Brive ne cesse de tâtonner pour chercher la bonne formule, l'analyse du match
Publié le lundi 4 mars 2024 à 11:00

Face à Béziers, après la contre-performance à Grenoble deux semaines auparavant, Brive se devait une revanche et devait montrer un meilleur visage à l'extérieur. Malheureusement, le CAB reste en panne en déplacement et ne trouve pas la solution à des problèmes récurrents.

La victoire face à Valence-Romans a stoppé la série de défaites mais était loin d'avoir éliminé tous les problèmes que le CAB rencontre depuis le début de la saison. Ce déplacement à Béziers confirme une fois de plus que le chantier reste toujours important du côté de Brive.

 

Le point positif

Du jeu offensif. Cela fait plusieurs saisons que Brive galère à avoir une attaque digne de ce nom, un jeu offensif à la hauteur du rugby actuel. Cette saison ne fait pas exception. A domicile, c'est très compliqué. A l'extérieur, c'est mieux. Face à une équipe de Bézierss qui rayonne dans son stade, Brive avait décidé de tenir au maximum le ballon et donc de limiter la possession à Béziers. Et le CAB a réussi à le faire, avec des statistiques offensives très élevées : 70% de possession, 60% d'occupation, 640 mètres parcourus, 44 défenseurs battus, 248 passes, 196 courses, 17 passes après contact. Dès les premières minutes, Brive investit les 22 mètres de Béziers. Les brivistes sont parvenus à pénétrer dans la zone de marque soit via du jeu soit via des pénalités. Face à une équipe qui joue beaucoup, opter pour la priver de ballons et la forcer à défendre (plus de 200 plaquages effectués par Béziers) était une bonne option et cela aurait pu fonctionner. A condition d'être bien plus efficace et précis balle en main.

 

Les points négatifs

Manque d'efficacité. Si Brive a produit beaucoup de jeu, cela a manqué clairement de réalisme. Brive n'a cessé de se présenter dans les 22 de Béziers mais combien de fois Brive est reparti bredouille ? Combien de fois le ballon a été perdu et Béziers est parti en contre derrière comme sur le premier essai de la rencontre ? Brive a proposé un gros volume de jeu mais Brive n'a pas été efficace dans son utilisation. Béziers a provoqué plus de franchissements que Brive (8 contre 6) et a surtout été plus propre avec seulement 10 ballons perdus contre 24 pour le CAB. Comment espérer quelque chose avec plus de 20 ballons perdus ? Ce qui a marqué également c'est la variété des lancements de jeu. A Brive, c'est axial et en force. A Béziers, c'est au large et avec de la vitesse. Quand les 3/4 biterrois touchaient la balle, il y avait une différence de vitesse par rapport à la défense de Brive. Dans le cas inverse, ce gap de vitesse était toujours là, Brive ne trompant pas la vigilance de la défense grâce à sa vitesse. Le jeu offensif de Béziers fait rêver mais c'est un jeu que ne peut produire le CAB, n'ayant ni les joueurs ni le plan de jeu pour le faire.

La touche en zone de marque. C'est un point noir qui ne date pas que de cette saison et peut être bien ça qui pose problème : Brive ne sait pas conclure ses possessions dans les 5 mètres et notamment sur les touches. Brive a beau afficher la meilleure touche du championnat, quand le lancer se trouve en zone rouge, la précision se perd et le ballon est souvent perdu ou mal exploité. Encore une fois, du côté de Béziers, ce cas de figure s'est passé, privant le CAB d'une certaine dynamique. Comme notamment en deuxième période où Brive enchaine essai + supériorité numérique. Avec un avant supplémentaire, le choix d'aller en touche est logique. A condition d'assurer le lancer mais le ballon est perdu. Avec un essai, cela aurait replacé les brivistes à -12 ou -10 au score. Au final, il va même se passer le contraire car Béziers marque en infériorité numérique pour sceller le sort de la rencontre. La touche perd 4 munitions sur ce match dont plusieurs en zone de marque. Brive se doit d'être plus efficace et trouver des solutions à un problème qui date.

Un staff qui tatonne. Après le match de Grenoble, Pierre-Henry Broncan avait ciblé dans sa colère d'après-match les joueurs et leur attitude. Cette fois, les joueurs ont été épargné au contraire du staff, "pas à la hauteur" des joueurs selon PHB. Bien évidemment, il est compris dans le staff car sinon, bonjour l'ambiance pour terminer la saison ! Et c'est vrai que le staff et ses choix de jeu interrogent de plus en plus. Déjà, pour ce match, il y a eu tous ces repositionnements dans la composition de départ (comme Warren-Vosayaco à l'aile). Nous sommes à la 22e journée et on ne parvient pas à dégager une colonne vertébrale efficace dans ce groupe. Ensuite, il y a le plan de jeu. Cette équipe est trop prévisible et trop facilement analysée par les adversaires qui savent ce qu'ils doivent faire pour la déstabiliser. Et puis, il y a la composition de ce staff. Si pour les avants, les rôles sont établis et connus de tous, le gros point noir se situe chez les 3/4 : qui est l'entraineur des 3/4 ? Qui a remplacé dans ce rôle Jean-Baptiste Péjoine ? Est ce Régis Lespinas ou Bruce Reihana ? Quand un chef d'orchestre n'est pas clairement identifié, forcément ça vire à la cacophonie et c'est le cas depuis l'intersaison. Si on parle de pas mal de changements au niveau des joueurs, il va falloir aussi s'occuper du staff car si Brive veut progresser et passer un cap, ce staff a besoin de sang frais et d'idées fraiches.

 

En conclusion

Alors oui, Brive a tenu le ballon et cela dans le camp de Béziers. Mais à un moment donné, avoir le ballon est une chose, marquer en est une autre. Et à ce petit jeu, Béziers a montré à Brive qu'avec moins de possession, c'était possible d'être plus performant offensivement. L'ASBH n'est pas la meilleure attaque de la division avec le meilleur marqueur d'essais pour rien. Il a donné une leçon d'uilisation du ballon. Brive est bien trop fragile et approximatif dans la zone proche de l'en-but adverse. Alors qu'on arrive dans la dernière ligne droite du championnat, cette faiblesse est trop pénalisante. Alors, rien n'est perdu pour accéder à la phase finale mais le parcours pour y accéder sera tout sauf simple. Et si cela veut sourire, le parcours en phase finale devra passer par des matchs à l'extérieur. Et quand on connait la difficulté que rencontre le CAB, c'est assez inquiétant.

 

Images : Canal+Sport

 

Rémi Brazon, Rédacteur
A lire aussi sur allezbriverugby
Classement Pro D2 Pts
1 Provence Rugby 95
2 Vannes 89
 
5 Dax 77
6 Brive 76
7 Nevers 75
 
13 Agen 61
14 Biarritz 53
 
Classement Top 14 complet
Résultats Barrages
Grenoble 58 10 Dax
Béziers 33 31 Brive
Résultats Top 14