 10 minutes plus tard pour disputer les dernières mêlées qui sécuriseront la victoire paloise. La saison dernière, le Racing utilise la même tactique avec Tameifuna pour résister à la pression de Toulouse qui s'inclinera en barrages contre le futur champion de France. Le staff a manqué de malice et/ou de réactivité sur cette phase de jeu. Rien ne dit que Devisme aurait remporté son duel mais le duel était plus avantageux face à Slimani.

 

Le match charnière ? La saison dernière, la défaite au Stade Français n'avait pas permis aux brivistes de prendre le bon wagon et de jouer la course des phases finales jusqu'au bout. Après cette rencontre, Brive avait souffert, avait enchainé les défaites et avait tardé à remporter une nouvelle victoire. On ne sait pas encore si ce match sera charnière dans la saison du CAB mais l'occasion était belle pour décrocher une 2e victoire à l'extérieur cette saison. A ce jour, Brive est 11e avec 32 points. Si Brive résiste sur cette mêlée, Brive aurait 35 points et se situerait à seulement 3 points de Toulouse, 6e. Surtout, il maintient l'écart avec Pau et Lyon, tous deux vainqueurs cette journée, creuse l'écart sur le Stade Français et en profite pour revenir sur Bordeaux et le Racing (à un point seulement devant). Le CAB a ciblé cette série de 3 rencontres (Lyon, Stade Français et Grenoble) mais manque l'occasion de frapper un grand coup. A l'issue de cette rencontre, Gaëtan Germain parle d'un manque de maturité quant à la gestion du score en seconde période. C'est peut être cette expérience qui manque à Brive pour remporter ce type de rencontres et se placer dans le bon wagon au bon moment.

 

En conclusion

On s'est tous vu repartir avec la victoire du Stade Français pour bien commencer le réveillon du 31 décembre. Et puis il y a cette succession de mêlées qui vont tourner à l'avantage du Stade Français. Derrière, Steyn met juste ce qu'il faut pour réussir la pénalité de la victoire. Les regrets sont immenses pour Brive qui avait (presque) fait tout ce qu'il fallait pour "emmerder" le Stade Français jusqu'au bout. S'il manque quelques points à la fin de la saison, nos regards se porteront rapidement sur cette rencontre.

 

 

Article rédigé par Rémi Brazon Google+

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Actus Top 14
Top 14 Lyon - Brive : analyse du match mardi 17 septembre 2019 à 11:00
Top 14: Lyon Brive (59-3), les réactions lundi 16 septembre 2019 à 09:00
Top 14 Lyon - Brive : résumé du match dimanche 15 septembre 2019 à 06:00
Top 14 : Avant match LOU Rugby - CA Brive samedi 14 septembre 2019 à 06:00
Top 14 Lyon - Brive : Composition du CABCL vendredi 13 septembre 2019 à 18:00
Top 14 Lyon - Brive : Composition du LOU vendredi 13 septembre 2019 à 18:00
Top 14 Lyon - Brive : Groupe du CAB jeudi 12 septembre 2019 à 18:00
La programmation TV de la J7 du Top 14 jeudi 12 septembre 2019 à 14:55
Toutes les actus Top 14
Classement Top 14 Pts
1 Montpellier 81
2 Racing 92 80
 
13 Oyonnax 39
14 Brive 36
Classement Top 14 complet
Résultats Journée 4
La Rochelle 28 13 Toulouse
Lyon 59 3 Brive
Bayonne 27 17 Castres
Clermont Ferrand 28 37 Pau
Bordeaux 52 3 Stade Français Paris
Agen 29 10 Montpellier
Toulon 32 29 Racing 92
Résultats Top 14